Archives de catégorie : chanson

New York (AFP). Les années new-yorkaises, symboles de la renaissance de John Lennon

Le 8 décembre 1980, le portail en fer forgé de l’immeuble Dakota, aux allures de château en face de Central Park, entra dans l’histoire comme le lieu où fut abattu John Lennon.

New York avait cependant été pendant près de 10 ans un symbole de renaissance pour l’ancien Beatle et auteur d' »Imagine ».

A son arrivée dans la première métropole américaine en 1971, la ville est minée par la pauvreté et la criminalité. Mais elle est aussi en pleine effervescence artistique, avec des célébrités si nombreuses que même une star mondiale comme Lennon pouvait prendre un café au coin de sa rue, au « Cafe La Fortuna », sans être assailli par fans et paparazzi.

« On se sentait vraiment en phase avec les New-Yorkais », dira son ancienne compagne Yoko Ono, aujourd’hui âgée de 87 ans, dans le documentaire « LENNONYC » (2010).

« J’ai rencontré beaucoup de New-Yorkais qui se plaignent, mais personne ne s’en va », disait John Lennon. « C’est le meilleur endroit du monde ».

– Ordre d’expulsion –

Le couple avait d’abord emménagé à Greenwich Village, alors le quartier artistique par excellence.

« Il ne voulait pas être John Lennon, l’ancien Beatle, une célébrité », explique Susan Ryan, auteure new-yorkaise qui organise des visites guidées sur le thème des Beatles.

Le deux-pièces du 105 Bank Street, où ils habitèrent de 1971 à 1973, est occupé depuis 25 ans par le même locataire, Roger Middleton, « conscient de l’héritage » du lieu.

John et Yoko rejoignirent vite les milieux de gauche de l’époque, et sortirent en 1972 un album, « Some Time in New York City, » très politique, abordant racisme, sexisme et incarcération.

Le FBI plaça Lennon sur écoute et le gouvernement de Richard Nixon ordonna son expulsion, début d’une longue bataille judiciaire. L’ancien Beatle n’obtint son permis de séjour qu’en 1976.

– John le blagueur –

C’est pendant ce bras de fer que Bob Gruen prit le célèbre cliché de Lennon faisant le signe de la paix devant la Statue de la Liberté.

Le photographe prit d’autres images devenues emblématiques, comme celle où le chanteur aux petites lunettes rondes, cheveux mi-longs, porte fièrement un t-shirt marqué « New York City. »

Bob Gruen raconte avoir pris plaisir à photographier une star « toujours prête à jouer avec les mots et à blaguer ».

« J’aurais vraiment aimé voir ce qu’il aurait fait avec Twitter, il était tellement doué pour les petites phrases », dit le septuagénaire.

Allan Tannenbaum, auteur de portraits intimes de John et Yoko, se souvient lui aussi de son sens de l’humour.

Une fois, alors que le couple était nu et simulait une scène de sexe, Lennon a embrassé Ono si longtemps qu’à un moment il s’est retourné et a lancé « C’est quoi, ça? Ben Hur? » Référence au célèbre film de près de quatre heures sorti en 1959

« Ca a cassé la glace, tout le monde a rigolé », se souvient Tannenbaum. « J’ai la photo de cet instant, lui avec un grand sourire alors qu’il chevauche Yoko. Et elle qui rit, c’était génial ».

– « Père au foyer » –

Rockin’ Squat rend hommage à New York dans le superbe clip de « NY Network »

Dans son dernier clip, le vétéran du rap Rockin’ Squat rend hommage à la plus grande ville des Etats-Unis, NYC.

Jeu. 03 Décembre 2020 par Team Mouv’

pour écouter : Rockin’ Squat rend hommage à New York dans le superbe clip de « NY Network » (mouv.fr)

Avec NY Network extrait de son album 432Hz, tonton Rockin’ Squat nous emmène au pied des gratte-ciels de New York, dans un clip qui sent bon les années 80/90. Graffiti, Break-Dance, DJing , cette vidéo ultra dépaysante est remplie de références et de symboles, un véritable voyage au pays du Hip-Hop. 

Lui-même résident New-Yorkais pendant une longue période de sa vie, Rockin Squat donne ici à son public sa propre vision de NYC. Il décrit la ville par sa culture et évidemment, par sa musique. En retraçant l’histoire du hip-hop new-yorkais, Mathias Cassel de son vrai nom nous raconte aussi sa propre histoire, celle d’un jeune frenchie qui débarque dans la Grande Pomme au milieu des années 80. 

Rendre hommage et s’amuser avec les symboles 

Pendant que le MC du groupe Assassin découpe un sample de James Brown et nous racontant son épopée ‘ricaine, un véritable déluge de références et d’anecdotes inonde l’écran. Cinéma, musique, vêtements, spectacles etc… Tout est bon pour rappeler à quel point NYC est un concentré de hip-hop. 

De la pochette d’Illmatic de Nas à celle de King of Rock de Run-DMC, Squat s’amuse avec les codes de sa culture qu’il connait sur le bout des doigts. D’ailleurs l’auteur de Sérieux dans nos affaires rend également un bel hommage du rap français en reprenant la pochette de Midnight Marauders du groupe A Tribe Called Quest en remplaçant les têtes des MC américains de l’époque avec celles des rappeurs français actuels pour la pochette de ce single.

Le clip se termine sur un hommage à DJ Duke. Ce grand ami de Rockin Squat et DJ mythique du groupe assassin nous a quittés début novembre 2020 et visiblement, Squat voulait lui rendre un dernier hommage. A tout juste 50 ans, le MC reste sérieux dans ses affaires, et dans la façon dont il parle à ses frères. 

Le calendrier de l’avent de Vision de New York

A partir du 1° décembre je vous proposerais un petit calendrier de l’avent, avec les photos et le texte de Manhattan Ghost

https://ward.noirduo.fr/index.php?page=manhattan-ghost

Et puis vous pourez gagner des livres pour Noël en lisant et en regardant les photos.

Vous trouverez aussi la playlist pour écouter de la musique en lisant l’histoire et en admirant les photos.

Rendez-vous le 1° décembre sur ce blog

https://www.visiondenewyork.photos/

Ma chanson préférée sur New York

Willie Nile : Street of New York. Je ne connaissais pas ce chanteur avant d’entendre cette chanson. Il a un peu de Dylan, un peu de Springsteen. Je suis devenu fan et j’aimrai bien le voie en concert à NY.

Willie Nile (né Robert Noonan; 7 juin 1948)[1] est un auteur-compositeur-interprète américain.

En 1980, Nile sort son premier album éponyme. Son début de carrière a été interrompu par divers problèmes, mais il est finalement retourné à l’enregistrement et la scène aux États-Unis et en Europe, s’établissant comme un auteur-compositeur-interprète. [2]

Né à Buffalo, New York,[3] de ce qu’il a appelé « ne famille catholique irlandaise grégair »,[4]

Il a grandi avec deux frères aînés qui jouaient du piano, et une mère qui « avait toujours de la musique dans la maison. Qu’il s’agisse de classique, de big band ou de tubes populaires de l’époque, quelque chose jouait toujours. Son grand-père dirigeait un orchestre à Buffalo et était un pianiste de vaudeville qui jouait avec Bill « Bojangles » Robinson et Eddie Cantor[4]

Nile a étudié la philosophie à l’Université de Buffalo et a vécu à Greenwich Village tout en commençant sa carrière musicale. Il a contracté une pneumonie et écrit des chansons pendant qu’il a passé un an à récupérer. Par la suite, il a commencé à fréquenter des clubs tels que CBGB, où il a vu des artistes tels que Patti SmithTelevision, les Ramones, et Talking Heads[1]

Carrière[modifier]

Les premières années[modifier]

Nile a établi sa résidence à Kenny’s Castaways, un club de Greenwich Village, où il a été découvert par le critique musical du New York Times Robert Palmer qui a décrit Nile comme « l’auteur-compositeur le plus doué à émerger de la scène folk new-yorkaise pendant un certain temps ». [5] Cela a conduit à une réunion avec Clive Davis et un contrat de disque avec Arista RecordsIl est entré en studio avec un groupe qui comprenait Jay Dee Daugherty du Patti Smith Group et Fred Smith de Television. Il a été décrit par Stephen Holden du New York Times comme un « fil de concert » dans les concerts. [7]

Après la sortie de son premier album, Willie Nile, il rejoint la tournée d’été de The Who en 1980. [8][9][10]

Après son deuxième album de 1981’s Golden Down, Nile s’est impliqué dans de longs problèmes juridiques qui ont réduit sa carrière pendant un certain nombre d’années. [11]

Ré-émergence[modifier]

Bien qu’il ait continué à écrire, Nile n’a pas joué en direct ou enregistrer à nouveau jusqu’à une performance 1987 à Oslo, Norvège, avec Eric Andersen. Une bande vidéo de la performance de Nile en Norvège a incité un dépisteur de talents de Columbia à le signer sur le label en 1988. Pour des raisons qui ne sont pas claires, la production de son album n’a pas commencé avant deux ans. Il s’agissait d’un autre retard important dans la carrière du troubadour. Publié en 1991, son CD De Columbia Records Places I Have Never Been contenait les chansons « Everybody Needs A Hammer » et « Heaven Help The Lonely ». Places I Have Never Been en vedette des apparitions par des musiciens de soutien, y compris Richard ThompsonLoudon Wainwright IIIRoger McGuinn, et les membres des Hooters et les RochesLe 11 juin 1991, Nile est le musicien invité du Late Night avec David Letterman.

Nile a enregistré et joué avec plusieurs musiciens, y compris Ringo StarrTori AmosElvis CostelloLucinda Williams, Ian Hunter, et Barenaked Ladies. Un album live de central park concert, Willie Nile-Archive Alive, a été publié sur Archive Recordings, et Nile a été l’un des chanteurs sur l’album 1998 ensemble Largo, avec Joan OsborneCyndi LauperLevon Helm, The ChieftainsTaj Mahal et Carole King. Un autre projet a trouvé Nile écriture et l’exécution de la plupart des chansons pour la bande originale du film de Kevin McLaughlin Pinch Me![12]

Rassemblant ses ressources au fil du temps, il sort son premier album auto-publié, Beautiful Wreck of the World, en 1999. Il a été choisi comme l’un des dix meilleurs albums de l’année par la critique de Billboard Magazine, The Village Voice et Stereo Review. [citation nécessaire]

Lucinda Williams a appelé « On the Road to Calvary, » la chanson de Nile pour Jeff Buckley, « L’une des plus belles chansons que j’ai jamais entendu. » L’album a atteint la finale des Independent Music Awards du meilleur album rock de l’année. [citation nécessaire]

Renaissance du XXIe siècle[modifier]

À l’automne 2003, Nile a été invité à partager la scène lors de trois concerts avec le E Street Band, y compris les deux derniers spectacles du Giants Stadium ainsi que les deux derniers spectacles de cette tournée particulière au Shea Stadium. [13][14]

En 2006, Nile a sorti Streets of New York, que certains peuvent considérer comme son meilleur travail à ce jour, en raison de sa production et l’écriture de chansons. Ancien critique musical du magazine Time et oscarisé scénariste Jay Cocks écrit de Streets of New York, « Les airs qu’il écrit et joue avec un tel chalumeau vibrancy obtenir le mythe et la magie et le danger et la tristesse et l’amour dans cette ville-de cette ville-plus vrai, et plus juste, que tout ce que j’ai entendu depuis Dion. Ce disque est un twister tête-twister et déchirant. C’est le rock and roll à son meilleur. C’est New York à son meilleur. Et il n’y a rien de mieux que cela. [citation nécessaire]

House of a Thousand Guitars a été publié à des critiques positives sur Avril 14, 2009.

Le 22 novembre 2009, Nile rejoint le E Street Band pour la couverture de « Higher and Higher » de Jackie Wilson. [15]

Le 23 avril 2013, lors d’une cérémonie à Leeds, au Royaume-Uni, Nile a été nommé ambassadeur de l’héritage pour la Buddy Holly Educational Foundation. [16]

Le 25 juin 2013, Nile sort son huitième album studio, American Ride through Loud & Proud Records. [17] Nile avait initialement prévu sur l’auto-distribution grâce à l’argent recueilli sur PledgeMusic.com. La décision de signer sur une maison de disques a eu lieu après qu’il a été approché par Tom Lipsky, président de Loud & Proud Records. [18]

Le 11 novembre 2014, Nile sort If I Was a River, un album de 10 titres pour piano, composé par Nile avec l’aide de son collaborateur de longue date Frankie Lee. [19]

Lors d’une apparition surprise au Light of Day Benefit 2015 à Asbury Park, New Jersey, Bruce Springsteen a rejoint Nile sur scène pour interpréter « One Guitar » de Nile. [20][21] [22]Le 28 mai 2015, au Best Buy Theatre de New York, Nile rejoint Springsteen, Joan JettRoger Daltrey et Billy Idol lors du 11e concert-bénéfice annuel du MusiCares MAP Fund pour honorer Pete Townshend pour son engagement à aider d’autres musiciens toxicomanes[22]. [23]

Le 27 juillet 2018, Nile sort l’album Children of Paradise. L’album a été bien reçu et donné d’excellentes critiques. Kiley Armstrong, de l’Associated Press, affirme qu’il s’agit de « son meilleur album à ce jour ». Dans une critique de juillet 2018 de l’album Audiophilie,  » Willie Nile a beaucoup à dire et clairement de grandes chansons dans sa poche arrière. Tu as juste besoin d’écouter. Si vous avez même un peu de conscience restante, vous devriez écouter les albums de Willie des 10 dernières années. Vous pourriez juste vous inspirer par sa renaissance du 21ème siècle. [25]

Le 15 mars 2020, Nile sort son 13e album studio, New York at Night. Nile l’a décrit comme « jetant un autre long sur le feu », définissant sa passion pour sa musique. Avec la chanson-titre, l’album comprend le précédemment publié « Run Free », « New York is Rockin’ » qu’il a co-écrit avec Curtis Stigers pour l’album Time Wasde Stigers en 1995 , « Surrender the Moon », une chanson qu’il a commencée avec son frère John, décédé il y a des années, et des réflexions sur l’amour; « A Little Bit of Love », « The Last Time We Made Love » et « Downtown Girl ». [26]American Songwriter magazine a évalué l’album 31/2 de 5 étoiles et a dit que Nile appartient à une classe d’auteurs-compositeurs new-yorkais avec DionLou ReedPatti SmithGarland JeffreysThe RamonesNew York Dolls et d’autres. Donnant à l’album une note de 88/100, Elmore Magazine dit « Jersey a Bruce Springsteen, mais New York a Willie Nile ». [28]

The Pogues – Fairytale Of New-York

It was Christmas Eve babe
In the drunk tank
An old man said to me, won’t see another one
And then he sang a song
The Rare Old Mountain Dew
I turned my face away
And dreamed about you

Got on a lucky one
Came in eighteen to one
I’ve got a feeling
This year’s for me and you
So happy Christmas
I love you baby
I can see a better time
When all our dreams come true

They’ve got cars big as bars
They’ve got rivers of gold
But the wind goes right through you
It’s no place for the old
When you first took my hand
On a cold Christmas Eve
You promised me
Broadway was waiting for me

You were handsome
You were pretty
Queen of New York City
When the band finished playing
They howled out for more
Sinatra was swinging,
All the drunks they were singing
We kissed on a corner
Then danced through the night

The boys of the NYPD choir
Were singing « Galway Bay »
And the bells were ringing out
For Christmas day

You’re a bum
You’re a punk
You’re an old slut on junk
Lying there almost dead on a drip in that bed
You scumbag, you maggot
You cheap lousy faggot
Happy Christmas your arse
I pray God it’s our last

The boys of the NYPD choir
Still singing « Galway Bay »
And the bells were ringing out
For Christmas day

I could have been someone
Well so could anyone
You took my dreams from me
When I first found you
I kept them with me babe
I put them with my own
Can’t make it all alone
I’ve built my dreams around you

The boys of the NYPD choir
Still singing « Galway Bay »
And the bells are ringing out
For Christmas day