un nouveau billet pour l’Empire State Building

Cliquez ici pour aller sur l’article

es visiteurs peuvent se procurer une double admission pour accéder à l’observatoire de l’Empire State Building, reconnu mondialement, et profiter de paysages spectaculaires de jour comme de nuit

NEW YORK, 23 mai 2017 /CNW/ – L’Empire State Building (ESB) annonce aujourd’hui le lancement de son nouveau billet duo ESB AM/PM. Pour la toute première fois, les clients peuvent se procurer des billets par l’entremise du guichet de l’ESB ou en ligne pour profiter de la vue qu’offre l’édifice le plus connu du monde pendant la journée et revenir sur place après 21 h pour admirer les lumières de la ville de nuit.

« Nos clients nous ont indiqué qu’ils voulaient s’émerveiller devant le cœur de New York pendant la journée et pendant la nuit sans avoir à payer deux fois le prix d’un billet ou sans qu’ils aient à opter pour un voyage de groupe incluant des attractions qui ne les intéressent pas », soutient Jean-Yves Ghazi, vice-président directeur de l’observatoire de l’Empire State Building. « Comme bien des voyageurs le savent, la vue urbaine exceptionnelle à aire ouverte de 360 degrés que nous offrons définit la ville de New York, que ce soit de jour ou de nuit; ils peuvent désormais profiter des deux à un prix réduit! »

Pour obtenir de plus amples renseignements ou pour acheter des billets ESB AM/PM, veuillez cliquer ici.

À propos de l’Empire State Building

S’élevant à 1 454 pieds au-dessus de Midtown Manhattan (de la base à l’antenne) et appartenant à Empire State Realty Trust, Inc., l’Empire State Building est « l’immeuble le plus célèbre du monde ». Grâce à de nouveaux investissements réalisés dans l’efficacité énergétique, l’infrastructure, les aires publiques et les services, l’Empire State Building attire des locataires de premier rang issus de divers secteurs à travers le monde. La technologie performante de diffusion du gratte-ciel émet toutes les grandes chaînes de télévision et stations de radio FM du marché métropolitain de New York. L’Empire State Building a été désigné comme l’immeuble préféré en Amérique dans le cadre d’un sondage mené par l’American Institute of Architects. L’observatoire de l’Empire State Building est l’une des attractions les plus prisées au monde et la destination touristique numéro 1 de la région. Pour en savoir plus sur l’Empire State Building, visitez les sites www.empirestatebuilding.com, www.facebook.com/empirestatebuilding, @EmpireStateBldg, www.instagram.com/empirestatebldg, http://weibo.com/empirestatebuilding, www.youtube.com/esbnyc ou www.pinterest.com/empirestatebldg/.

À propos de l’Empire State Realty Trust

Empire State Realty Trust, Inc. (NYSE : ESRT) est une importante société de placement immobilier (REIT) qui détient, gère, exploite, acquiert et repositionne des immeubles de bureaux et des établissements de vente au détail à Manhattan et dans la grande région métropolitaine de New York, y compris l’Empire State Building, l’immeuble le plus célèbre du monde. Établie à New York, la société dispose d’un bureau principal et d’un portefeuille d’établissements de vente au détail qui couvraient une superficie louable de 10,1 millions de pieds carrés au 31 mars 2017. Son portefeuille se divise ainsi : 9,4 millions de pieds carrés de surfaces de location réparties dans 14 immeubles de bureaux, dont neuf à Manhattan, trois dans le comté de Fairfield au Connecticut et deux dans le comté de Westchester à New York; et quelque 707 000 pieds carrés de surfaces de location réparties dans six établissements de vente au détail.

SOURCE Empire State Realty Trust, Inc.

Renseignements : CONTACT : contact médiatique : Krystle Parram, (212) 736-3100, KParram@empirestaterealtytrust.com; Stacey-Ann Hosang, (212) 736-3100, SHosang@empirestaterealtytrust.com, http://www.esbnyc.com

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Un thriller sur New York

vous allez à New-York. 6 heures d’avion, un livre pour passer le temps et vous mettre dans l’ambiance

pour aller voir le livre

Poche
Editeur : Critic (19 mai 2016)
Collection : THRILLER-POLAR
Langue : Français
ISBN-13: 979-1090648562
ASIN: B019OSYJJG
Dimensions du produit: 19,8 x 2,5 x 13 cm

Kristin Arroyo découvre dans les affaires de son défunt grand-père des photographies inédites de Marilyn Monroe. Son associé est tué. Dès lors, pourchassée par des inconnus, elle s’efforce de reconstituer les derniers jours de l’actrice pour changer le cours de son propre destin.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Des milliers de poissons morts ont mystérieusement recouvert un canal de New-York

Les habitants de Hampton Bays, un quartier de New-York, ont assisté à un spectacle effroyable en ce début de semaine. Des milliers de poissons morts recouvraient en effet le Canal Shinnecock, laissant apparaître des carcasses sans vie sur plusieurs centaines de mètres. Une vision d’apocalypse qui a terrorisé petits et grands qui se demandaient bien quelle pouvait être la raison de cette soudaine vague de poissons nommés Menhaden de l’Atlantique.

Fin du monde ou véritable explication ?

Si les plus religieux y ont vu un signe de fin du monde, les scientifiques chargés de l’affaire ont trouvé une raison un peu plus terre à terre. Non, ces vertébrés aquatiques n’ont pas été victimes d’une volonté divine ou même de déchets industriels. Au contraire, ils ont été privées trop longtemps d’oxygène et comme les mammifères, les poissons ont besoin d’oxygène pour survivre. Selon le New York State Department of Environmental, ces bancs de Menhaden devaient fuir un prédateur et ont échoué dans le canal. Malheureusement, celui-ci a été fermé pour lui nuit ce qui a créé une impasse et les a, au fil du temps, asphyxiés.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

La NSA à New York

D’après les révélations de The Intercept, The Long Lines Building à New York n’est pas l’antenne anodine d’AT&T que tout le monde croyait.

Si vous avez déjà visité New York, le bâtiment vous est peut-être familier. Planté en plein cœur du quartier de Manhattan, il s’agit d’un imposant immeuble de béton brut, dépourvu de la moindre fenêtre, digne des plus grandes heures du brutalisme. Jusqu’à peu, on pensait encore que le bâtiment, baptisé The Long Lines Building, n’était qu’une antenne d’AT&T, l’un des plus grands opérateurs téléphoniques et fournisseur d’accès internet américains. Une enquête de The Intercept, qui s’appuie notamment sur des informations fournies par Edward Snowden, vient aujourd’hui contredire cette information –ou, tout au moins, révéler une autre fonction de ce bâtiment.

Car, selon le site d’investigation piloté par Glenn Greenwald, ce grand immeuble de béton abrite, en réalité, une antenne majeure et centre d’écoute de la NSA, l’Agence nationale de la sécurité américaine. Son rôle? Filtrer les communications vers l’international et participer à des opérations de surveillance visant, par exemple, des pays alliés comme la France ou l’Allemagne, mais aussi des organisations internationales comme le Fonds monétaire international ou les Nations unies, ajoute The Intercept.

Résiste aux charges atomiques

Toujours selon les informations du site, le bâtiment, volontairement pensé pour qu’on l’ignore dans le temps malgré sa taille imposante et construit entre 1969 et 1974, serait capable de résister à une charge atomique. Vingt-neuf étages, trois sous-sols, si l’on ignore combien de personnes travaillent effectivement dans cette enceinte, on sait que l’architecte, John Carl Warnecke, prévoyait –outre une autoalimentation en électricité– des espaces de stockage d’eau et de nourriture pour 1.500 personnes. Quant aux appels interceptés, d’après les mémos d’Edward Snowden, pourraient même être écoutés depuis l’intérieur du bâtiment.
Mais alors, que reste-t-il d’AT&T qui était censé occuper ces locaux? D’après les documents publiés par The Intercept, le nom de code «Titanpointe», qui désigne l’immeuble Long Lines, est mentionné à de nombreuses reprises dans des rapports internes de la NSA liés à des opérations de surveillance. Des mentions qui l’associent souvent à «Lithium», un autre nom de code connu pour désigner… AT&T. Une association qui, si l’on regarde quelques années en arrière, n’a rien de bien nouveau.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Les NY Knicks battent Détroit

New York a battu Detroit (105-102), mercredi soir, au Madison Square Garden. Les Knicks ont pu compter sur un excellent Kristaps Porzingis, qui a pour la première fois dépassé la barre des 30 points, avec un match à 35 unités (13/22 au tir), 7 rebonds et 3 passes.
En savoir plus sur http://portail.free.fr/sport/basket/6686296_20161117_porzingis-et-noah-flambent-avec-new-york.html#0xBTxzkhLUR1BULp.99

Si Carmelo Anthony (22 points) et Derrick Rose (15 points) ont également été bons, Joakim Noah, relégué sur le banc lors du dernier match contre Dallas, a bien réagi avec 7 points, 15 rebonds, 3 passes et 3 contres en 25 minutes, tout en limitant Andre Drummond à 15 points et 9 rebonds en 29 minutes.

Les Knicks reviennent ainsi à une victoire d’un bilan équilibré (5-6).

En savoir plus sur http://portail.free.fr/sport/basket/6686296_20161117_porzingis-et-noah-flambent-avec-new-york.html#0xBTxzkhLUR1BULp.99

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

la rue la plus chère de New York : La 5° avenue

Ce n’est pas un scoop mais…

AFP) – La 5e avenue à New York conserve pour la troisième année consécutive sa place d’artère commerçante la plus chère au monde, devançant Causeway Bay, sur l’île de Hong Kong, et les Champs Élysées à Paris, selon une étude du cabinet immobilier Cushman and Wakefield.

La célèbre rue new-yorkaise avait ravi la première place à sa rivale de Hong Kong en 2014, après deux ans de suprématie de l’artère asiatique.

Les deux quartiers restent largement devant leurs concurrents, avec des loyers moyens respectifs de 29.065 dollars au mètre carré pour New York (soit environ 27.000 euros, au taux de change actuel) et 27.884 dollars par mètre carré pour Hong Kong.

Leurs valeurs locatives sont deux fois plus élevées que celles des autres rues principales partout ailleurs dans le monde, selon un communiqué diffusé mercredi par le cabinet à l’occasion du Mapic, salon de l’immobilier commercial qui se tient cette semaine à Cannes.

Les deux villes enregistrent toutefois cette année un recul, les grandes marques internationales rationalisant leurs parcs de magasins au profit de leurs sites de vente en ligne.

La 5e avenue a ainsi vu le montant moyen de ses loyers commerciaux reculer de 14% par rapport à 2015. C’est la première fois depuis la fin de la crise financière que l’artère new-yorkaise enregistre une telle baisse, souligne Cushman and Wakefield qui prédit que cela va continuer en 2017.

En cause : les marques et distributeurs cotés à Wall Street sont poussés par les marchés dans une course au profit, qui les incite à fermer leur magasins les moins rentables, une tendance qui affecte la plupart des grandes artères commerçantes américaines. De plus, New York connait une période de moindre demande des enseignes pour des points de vente de type « flagship », ces magasins-phares aux surfaces et aux loyers les plus importants.

A Hong Kong, outre l’impact du ralentissement économique, c’est aussi la concurrence du commerce en ligne, particulièrement développé en Chine, qui entraine les distributeurs et les marques à revoir à la baisse leurs stratégies d’implantation commerciale. Les loyers sur Causeway Bay reculent cette année de 15%, après une baisse de 12% l’année dernière.

Les Champs-Elysées de Paris conservent quant à eux leur troisième place mondiale et leur première au niveau européen, avec des loyers moyens de 13.255 dollars/m2 (environ 12.300 euros).

Ce chiffre est stable par rapport à l’an dernier, malgré le recul du nombre de touristes et des paniers moyens dépensés sur la célèbre avenue parisienne, suite notamment aux attentats qui ont frappé la France.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

une expo photo sur New York à Paris

New York City – The Wall, 16 novembre 2016 12:00, Galerie RASTOLL

New York City – The Wall la suite
Exposition solo du photographe James Vil
Exposition du 2 au 26 novembre 2016
New York City The Wall, par James Vil, ce sont 261 images en noir et blanc, une invitation à vous balader dans les rues de la Grosse Pomme.

Galerie RASTOLL @Galerie RASTOLL Paris

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather