Archives de catégorie : Voyager à New York

La Compagnie : des vols entre Paris et New York durant les fêtes de fin d’année, ce que l’on sait

La compagnie aérienne 100% classe Affaires La Compagnie a mis en place trois vols spéciaux entre Paris et New York durant les fêtes de fin d’année. Prix et infos.

Créée en 2013, La Compagnie Boutique Airline, plus communément appelée La Compagnie propose principalement des vols 100% Affaires entre Paris et New York à des tarifs « 30 à 50% moins chers que la concurrence ». Clouée au sol depuis mars dernier pour cause de pandémie de coronavirus, la compagnie française proposera les 19 et 26 décembre 2020 et le 2 janvier 2021 trois rotations entre sa base à Paris-Orly et l’aéroport de Newark-Liberty.

Ces vols seront opérés en Airbus A321neo et pourront accueillir 76 passagers en classe Affaires. Les départs sont programmés le jeudi et le samedi à 10h30 pour arriver à 13h10, les vols retour quittant les Etats-Unis le mercredi et le dimanche à 19h30 pour se poser le lendemain à 8h50. Les tarifs au départ de Paris sont proposés à partir de 628 euros aller-simple

Quelles sont les destinations proposées par La Compagnie Boutique Airline ?

Basée à Paris-Orly, La Compagnie « 100% business au meilleur prix » propose 2 vols quotidiens vers New York (à 10h30 et 14h25) avec des vols retours à 19h05 et 21h40. Début mai 2019, elle a également inauguré la liaison saisonnière Nice-New York à raison de 5 fois par semaine. Comptez 1200 euros pour un aller-retour Paris / New York à bord d’un Airbus A321neo. Pour ce tarif, 2 bagages enregistrés de 32 kilos maximum sont inclus dans votre billet d’avion.

Comment se passe l’enregistrement chez La Compagnie Boutique Airline ?

Après avoir réservé vos billets d’avion La Compagnie, il faudra penser à bien vous enregistrement avant votre vol. L’enregistrement peut se faire directement en ligne entre 24h et 2h avant le départ ou à l’aéroport (entre 2h30 et 50 minutes avant votre vol). A Paris-Orly, l’enregistrement se fait Terminal Sud – Comptoirs 86-88. A New York, il faut se rendre au niveau 3 du Terminal B.

La cabine 100% Business de La Compagnie Boutique Airline

La Compagnie a été lancée avec un premier Boeing 757-200, puis un second en 2015. Configurée en deux rangées de 2 sièges, la cabine 100% Business de La Compagnie dispose de 74 sièges s’inclinant à 175° et disposant d’une fonction massage sur ses deux Boeing. Afin que votre vol soit le plus agréable possible entre Paris et New York, la compagnie met à disposition des voyageurs des coussins antiallergiques, une grande couverture ainsi qu’un kit de voyage contenant des soins de la marque Caudalie.

Les Airbus 321neo de La Compagnie

En septembre 2019, La Compagnie a mis en service son deuxième A321neo sur un vol commercial entre Paris-Orly et Newark-Liberty. Comme le premier appareil, l’Airbus A321neo est équipé de 76 sièges Business inclinables en lits, d’un système de divertissement de dernière génération et d’une connexion Internet gratuite et illimitée durant toute la durée du vol.

Alors que plusieurs compagnies low cost proposent des vols Paris-New York en classe Eco et sans bagage en soute (Level, Norwegian…), les avis sont encore peu nombreux concernant l’offre 100% Business de La Compagnie. D’après ceux laissés par les voyageurs sur le site dédié Flight Report, La Compagnie obtient une note moyenne de 7,3/10, notamment grâce au professionnalisme du personnel de bord, au confort de la cabine, aux repas et collations ainsi qu’aux divertissements proposés.

Un aéroport à New-York lance un essai Blockchain pour les résultats COVID

Par Zoe De la Roche Publié le 

Pour voir le site cliquez ici

Une application basée sur la blockchain qui devrait permettre de connaître instantanément la propriété d’une surface a été expérimentée dans un aéroport.

La blockchain joue à Mr Propre

Pour lutter contre la propagation du coronavirus, l’aéroport d’Albany a conduit une expérimentation avec l’application Wellness Trace App pour contrôler la propreté des objets et des surfaces à l’intérieur de l’aéroport.

L’application a été conçue par General Electric Co., en partenariat avec TE-FOOD et Eurofins.

Elle est basée sur la blockchain Microsoft Azure et permet d’obtenir en temps réel des informations sur la propreté d’une surface.

Wellness Trace offre également aux utilisateurs la possibilité de partager leurs observations sur ce point.

Les voyageurs pourront accéder à ces informations en scannant à l’aide de leur téléphone, les codes QR de l’un des 45 stickers disséminés dans l’aéroport.

Visitez New York sur un vélo public comme les célèbres

Leur vie est pleine de luxe, mais quand il s’agit de visiter New York, les célébrités choisissent également le vélo en libre-service. Ne manquez pas de voir le look super glamour que Kendall Jenner portait à bord du «Citi Bike».

pour voir les photos

Les vélos Citibank ont ​​inondé New York en mai 2013, devenant le moyen de transport préféré des touristes, des habitants et même des célébrités.

Ils sont l’option parfaite si vous souhaitez aller d’un endroit à un autre en profitant de la vue sur la Grosse Pomme, en faisant un peu d’exercice et sans polluer.

L’acteur Leo DiCaprio, également reconnue pour son grand engagement dans des causes liées au respect de l’environnement, est l’une des stars qui utilise le plus le vélo, pour des promenades avec une amie ou sa petite amie, Camila Morrone.

Portant un ensemble tie-dye coloré de Ralph Lauren, Jennifer Lopez il est monté sur le vélo bleu pour se rendre à une réunion de travail lors de sa dernière visite à New York.

Kendall Jenner Elle a ajouté une touche de glamour à sa conduite dans une cape verte avec col et poignets en fourrure de la signature Saks Potts qui vaut plus de 1500 dollars

Par Marseille News .net – 17 novembre 2020

10 bonnes raisons d’aller croquer New York cet été

pour lire l’article

De Manhattan à Brooklyn, de South Bronx au Queens, voici nos meilleurs spots new-yorkais.

Par Dorane Vignando
Publié le 11 juin 2018 à 18h38

Emmitouflés l’hiver ou en débardeur l’été, en skate ou en roller, à pieds ou à vélo (et surtout en métro), la Grosse Pomme se visite à toutes saisons.

Que ce soit la première ou la vingtième fois, elle s’arpente à l’usure des baskets, dans le vacarme de ses rues, les coups de klaxon impatients, les nuits en musique ou les après-midi à « chiller » dans les arrières-cours bohèmes.

Emmitouflés l’hiver ou en débardeur l’été, en skate ou en roller, à pieds ou à vélo (et surtout en métro), la Grosse Pomme se visite à toutes saisons.

Que ce soit la première ou la vingtième fois, elle s’arpente à l’usure des baskets, dans le vacarme de ses rues, les coups de klaxon impatients, les nuits en musique ou les après-midi à « chiller » dans les arrières-cours bohèmes.

New York, c’est un état d’esprit. Voici nos derniers coups de cœur pour aller découvrir la ville-monde cet été – ou quand vous voulez.
1- On se remet du jet lag avec du yoga à Central Park

Emmitouflés l’hiver ou en débardeur l’été, en skate ou en roller, à pieds ou à vélo (et surtout en métro), la Grosse Pomme se visite à toutes saisons.

Que ce soit la première ou la vingtième fois, elle s’arpente à l’usure des baskets, dans le vacarme de ses rues, les coups de klaxon impatients, les nuits en musique ou les après-midi à « chiller » dans les arrières-cours bohèmes.

New York, c’est un état d’esprit. Voici nos derniers coups de cœur pour aller découvrir la ville-monde cet été – ou quand vous voulez.
1- On se remet du jet lag avec du yoga à Central Park

En short ou legging en lycra, c’est parti pour une heure trente d’étirements, relaxation et salutation au soleil sur l’herbe et le bitume de Central Park.

Les toutous gambadent, les New-Yorkais sont en pleine séance de running, et vous, vous tentez de maintenir tant bien que mal la position de la charrue en regardant la skyline. On inspire, on souffle, on inspire…

2- On fait une virée dans le Queens
Rares sont les touristes explorant ce borough lors d’un premier voyage. A tort. En débarquant dans le Queens, passé les grands axes routiers vibrant sous le vacarme assourdissant du métro aérien, on sent battre un autre rythme de vie au fil des allées arborées et des jolies maisons en brique.

Il faut aller flâner le long de Gantry Park, sa promenade et ses espaces verts aménagés avec vue époustouflante de la skyline de Midtown. Derrière vous, la silhouette ultra-photogénique de l’immense enseigne Pepsi-Cola – datant de 1936 et classée monument historique – se détache sur les tours vitrées de Long Island City.

Autre halte incontournable du quartier : le Moma PS1, l’annexe du MOMA de Manhattan depuis 1971. Installé dans une école publique désaffectée, le PS1 permettait à l’origine aux jeunes artistes, souvent marginaux et ignorés des médias de présenter leurs œuvres. Depuis, il n’a cessé d’enchaîner les expos temporaires et de promouvoir les nouveaux talents au travers d’installations, photos et performances.

A savoir, les samedis de juillet et août, à partir de midi, le lieu organise des après-midi « Warm Up » avec des DJ set électro qui attirent toute une foule branchée.

Rens. sur www.momaps1.org (le restaurant du musée est délicieux pour ses brunchs)

Le resto de quartier : John Brown Smokehouse, pour manger d’excellents pulled pork et ribs avec sauce barbecue maison dans un joli jardin arboré. 10-43 44th Dr, Long Island City, johnbrownseriousbbq.com
Anecdotes, petites haltes dans des boutiques ou arrières-cours cachées, Dan Abatelli connaît le Queens comme sa poche. Ce guide bénévole vous fait découvrir Astoria et Long Island City de manière très personnalisé. Visite avec Big Apple Greeter bigapplegreeter.org

3- On s’achète une robe vintage au Dumbo Flea Market
Coincé entre les deux travées d’accès des très bruyants Brooklyn et Manhattan Bridges, le petit quartier bobo de Dumbo (acronyme de Down Under the Manhattan Bridge Overpass) est devenu si cher que les créatifs de tous poils ont dû quitter leurs ateliers qui se sont rapidement métamorphosés en condominiums de luxe.

Pour autant, Dumbo garde un lifestyle très hippie chic. En atteste le Dumbo Flea Market, mini-marché aux puces installé sous les arches de l’assourdissant pont de Manhattan, qui propose des fringues, des accessoires rétro et des stands de bouffe locavores. Nos préférés : la crêpe chinoise au poulet ou tofu chez Jian-ing, ou un « home made Buns » chez BAO.

4- On flâne à Gowanus, futur « hot spot »de Brooklyn
Au pied de la colline, à l’ouest de la 4th avenue, la friche industrielle déshéritée de Gowanus commence à son tour à se « gentrifier » tout doucement. Après Dumbo, Williamsburg, Bushwick, Red Hook, les « brooklyniens » arty qui ne trouvent plus de loyers modérés où se loger poussent toujours plus loin la frontière de l’implantation bohème.

Le quartier de Gowanus en fait partie. Quelques adresses tendance (resto recommandé au Michelin, barbecue géant, brasserie de bières artisanales, boutiques de déco) commencent à essaimer entre les entrepôts désaffectés, les silos d’usine, les vieilles brownstone houses et les canaux pollués sur lesquels circulent encore de rares vraquiers.

Un quartier en train de muer, qui séduira les amateurs d’atmosphère post-industrielle, mais qui reste tout de même un peu glauque pour s’y attarder le nez au vent en soirée.

Le glacier : Ample Hills Creamery : pour déguster de délicieuses ice cream maison. 305 Nevins St, amplehills.com
Le club de jeu: The Royal Palms Shuffleborad Club : un immense espace intérieur où l’on se presse le week-end pour jouer « aux jeux de palets » en buvant de la bière et regardant des matches de NBA à la télé. Irène la responsable, à la caisse accueille tout sourire avec ses cheveux rose fushia. 514 Union St royalpalmsshuffle.com
Le resto bobo en famille : Pig Beach, une grande cour arborée où les familles très bobos viennent grignoter du tofu ou des ribs accompagné d’une « beer+shot ». 480 Union St, pigbeachnyc.com
La table gourmande : Freek’s Mill, recommandé au Michelin, où l’on vient pour son super brunch, ses pâtes fraîches ou son ceviche de bar. 285 Nevins St, freeksmill.com
Le coffee shop: Abbotsfordroad. 573 Sackett St, www.abbotsfordroad.com
La brasserie de bières artisanales : Threes Brewing. Un monde fou le week-end, faune hipster et famille slaloment entre les tables et une jolie cour arborée. Bières artisanales brassées sur place of course. 333 Douglas St, www.threesbrewing.com

5- On s’offre un shot de street art à Bushwick
Bushwick, c’est un autre Williamsburg (le berceau des hipsters à barbe) en gestation, mais surtout le temple du street art. En arpentant les rues de ce quartier à l’est de Williamsburg (à 6 stations de métro), il ne faut pas attendre longtemps pour croiser des gugusses bombes en main.

Sur quelques blocs seulement, les murs en brique se couvrent de superbes pochoirs et autres « murals », habillant cette zone industrielle qui abrite entrepôts et maisonnettes de banlieue. On conseille de descendre à la station Jefferson Street et de flâner entre Saint-Nicholas Ave et Irving Ave pour découvrir les œuvres de DonRmix, Calangoss, Dasic Fernadez, Kremen ou Fin Dac.

Le must est de faire une visite spécial street art avec Elise, une Française installée à Brooklyn qui organise des tours sur-mesure selon des thématiques culturelles et arty dans tout New York (Brooklyn, Manhattan, South Bronx….) .

Rens. www.newyorkoffroad.com

Le resto de quartier : Carthage must be destroyed, pour des petits dej, brunchs et déjeuners bio, locavore et délicieux. Le cadre est à l’avenant et… tout rose ! Rens. carthagemustbedestroyed.com

6- On va voir l’expo Bowie en sifflotant « Space Oddity »
C’est l’expo événement à ne pas louper (jusqu’au 15 juillet). Un grand moment de musique, d’émotion, de recueillement. Cinq ans après ses débuts londoniens et son succès à la Philharmonie de Paris en 2015, l’expo consacrée au génie David Bowie termine sa tournée au sein du Brooklyn Museum.

De ses tenues de scène mythiques aux séries photos culte en passant par ses journaux intimes, ses objets (plus de 400 !), ses concerts, ses interviews, ses clips, l’icône pop se dévoile comme jamais. Le musée met à dispo un casque audio avec bandes-sons. Frissons garantis.

Jusqu’au 15 juillet. www.brooklynmuseum.org
7- On (re)découvre South Bronx
Un coffee shop cosy, des bars branchouilles, des lofts de luxe, des boutiques de créateurs, des galeries d’art, une pizzeria vegan, des jardins communautaires avec résidences d’artistes… L’ancien rebelle et pauvre South Bronx (désormais surnommé SoBRO) ne résiste pas, lui aussi, à la gentrification.

Les immeubles délabrés, les quartiers en ruine ravagés par la drogue ont quasi disparu. De nouveaux buildings commerciaux sortent de terre et le premier boutique-hôtel y a ouvert ses portes en 2013 dans l’ancien opéra du Bronx.

A Mott Haven, on croise sous les bretelles d’autoroute des tournages de séries, des étudiants en goguette et une nouvelle classe moyenne qui n’avait plus les moyens de résider à Manhattan.
Rachetés par des investisseurs immobiliers, les anciennes manufactures de piano ont été métamorphosées en sièges sociaux ou appartements. Au grand dam des associations de quartier qui veulent sauvegarder l’âme populaire du Bronx, leurs logements et surtout ne pas le voir se transformer en nouveau Brooklyn !

Reste l’atmosphère bigarrée, les graffitis, les magasins multi ethniques débordant sur les trottoirs, et les « murals » dédiés à Mohammed Ali ou à DJ Kool Herc.

En s’arrêtant devant le joli jardin de The Andrew Freedman Home, ancien hospice de vieux du 19ème siècle où logent aujourd’hui un Bed&Breakfast et une résidence d’artistes, on pense à la série « The Get Down », dont certaines scènes ont été tournées ici, exaltante plongée musicale dans la naissance du hip-hop des années 1970.

Le coffee shop : Filtered Coffee, 2430 Third Ave
Les bars branchés : Mott Haven Bar&Grill, 1 Bruckner Blvd, et Charlies Bar & Kitchen, 112 Lincoln Ave
La boutique de créateur : 9J, 41 Bruckner Blvd
Les galeries d’arts : Wallworks (fondée par le street artist CRASH), 39 Bruckner Blvd, et Bronx Arts Space, 305 E 140th St
La Pizzeria : La Grata (l’une des meilleures de tout New York), 305 E 140th St
Le musée d’art contemporain : The Bronx Museum of the Arts, 1040 Grand Concourse

8- On déguste le meilleur burger au Parker

Emmitouflés l’hiver ou en débardeur l’été, en skate ou en roller, à pieds ou à vélo (et surtout en métro), la Grosse Pomme se visite à toutes saisons.

Que ce soit la première ou la vingtième fois, elle s’arpente à l’usure des baskets, dans le vacarme de ses rues, les coups de klaxon impatients, les nuits en musique ou les après-midi à « chiller » dans les arrières-cours bohèmes.

New York, c’est un état d’esprit. Voici nos derniers coups de cœur pour aller découvrir la ville-monde cet été – ou quand vous voulez.
1- On se remet du jet lag avec du yoga à Central Park

En short ou legging en lycra, c’est parti pour une heure trente d’étirements, relaxation et salutation au soleil sur l’herbe et le bitume de Central Park.

Les toutous gambadent, les New-Yorkais sont en pleine séance de running, et vous, vous tentez de maintenir tant bien que mal la position de la charrue en regardant la skyline. On inspire, on souffle, on inspire…

Rens. www.fittoursnyc.com et info@FitToursNYC.com
2- On fait une virée dans le Queens

Rares sont les touristes explorant ce borough lors d’un premier voyage. A tort. En débarquant dans le Queens, passé les grands axes routiers vibrant sous le vacarme assourdissant du métro aérien, on sent battre un autre rythme de vie au fil des allées arborées et des jolies maisons en brique.

Il faut aller flâner le long de Gantry Park, sa promenade et ses espaces verts aménagés avec vue époustouflante de la skyline de Midtown. Derrière vous, la silhouette ultra-photogénique de l’immense enseigne Pepsi-Cola – datant de 1936 et classée monument historique – se détache sur les tours vitrées de Long Island City.

Autre halte incontournable du quartier : le Moma PS1, l’annexe du MOMA de Manhattan depuis 1971. Installé dans une école publique désaffectée, le PS1 permettait à l’origine aux jeunes artistes, souvent marginaux et ignorés des médias de présenter leurs œuvres. Depuis, il n’a cessé d’enchaîner les expos temporaires et de promouvoir les nouveaux talents au travers d’installations, photos et performances.

A savoir, les samedis de juillet et août, à partir de midi, le lieu organise des après-midi « Warm Up » avec des DJ set électro qui attirent toute une foule branchée.

Rens. sur www.momaps1.org (le restaurant du musée est délicieux pour ses brunchs)

Le resto de quartier : John Brown Smokehouse, pour manger d’excellents pulled pork et ribs avec sauce barbecue maison dans un joli jardin arboré. 10-43 44th Dr, Long Island City, johnbrownseriousbbq.com
Anecdotes, petites haltes dans des boutiques ou arrières-cours cachées, Dan Abatelli connaît le Queens comme sa poche. Ce guide bénévole vous fait découvrir Astoria et Long Island City de manière très personnalisé. Visite avec Big Apple Greeter bigapplegreeter.org

3- On s’achète une robe vintage au Dumbo Flea Market

Coincé entre les deux travées d’accès des très bruyants Brooklyn et Manhattan Bridges, le petit quartier bobo de Dumbo (acronyme de Down Under the Manhattan Bridge Overpass) est devenu si cher que les créatifs de tous poils ont dû quitter leurs ateliers qui se sont rapidement métamorphosés en condominiums de luxe.

Pour autant, Dumbo garde un lifestyle très hippie chic. En atteste le Dumbo Flea Market, mini-marché aux puces installé sous les arches de l’assourdissant pont de Manhattan, qui propose des fringues, des accessoires rétro et des stands de bouffe locavores. Nos préférés : la crêpe chinoise au poulet ou tofu chez Jian-ing, ou un « home made Buns » chez BAO.
4- On flâne à Gowanus, futur « hot spot »de Brooklyn

Au pied de la colline, à l’ouest de la 4th avenue, la friche industrielle déshéritée de Gowanus commence à son tour à se « gentrifier » tout doucement. Après Dumbo, Williamsburg, Bushwick, Red Hook, les « brooklyniens » arty qui ne trouvent plus de loyers modérés où se loger poussent toujours plus loin la frontière de l’implantation bohème.

Le quartier de Gowanus en fait partie. Quelques adresses tendance (resto recommandé au Michelin, barbecue géant, brasserie de bières artisanales, boutiques de déco) commencent à essaimer entre les entrepôts désaffectés, les silos d’usine, les vieilles brownstone houses et les canaux pollués sur lesquels circulent encore de rares vraquiers.

Un quartier en train de muer, qui séduira les amateurs d’atmosphère post-industrielle, mais qui reste tout de même un peu glauque pour s’y attarder le nez au vent en soirée.

Le glacier : Ample Hills Creamery : pour déguster de délicieuses ice cream maison. 305 Nevins St, amplehills.com
Le club de jeu: The Royal Palms Shuffleborad Club : un immense espace intérieur où l’on se presse le week-end pour jouer « aux jeux de palets » en buvant de la bière et regardant des matches de NBA à la télé. Irène la responsable, à la caisse accueille tout sourire avec ses cheveux rose fushia. 514 Union St royalpalmsshuffle.com
Le resto bobo en famille : Pig Beach, une grande cour arborée où les familles très bobos viennent grignoter du tofu ou des ribs accompagné d’une « beer+shot ». 480 Union St, pigbeachnyc.com
La table gourmande : Freek’s Mill, recommandé au Michelin, où l’on vient pour son super brunch, ses pâtes fraîches ou son ceviche de bar. 285 Nevins St, freeksmill.com
Le coffee shop: Abbotsfordroad. 573 Sackett St, www.abbotsfordroad.com
La brasserie de bières artisanales : Threes Brewing. Un monde fou le week-end, faune hipster et famille slaloment entre les tables et une jolie cour arborée. Bières artisanales brassées sur place of course. 333 Douglas St, www.threesbrewing.com

5- On s’offre un shot de street art à Bushwick

Bushwick, c’est un autre Williamsburg (le berceau des hipsters à barbe) en gestation, mais surtout le temple du street art. En arpentant les rues de ce quartier à l’est de Williamsburg (à 6 stations de métro), il ne faut pas attendre longtemps pour croiser des gugusses bombes en main.

Sur quelques blocs seulement, les murs en brique se couvrent de superbes pochoirs et autres « murals », habillant cette zone industrielle qui abrite entrepôts et maisonnettes de banlieue. On conseille de descendre à la station Jefferson Street et de flâner entre Saint-Nicholas Ave et Irving Ave pour découvrir les œuvres de DonRmix, Calangoss, Dasic Fernadez, Kremen ou Fin Dac.

Le must est de faire une visite spécial street art avec Elise, une Française installée à Brooklyn qui organise des tours sur-mesure selon des thématiques culturelles et arty dans tout New York (Brooklyn, Manhattan, South Bronx….) .

Rens. www.newyorkoffroad.com

Le resto de quartier : Carthage must be destroyed, pour des petits dej, brunchs et déjeuners bio, locavore et délicieux. Le cadre est à l’avenant et… tout rose ! Rens. carthagemustbedestroyed.com

6- On va voir l’expo Bowie en sifflotant « Space Oddity »

C’est l’expo événement à ne pas louper (jusqu’au 15 juillet). Un grand moment de musique, d’émotion, de recueillement. Cinq ans après ses débuts londoniens et son succès à la Philharmonie de Paris en 2015, l’expo consacrée au génie David Bowie termine sa tournée au sein du Brooklyn Museum.

De ses tenues de scène mythiques aux séries photos culte en passant par ses journaux intimes, ses objets (plus de 400 !), ses concerts, ses interviews, ses clips, l’icône pop se dévoile comme jamais. Le musée met à dispo un casque audio avec bandes-sons. Frissons garantis.

Jusqu’au 15 juillet. www.brooklynmuseum.org
7- On (re)découvre South Bronx

Un coffee shop cosy, des bars branchouilles, des lofts de luxe, des boutiques de créateurs, des galeries d’art, une pizzeria vegan, des jardins communautaires avec résidences d’artistes… L’ancien rebelle et pauvre South Bronx (désormais surnommé SoBRO) ne résiste pas, lui aussi, à la gentrification.

Les immeubles délabrés, les quartiers en ruine ravagés par la drogue ont quasi disparu. De nouveaux buildings commerciaux sortent de terre et le premier boutique-hôtel y a ouvert ses portes en 2013 dans l’ancien opéra du Bronx.

A Mott Haven, on croise sous les bretelles d’autoroute des tournages de séries, des étudiants en goguette et une nouvelle classe moyenne qui n’avait plus les moyens de résider à Manhattan.

Rachetés par des investisseurs immobiliers, les anciennes manufactures de piano ont été métamorphosées en sièges sociaux ou appartements. Au grand dam des associations de quartier qui veulent sauvegarder l’âme populaire du Bronx, leurs logements et surtout ne pas le voir se transformer en nouveau Brooklyn !

Reste l’atmosphère bigarrée, les graffitis, les magasins multi ethniques débordant sur les trottoirs, et les « murals » dédiés à Mohammed Ali ou à DJ Kool Herc.

En s’arrêtant devant le joli jardin de The Andrew Freedman Home, ancien hospice de vieux du 19ème siècle où logent aujourd’hui un Bed&Breakfast et une résidence d’artistes, on pense à la série « The Get Down », dont certaines scènes ont été tournées ici, exaltante plongée musicale dans la naissance du hip-hop des années 1970.

Le coffee shop : Filtered Coffee, 2430 Third Ave
Les bars branchés : Mott Haven Bar&Grill, 1 Bruckner Blvd, et Charlies Bar & Kitchen, 112 Lincoln Ave
La boutique de créateur : 9J, 41 Bruckner Blvd
Les galeries d’arts : Wallworks (fondée par le street artist CRASH), 39 Bruckner Blvd, et Bronx Arts Space, 305 E 140th St
La Pizzeria : La Grata (l’une des meilleures de tout New York), 305 E 140th St
Le musée d’art contemporain : The Bronx Museum of the Arts, 1040 Grand Concourse

8- On déguste le meilleur burger au Parker

C’est le genre d’adresse planquée mais qui a déjà sifflé aux oreilles de tous les guides touristiques et des fans de burgers. Le Burger Joint, aux airs de cafét’ étudiante avec ses murs graffités, ses banquettes défoncées est totalement décalé dans son environnement.

Pour le dénicher, il faut pénétrer dans le lobby d’un hôtel chic (The Parker New York, membre de The Leading Hotels of the World) et se diriger vers le rideau rouge à gauche de la réception.

Au menu, que des burgers-frites, mais quels burgers ! L’adresse est très courue alors prévoyez de réserver ou… de faire la queue.

Environ 16 dollars. 119 West 56th Street (entre 6th et 7th Ave). 00.1.212.708.74.14
9- On se la joue nid d’espions

Ludique, interactif, le tout nouveau musée de l’espionnage (Spyscape Museum) plonge dans le monde fascinant des agents secrets et services de renseignement. Et surtout, il pose le visiteur en acteur devant résoudre des énigmes, observer des cibles, affronter un détecteur de mensonges ou mieux appréhender la cyberguerre.

Une visite à faire en famille avec tout du long une batterie de tests permettant de découvrir quel genre d’espion on serait à la CIA ou à l’inverse si on a les capacités de devenir un petit génie capable de hacker le Sénat américain et le FBI, à l’image de Jake Davis, 19 ans, qui le fit tranquillement depuis sa petite île écossaise de 166 habitants.

Spyscpae Museum. 929 8th Ave, www.spyscape.com
10- On boit un verre en hauteur
Il est 22h. A quelques blocs de Time Square, une longue file d’attente de New-Yorkaises sexy en diable se profile devant le Moxy Hotel. Inauguré il y a quelques mois, l’hôtel branché « nouvelle génération » (du groupe Mariott) est couru du tout New York pour son roof top où l’on peut jouer au mini-golf en petite tenue, tout en buvant des cocktails délicieusement girly.

485 7th Avenue, cocktails de 9 à 15 dollars. www.marriott.com.

A chaque nouveau drink en hauteur, on pense avoir découvert la plus belle vue sur la Grosse Pomme jusqu’à ce qu’une nouvelle adresse supplante l’autre. Et celle du 1 Hotel Brooklyn Bridge, ouvert en février 2017, vaut le détour. Au pied du pont de Brooklyn son toit-terrasse de 325 m² fait face à tout Financial District, le Manhattan Bridge, Brooklyn Bridge Park et tout le reste de la skyline de Manhattan.

60 Furman St, Brooklyn, tél: 00.1.718.631.8400. Cocktails à 16 dollars. www.1hotels.com

Dorane Vignando
# Y Aller

La compagnie aérienne française XL Airways propose jusqu’à 7 vols par semaine entre Paris et New York, d’avril à fin janvier. Les vols sont effectués en Airbus A330 monoclasse. Les prix, très compétitifs, comprennent toujours un bagage de 20kg en soute, un bagage cabine et un repas chaud. Dès 379€ A/R tout compris. Rens. www.xl.com

Le voyagiste Equinoxiales, spécialiste des voyages sur mesure, propose une multitude de formules sur New York. Dont la formule 5 jours/3 nuits au Parker New York à partir de 1.142€ par personne incluant vols Paris-New York A/R sur XL Airways, transferts aéroport/hôtel, 3 nuits à l’hôtel et un City Pass. Rens. 01.77.48.81.00 et www.equinoxiales.fr
# Se Loger

Très bien situé au cœur de Manhattan sur la 56th Street (entre la 6th et la 7th Avenue), l’hôtel Parker New York vient de rejoindre les membres de « The Leading Hotels of the World ». On aime surtout le lobby majestueux, le Joint Burger, le coffee shop et la piscine en roof top avec vue imprenable sur Central Park. Chambres doubles à partir de 300€ environ. Rens. sur www.parkernewyork.com
# Pratique

Vendu par l’office de tourisme de New York, le City Pass permet de découvrir les diverses attractions et musées de la ville avec billets coupe-file afin d’éviter les queues et les attentes. Il permet aussi d’économiser jusqu’à 40% sur plus d’une dizaine de sites culturels emblématiques (Metropolitan Museum, 9/11 Memorial &Museum, Guggenheim, Empire State Building…. ). 126 dollars pour les adultes, 104 dollars pour les enfants de 6 à 17 ans. Rens: www.nycgo.com et fr.citypass.com/new-york
Dorane Vignando

Dorane Vignando

Journaliste

Destination New York, le guide à conseiller pour visiter la Grosse Pomme

Au programme : plans des transports en commun, photos et bonnes adresses.

La littérature sur New York est déjà dense… Mais un petit nouveau est arrivé tout droit du web en 2013, mêlant expériences de voyages de l’auteur Didier Forray et de commentaires de voyageurs, laissés sur son blog devenu une référence, cnewyork.net.

Pour sa troisième édition, ce guide papier s’offre une nouvelle identité et s’appelle désormais Destination New York. Tout un programme ! 250 pages en couleurs font la part belle aux photos de monuments emblématiques de la Grosse Pomme, aux bonnes adresses (250 bars, boutiques, restaurants…) et toujours aux avis d’internautes sur toutes sortes d’activités à faire dans la destination américaine.

Le guide intègre également un plan des transports en commun actualisé. Surtout, le plan du métro est à retrouver en 4e de couverture. Plus d’informations sur cnewyork.net.