Archives de catégorie : La vie à New York

New York : Le sapin de Noël du Rockefeller Center, un des plus célèbres du monde, vient d être coupé et va mesurer plus de 23 mètres cette année –

Pour voir le sapin

https://www.jeanmarcmorandini.com/article-442489-new-york-le-sapin-de-noel-du-rockefeller-center-un-des-plus-celebres-du-monde-vient-d-etre-coupe-et-va-mesurer-plus-de-23-metres-cette-annee-regardez.html

Le sapin de Noël du Rockefeller Center à New York est l’un des arbres de Noël les plus célèbres des États-Unis. Il est mis en place chaque année à la fin du mois de novembre sur l’esplanade du Rockefeller Center de New York. La mise en lumière est d’ailleurs retransmise sur la chaîne NBC, dont le siège est situé dans l’un des gratte-ciels du Rockefeller Center, le GE Building, le plus haut du complexe.

L’arbre choisi, souvent un épicéa mesure en moyenne entre 23 et 27 mètres, et est devenu un véritable symbole de la ville en période de Noël depuis la première fois qu’il a été installé, en 1931. Cette année, il vient donc tout juste d’être coupé et mesure 23 mères comme vous pouvez le voir sur la vidéo ci-dessus

coronavirus-face-a-la-deuxieme-vague-de-l-epidemie-de-covid-19-new-york-oblige-ses-bars-et-restaurants-a-fermer-a-22h00-des-ce-soir.html

Face à la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19, la plus grande ville américaine, New York, oblige ses bars et restaurants à fermer à 22H00 dès ce soir. Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés est à son plus haut aux Etats-Unis depuis le début de la pandémie, à plus de 65.000 selon le Covid Tracking Project. Et le virus a fait au moins 242.621 morts dans le pays, selon un décompte de l’université Johns Hopkins.

Quelques Etats et villes ont aussi recommencé à inciter leurs habitants à rester chez eux. Telle Chicago – troisième ville la plus peuplée des Etats-Unis – qui a demandé jeudi à ses 2,7 millions d’habitants de rester à la maison, sauf pour se rendre au travail, à l’école ou pour quelques activités essentielles, sans que la mesure soit coercitive.

07:41

Coronavirus – Face à la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19, New York oblige ses bars et restaurants à fermer à 22H00 dès ce soir

Vidéos | new yorkcovid19barsrestaurantsvirusCoronavirushttps://www.dailymotion.com/embed/video/x7viwn1?api=postMessage&apimode=json&autoplay=false&id=f1d924fe8911094&mute=true&origin=https%3A%2F%2Fwww.jeanmarcmorandini.com&pubtool=cpe-p1&queue-autoplay-next=true&queue-enable=true&ui-highlight=false

273 vues – Soyez premier à commenter

Face à la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19, la plus grande ville américaine, New York, oblige ses bars et restaurants à fermer à 22H00 dès ce soir. Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés est à son plus haut aux Etats-Unis depuis le début de la pandémie, à plus de 65.000 selon le Covid Tracking Project. Et le virus a fait au moins 242.621 morts dans le pays, selon un décompte de l’université Johns Hopkins.

Quelques Etats et villes ont aussi recommencé à inciter leurs habitants à rester chez eux. Telle Chicago – troisième ville la plus peuplée des Etats-Unis – qui a demandé jeudi à ses 2,7 millions d’habitants de rester à la maison, sauf pour se rendre au travail, à l’école ou pour quelques activités essentielles, sans que la mesure soit coercitive.closevolume_off

« Il est fortement conseillé aux habitants de ne recevoir aucun invité à leurs domiciles, d’annuler les fêtes traditionnelles de Thanksgiving, et d’éviter de voyager », indique le texte publié par la ville de Chicago.

Plus de 10.000 nouveaux décès liés au nouveau coronavirus ont été enregistrés en 24 heures, dans le monde mercredi, selon le comptage réalisé par l’AFP jeudi à 11H00 GMT.

Pour aller sur le site de l’article

https://www.jeanmarcmorandini.com/article-442321-coronavirus-face-a-la-deuxieme-vague-de-l-epidemie-de-covid-19-new-york-oblige-ses-bars-et-restaurants-a-fermer-a-22h00-des-ce-soir.html

New York mania, un indispensable pour les amateurs

Pour voir l’article

On dit souvent que la littérature peut nous faire voyager et c’est d’autant plus vrai avec New York mania, le carnet de voyage d’Elisabetta Cirillo illustré par Monica Lovati. Omniprésente dans la pop-culture et l’imaginaire collectif, New York fait rêver ou enrager c’est selon, mais grâce à ce très beau guide, vous en apprendrez plus sur ce qui fait la ville, ce qui passionne ses habitants et les endroits à ne pas manquer lors de votre prochaine visite dans la Grosse Pomme.

Savez-vous pourquoi de la fumée s’échappe des plaques d’égout de la ville ? Avez-vous déjà visité la station de métro qui se cache sous Manhattan ? Où se trouvent les meilleures librairies ? Où manger les meilleurs hamburgers de la ville ?

Tout cela et bien plus encore, vous l’apprendrez en lisant New York mania.

Une mine de conseils

Le livre est structuré en plusieurs sections comme à savoiroù se promener ou encore New York par quartier, ce qui permet au lecteur de naviguer facilement dans l’ouvrage et sélectionner les informations dont il a réellement besoin, que ce soit pour en apprendre plus sur la ville ou préparer son futur voyage. En effet, l’autrice consacre à chaque sujet une double page richement illustrée, avec une explication du phénomène et de nombreuses adresses insolites pour vous faire votre propre idée. Dès lors, que vous soyez amateur de théâtre, fan de série TV ou gourmet, ce guide vous donnera les clés pour assouvir votre passion dans la ville qui ne dort jamais.

Loin des clichés que chacun peut avoir sur la ville, New York mania vous emmènera en voyage dans une ville à part, loin des lieux habituellement conseillés aux touristes, et plus important encore, vous aidera à comprendre ce qui fait le quotidien de ses habitants, avant peut être que vous vous lanciez dans l’aventure, et tentiez de devenir un vrai New-yorkais vous-même.

*11 novembre 2020 Vincent Penninckx BDLivres divers 0

Vous pouvez désormais acheter l’un des cinq penthouses de luxe conçus par Aston Martin à New York

Pour lire l’artcile

https://www.gqmagazine.fr/lifestyle/article/vous-pouvez-desormais-acheter-lun-des-cinq-penthouses-de-luxe-concus-par-aston-martin-a-new-york

par David Smiedt6 novembre 2020

Un penthouse Aston Martin ? Si nous devons attendre un peu plus longtemps que prévu pour découvrir Mourir peut attendre, le dernier James Bond, vous pourriez déjà vivre une vie à la James Bond. Curieusement, à Manhattan et non à Londres. Dans le gratte-ciel de 66 étages, la marque britannique a collaboré avec le célèbre architecte Sir David Adjaye pour cinq résidences ; trois loggias et deux penthouses. Comme pour les moteurs, il s’agit d’un ensemble de lignes fluides et de finitions très luxueuses

. Le prix : cinq millions de dollars et, bien sûr, un SUV DBX Aston Martin, en édition spéciale, est inclus. Passons donc à l’intérieur pour prendre un martini, voulez-vous ?

Les principaux matériaux utilisés ici sont un parquet en chêne blanc, des luminaires en bronze conçus sur mesure par Adjaye et du marbre extrait des Alpes Apuanes. C’est l’Italie !

Situé aux 50e et 60e étages du bâtiment, l’idée est de vivre dans les nuages, de sorte que les fenêtres vont naturellement du sol au plafond et sont encadrées par les arcs qui font la réputation du bâtiment. Ici, vous en avez pour votre argent. Les meubles proviennent directement de la Aston Martin Home Collection et la cuisine est une Gaggenau. Même les toilettes, avec leur marbre et leur bois strié, sont très chics.

L’homme derrière la vision

Né à Dar Es Salaam, en Tanzanie, David Adjaye a passé son enfance à flâner à Kampala, Nairobi, Le Caire, Beyrouth, Accra et Djeddah – pour n’en citer que quelques-uns – en tant que fils de diplomate. Selon le site web de son entreprise, “son plus grand projet à ce jour, le Musée national de l’histoire et de la culture afro-américaines de Washington, a ouvert ses portes en 2016 et a été nommé événement culturel de l’année par le New York Times”. En 2017, Adjaye a été fait chevalier par la reine Elizabeth II et a été reconnu comme l’une des 100 personnes les plus influentes de l’année par le magazine TIME

Via G

Ode à New York

Les images d’une ville de New York déchirée, dont les boulevards bourdonnants sont soudainement devenus silencieux et vides au début de l’année sont remplacées par celles d’une métropole sur le rebond. Des sièges de style européen sur les trottoirs ornent les restaurants du centre-ville au centre-ville, de Staten Island au Bronx et de Brooklyn au Queens. Les musées rouvrent et les New-Yorkais résilients tirent le meilleur parti de leur ville natale, profitant de nombreux nouveaux espaces ouverts.

Nous sommes ravis de savoir comment New York va se recréer sur son chemin vers la reprise et, par conséquent, nous avons parlé avec Christopher Heywood, vice-président exécutif des communications mondiales de NYC & Company, qui gère le tourisme pour les cinq arrondissements pour obtenir le scoop sur le reviens.

«Les personnes qui envisagent un voyage à New York devraient être convaincues qu’il y a eu beaucoup de travail accompli en mettant la sécurité des visiteurs au premier plan; que vous voyiez cela dans les musées ou dans les transports, ou dans l’ensemble de la restauration en plein air », nous a dit Heywood. Des mises à jour sur ces efforts sont publiées sur NYCGo.com, tout comme un menu complet de choses à faire dans toute la ville.

L’industrie du tourisme de la ville de New York adopte une approche hyper-locale pour amener les résidents et ces 20 millions de personnes de la région métropolitaine à profiter de ce qui se trouve dans leur propre arrière-cour grâce à une campagne «Tout à New York». C’est le moment idéal pour voir New York sans la foule, mais ne vous y trompez pas, l’objectif est de ramener les gens dans la ville pour redévelopper le dynamisme pour lequel elle est connue.

Le programme «Neighborhood Getaways» (détails sur NYCGo.com) encourage les New-Yorkais à profiter des offres et des offres rarement disponibles dans la ville qui ne dort jamais. MasterCard est une entreprise commanditaire et offre un crédit de 100 $, selon le montant dépensé.

Le programme «New York Staycation» a pour message que «vous pensez peut-être connaître New York, mais vous ne le faites vraiment pas.»

«Il y a tellement de choses à voir et à faire, même pour le New-Yorkais le plus blasé», dit Heywood. Il dit que même sans Broadway, qui ne rouvrira pas avant l’année prochaine, il y a beaucoup d’art public disponible, les musées sont ouverts et comme toujours, il y a des dizaines d’offres culturelles à plus petite échelle à apprécier.

L’essentiel, en particulier pour les voyageurs qui ont tellement hâte de prendre des vacances en ces temps difficiles? Sachez que la ville a aplati la courbe des infections au COVID-19 et continue de le faire. Et bien que la pandémie ait été repoussée, les responsables sont toujours très prudents et restent extrêmement vigilants pour maintenir le taux d’infection à un niveau bas.

«Je dirais que le principal argument de vente de New York à l’heure actuelle est que nous sommes l’endroit le plus sûr du pays», déclare Heywood.

Le scoop intérieur

Nous avons demandé aux New-Yorkais de brosser un tableau de ce que c’est que d’être dans la ville en ce moment.

«Je suis un New-Yorkais et voir ma ville se faire frapper, puis lentement récupérer et s’adapter pendant la crise a été un témoignage de sa résilience. Lorsque les portes sont fermées, nous chantons dans les rues », déclare Sekita Ekrek de Sekita Ekrek Luxury Travel Marketing.

«En plus de toutes les installations de restaurant en plein air, il y a maintenant beaucoup de musique et de créativité dans les rues, ce que j’adore. [On a recent] Dimanche après-midi, alors que je faisais des courses dans l’East Village, je me suis arrêté dans mon élan pour entendre une belle voix résonner «Somewhere» de «West Side Story». Je me suis retourné pour voir qu’une foule s’était rassemblée à Astor Place – jeunes et vieux, tous horizons. Le New York Philharmonic faisait un concert pop-up. C’était tellement émouvant, ça m’a littéralement mis les larmes aux yeux. L’autre soir, j’ai vu un jeu aléatoire à Fort Greene d’environ 20 ans traitant de la vie pendant COVID. Tout le monde était assis sur des couvertures à six pieds l’un de l’autre – y compris les acteurs. C’est une période intéressante de l’histoire pour voir New York. Je dis: enfilez ces chaussures de marche et commencez à explorer », dit Ekrek.

Laurie Palumbo, COO d’Island Destinations, qui est également une locale, déclare: «J’adore New York et l’un de mes endroits préférés est Le bar au Hôtel Baccarat. J’ai l’impression de remonter dans le temps, le cadre est tellement glamour et décadent; regarder les barmans mélanger soigneusement des cocktails artisanaux servis dans de magnifiques verres en cristal de Baccarat sous des lustres étincelants me fait toujours sourire! C’est sur ma liste de choses à faire après COVID! »

«Vivre à New York grâce à COVID a été une expérience merveilleuse de voir de jeunes voisins se mobiliser pour vérifier auprès des résidents plus âgés qu’ils peuvent acheter les fournitures nécessaires dans les pharmacies ou les supermarchés», déclare Kitt Garrett de Kitt Garrett à New York.

Elle dit que les autres efforts déployés par les habitants comprennent «  rassembler la communauté pour soutenir les magasins locaux maman-et-pop, se joindre au nettoyage avec notre comité de quartier et apprécier le soutien du personnel extraordinaire de notre bâtiment pour nous assurer que nous sommes tous en sécurité, et tout ce dont nous avons besoin est fourni. C’est le meilleur de ce que cela signifie d’être un New-Yorkais, avec des gens qui aident les gens.

Lucille Ebbe Pucciarelli, présidente-directrice générale de Clark Travel Agency, Inc., vit dans le New Jersey et a récemment fait une excursion d’une journée dans la ville. «Normalement, j’irais dans un musée ou une pièce de théâtre. Quand nous sommes arrivés, nous avons marché et marché … jusqu’au quartier Flatiron et nous avons mangé au Le patio d’Eataly, ce qui était phénoménal. Nous avons traversé le Madison Square Park, puis jusqu’à Bryant Park, où nous nous sommes assis et avons apprécié la vue sur mon parc préféré à New York. Il y avait beaucoup de monde qui profitait de la ville. C’était merveilleux. »

New York se fraye un chemin dans l’âme et demeure, année après année.

«Je vis dans l’Upper East Side», déclare Ivan Igor Matta, copropriétaire de aliveXperiences, un voyagiste boutique pour l’Europe. «J’ai déménagé à New York il y a 16 ans après y avoir passé deux semaines en tant que touriste. J’adore la ville pour son ambiance, car même si elle est très chère, la ville ne cesse de donner. Vous pouvez être qui vous voulez et repartir à neuf n’importe quel jour de votre vie. « 

Limor Dector, conseillère en voyages de luxe chez Ovation Travel Group, se souvient de son premier souvenir de New York en 1971: «Je n’avais que six ans et nous venions tout juste de quitter Israël. Nous étions des immigrants, des étrangers dans un nouveau pays et je me souviens d’être allé sur le ferry de Staten Island autour de Manhattan et d’avoir vu les tours jumelles se construire, se dressant sur les toits de la ville. J’étais sans voix. J’ai été étonné de voir les plus hauts bâtiments du monde [at the time] en cours. Ce souvenir est gravé dans mon cœur et mon esprit pour toujours. Les Twin Towers étaient l’incarnation des rêves américains que nous sommes venus poursuivre au pays des opportunités.

Alison Kraft Blue de Plaza Travel a déménagé de Californie à New York en 1986. «J’étais une jeune fille qui cherchait à affronter l’univers dans le monde de l’hôtellerie. Je n’y étais jamais allée mais je voulais changer. Le monde s’est ouvert à moi dans ces rues. Cela m’a changé pour toujours », dit-elle Conseiller en voyages de luxe.

Aventures dans la restauration

Amy Grigos, conseillère en voyages de luxe et fondatrice de High Access Travel, rapporte que «contrairement à la croyance populaire, New York n’est pas mort. C’est un peu battu, certes, mais il fait tout ce qu’il peut pour revenir.

Elle a récemment dîné dans trois établissements de New York pour goûter à leurs restaurants extérieurs. «Le premier arrêt était Bellini à M. C Seaport. Si vous savez quelque chose sur Cipriani’s, c’est une excellente option en plein air. C’est un peu hors des sentiers battus et vous pouvez toujours découvrir le même merveilleux Bellini du Harry’s Bar à Venise. L’hôtel fait également un excellent travail, avec une distanciation sociale et des protocoles. La vue de certaines chambres du pont de Brooklyn peut couper le souffle du New-Yorkais le plus blasé. La dernière fois que nous avons dîné là-bas, nous avons été informés qu’ils avaient des radiateurs afin d’étendre l’option de repas en plein air par temps plus froid. Bravo, M. C Seaport et Bellini!

« Prochain arrêt, Pastis sur la rue Gansevoort dans le Meatpacking District. Cet endroit était une institution – vous vous souvenez peut-être de «Sex in the City» – et quand il a fermé, tout le monde était profondément attristé. Lorsque Stephen Starr et Keith McNally l’ont rouvert en 2019, les célébrités étaient de retour en masse. Pour agrandir les sièges pour les repas à l’extérieur, la rue Gansevoort sur cette partie du pâté de maisons est fermée à la circulation. C’était une nuit très froide le soir où nous y étions. Les gens sans réservation étaient refusés et les commandes à emporter s’envolaient de la cuisine. Ils ne vous apporteront pas de cocktail tant que vous ne commanderez au moins un apéritif. Certaines des tables sont sous des lampes chauffantes suspendues, mais pas toutes. Nous avons essayé de rentrer l’autre soir, à la dernière minute, mais nous n’avons pas pu obtenir de réservation, car ils étaient pleinement engagés. Trois bons, Pastis!

Les Américains ne peuvent toujours pas aller en Italie et profiter du fameux Tagliolini Al Limone à l’hôtel Santa Caterina et c’est quelque chose dont nous rêvons depuis l’été dernier lorsque nous y étions. Nous avons décidé un soir de nous diriger vers Morandi dans le West Village pour obtenir notre solution italienne. Morandi est connu pour son Fritto Misto di Pesce, qui se compose de calamars salés et frits; crevettes avec la tête sur et petit poisson entier, semblable aux sardines. Ce combo frit et salé est définitivement un stratagème pour faire de votre boisson de plus en plus de vin que vous ne le feriez habituellement. Nous ne prenons aucun problème avec plus de vino, surtout par un samedi soir froid, mangeant à l’extérieur sans lampe chauffante en vue. Morandi est toujours bondé et vous pouvez généralement dîner assez tard, mais pendant la pandémie, ils ont cessé de servir beaucoup plus tôt. Nous sommes arrivés juste à temps pour prendre une table à l’extérieur, bien qu’ils aient quelques tables pour s’asseoir à l’intérieur (qui étaient espacées de six pieds). Nous avons commandé le Pici al Limone (spaghettis roulés à la main avec du citron et du parmesan) et une bouteille de Barolo, fermé les yeux et imaginé que nous étions sur la côte amalfitaine. C’était agréable d’être dehors, de soutenir les restaurants de New York, mais nous avons hâte de rentrer en Italie. Saluer!

«Jusqu’à présent, lors de nos tournées nocturnes au restaurant à New York, nous sommes trois pour trois. Les trois restaurants font de leur mieux dans les circonstances, et nous sommes heureux de les soutenir et de prier pour que les choses changent, car New York est connue pour certains des plus grands restaurants du monde.

«Nous sommes tous dans le même bateau, alors portez votre masque, portez du désinfectant et soutenez ces grands établissements, car nous voulons en profiter et que nous voulons qu’ils existent pour les années à venir.

Les Américains ne peuvent toujours pas aller en Italie et profiter du fameux Tagliolini Al Limone à l’hôtel Santa Caterina et c’est quelque chose dont nous rêvons depuis l’été dernier lorsque nous y étions. Nous avons décidé un soir de nous diriger vers Morandi dans le West Village pour obtenir notre solution italienne. Morandi est connu pour son Fritto Misto di Pesce, qui se compose de calamars salés et frits; crevettes avec la tête sur et petit poisson entier, semblable aux sardines. Ce combo frit et salé est définitivement un stratagème pour faire de votre boisson de plus en plus de vin que vous ne le feriez habituellement. Nous ne prenons aucun problème avec plus de vino, surtout par un samedi soir froid, mangeant à l’extérieur sans lampe chauffante en vue. Morandi est toujours bondé et vous pouvez généralement dîner assez tard, mais pendant la pandémie, ils ont cessé de servir beaucoup plus tôt. Nous sommes arrivés juste à temps pour prendre une table à l’extérieur, bien qu’ils aient quelques tables pour s’asseoir à l’intérieur (qui étaient espacées de six pieds). Nous avons commandé le Pici al Limone (spaghettis roulés à la main avec du citron et du parmesan) et une bouteille de Barolo, fermé les yeux et imaginé que nous étions sur la côte amalfitaine. C’était agréable d’être dehors, de soutenir les restaurants de New York, mais nous avons hâte de rentrer en Italie. Saluer!

«Jusqu’à présent, lors de nos tournées nocturnes au restaurant à New York, nous sommes trois pour trois. Les trois restaurants font de leur mieux dans les circonstances, et nous sommes heureux de les soutenir et de prier pour que les choses changent, car New York est connue pour certains des plus grands restaurants du monde.

«Nous sommes tous dans le même bateau, alors portez votre masque, portez du désinfectant et soutenez ces grands établissements, car nous voulons en profiter et que nous voulons qu’ils existent pour les années à venir.

Written by Vegeta

Juanita Holmes, une Afro-américaine à la tête de la police new-yorkaise

Le maire démocrate de New-York Bill de Blasio a nommé Juanita Holmes cheffe des patrouilles, l’un des postes clé de la police new-yorkaise

Désormais cheffe de patrouille, Juanita Holmes est la première femme noire à être promue à l’un des postes clés de la police new-yorkaise. Sous sa supervision, 77 commissariats et 35 mille policiers. Affichant un large sourire, elle reconnait que sa nomination survient en pleins troubles pour la polie New-yorkaise. Elle promet cependant de déployer les efforts qu’il faut pour maintenir l’ordre.

Fière et consciente de l’immense responsabilité qui lui incombe, Juanita Holmes  déclare « qu’en tant que responsable de la police New-yorkaise, toutes les fonctions que j’ai occupées dans ce département, égalité, justice, transparence ont toujours été au cœur de mon métier. » Elle assure de poursuivre sur la même ligne,  aujourd’hui alors qu’elle est nommée cheffe des patrouilles. Aujourd’hui Juanita Holmes est la femme la plus haut placée. Une responsabilité qu’on lui donne en toute confiance, affirme le maire démocrate de New-York, Bill de Blasio.

Cette nomination survient à un moment où la police est très critiquée. Aux Etats-Unis, le mouvement des Black Lives Matter prend de plus en plus d’ampleur. Les manifestations se multiplient dans plusieurs Etats du pays et dénoncent la brutalité policière à l’encontre de la population afro-américaine.

Elle devra donc redonner confiance en une police accusée de brutalités et de discriminations, notamment par la communauté afro-américaine.

Outre les 77 commissariats, Juanita Holmes supervise la majorité de policiers du NYPD, première police municipale des Etats-Unis. Le NYPD a été accusé de nombreuses brutalités pendant les vastes manifestations du mouvement Black Lives Matter qui avaient secoué New York, après la mort de George Floyd, fin mai.

Juanita Holmesune femme qui vient de faire son entrée dans l’histoire américaine par la grande porte.

Mishka Gharbi

Un appartement new-yorkais vendu pour 238 millions de dollars.

Un appartement situé dans une tour new-yorkaise en cours d’achèvement a été vendu pour 238 millions de dollars au PDG de la société d’investissement alternatif Citadel, Ken Griffin, selon plusieurs médias américains, ce qui en ferait le logement le plus cher des Etats-Unis.

Sollicité par l’AFP, ni Vornado Realty Trust, promoteur du projet, ni Citadel n’ont confirmé l’information.

Ce quadruplexe de plus de 2 100 mètres carrés est situé dans les derniers étages de l’immeuble au 220 Central Park South, en lisière de Central Park. L’appartement comprend 16 chambres et 17 salles de bain, cinq balcons et une terrasse qui fait face à Central Park, selon le magazine Forbes.

La transaction éclipserait l’ancien record de l’appartement le plus cher de l’histoire de New York, détenu jusqu’ici par un duplex de l’immeuble One57, situé non loin de là, sur la 57ème rue, et acquis pour 100,5 millions de dollars par l’entrepreneur Michael Dell en 2014.

Fondateur de la société d’investissement alternatif Citadel, Ken Griffin en est le PDG depuis sa création, en 1990. Sa fortune est estimée à 9,9 milliards de dollars par le site de Forbes. Depuis plusieurs mois, il s’est lancé dans une vague d’achats dans l’immobilier de luxe, avec notamment une résidence gigantesque à Londres, en bordure de St James’s Park, pour 95 millions de livres (122 millions de dollars), selon des informations de presse parues lundi. D’une hauteur de 290 mètres, l’immeuble du 220 Central Park South, aux façades en pierre calcaire grise dite Silver Shadow, est inspiré des immeubles new-yorkais emblématiques de l’avant-guerre.

Etats-Unis : New York bannit les voitures de Central Park

Pour lire l’article

Agathe Palaizines

Central Park, le célèbre oasis de verdure au cœur de New York, est désormais interdit aux voitures.

Depuis le 27 juin dernier, les voitures ne sont plus autorisées à rouler dans le mythique Central Park new-yorkais. Cette mesure a pris effet au lendemain de l’annonce officielle faite par le maire, Bill de Blasio. Il entend préserver l’environnement et la végétation de ce célèbre parc qui accueille chaque jour 250 000 visiteurs du monde entier.
Quatre axes à part

Le 26 juin au soir, les dernières voitures ont emprunté les voies de Central Park ouvertes à la circulation. La dernière de la file a été précédée symboliquement par des responsables municipaux, des cyclistes et des défenseurs du parc. Cependant, les quatre axes de circulation principaux traversant le parc d’est en ouest ne sont pas concernés par cette réforme. Ces routes sont pour leur part séparées de la végétation de Central Park par des murs. « Pendant plus d’un siècle, nous avons transformé des parties du parc le plus célèbre du monde en autoroutes, et à partir de ce soir, nous les reprenons pour de bon », a déclaré Bill de Blasio.

Et voici l’appartement le plus cher de New York

Avec ses 73 étages, ses 300 mètres de hauteur et son emplacement hors pair, One57 est l’une des adresses les plus prisées de Manhattan.

Situé en bordure de Central Park, l’immeuble accueille milliardaires à la recherche d’un pied-à-terre ou célébrités comme Sting et Denzel Washington, en quête de luxe et volupté. En 2015, Michael Dell y a acheté un appartement pour 100.5 millions de dollars. Un record absolu, même à New York, où les prix de l’immobilier ne cessent de grimper. Mais qu’est-ce qui pourrait justifier de telles sommes ? Un tour du propriétaire s’impose.

C’est à l’architecte français Christian de Portzamparcque l’on doit cet étonnant bâtiment, parmi les plus hauts de ce secteur connu comme le « Billionaires’ Row » en référence aux prix exhorbitants qui s’y pratiquent.

One57 propose des appartements d’une à trois chambres du 32ème au 38ème étage, tandis que les niveaux supérieurs sont occupés par des logements plus spacieux entièrement meublés par des

L’hôtel Park Hyatt a quant à lui élu domicile dans les étages inférieurs, permettant aux résidents de la tour de profiter des installations du palace qui incluent une piscine intérieure (avec une bande-son underwater), un spa ultra-chic et une salle de sport surplombant Manhattan. Tout ça sans compter le bar et le service de conciergerie.
Pour voir les photos et lire l’article

les rats prospèrent à New York

Pour lire l’article

Le buzz des Etats-Unis : les rats prospèrent à New York
Elsa Conesa Le 15/06 à 06:04Mis à jour à 06:27

Les plaintes concernant les rongeurs ont augmenté de 10 % l’an dernier. Brooklyn est plus particulièrement touché.

L’inflation des prix de l’immobilier est sans effet sur la population de rats à New York. Les plaintes concernant les rongeurs ne cessent d’augmenter depuis 2014 et ont encore grimpé de 10 % l’an dernier, selon une analyse du site Renthop.com révélée par le « Wall Street Journal ».
C’est à Brooklyn, dans le quartier de Bedford-Stuyvesant, qu’a été recueilli le plus grand nombre de plaintes, suivi de Harlem et de l’Upper West Side, à Manhattan. Le nombre de plaintes sur l’ensemble de Brooklyn a atteint 7.253, contre 4.507 pour Manhattan, mais la concentration des plaintes y est plus élevée.

« Le nombre de plaintes concernant les rats n’est pas nécessairement un bon indicateur de la population de rats dans un quartier donné », a indiqué le département de la Santé de la ville, qui a mis en place un portail pour permettre aux résidents de suivre les inspections, secteur par secteur. La ville a constaté que le nombre de plaintes augmente généralement l’été, la chaleur incitant les résidents à fréquenter plus souvent les parcs et à y laisser davantage de nourriture. La municipalité ne dispose pas de données permettant de mesurer la population de rats, et les estimations varient . Une estimation faite par l’université de Columbia l’avait chiffrée à 2 millions en 2014, le site Renthop à 250.000.
750.000 dollars

L’automne dernier, le maire Bill de Blasio avait annoncé avoir dégagé 750.000 dollars pour éradiquer les rats dans les parcs de l’Upper West Side, après la multiplication de plaintes des familles du quartier. Puis il a promis de réduire la population de rongeurs de 70 % dans les logements sociaux.

Dans certains quartiers, des élus locaux ont en outre financé des compacteurs à énergie solaire fermés – les sacs-poubelles dans la ville sont posés à même le trottoir avant d’être ramassés – et demandé un ramassage plus fréquent.
Elsa Conesa