Chronique – Manhattan Marylin – Philippe Laguerre

POUR ACHETER LE ROMAN

 » Ancienne Marine en Irak, Kristin Arroyo découvre dans les affaires de son grand-père décédé – un célèbre portraitiste – des clichés inédits de Marilyn Monroe. Aidée par un photographe, elle décide de monter une exposition.

Malheureusement, rien ne se passe comme prévu : une mystérieuse organisation s’en prend à eux. Pourchassée, traquée, la jeune femme va rapidement comprendre que son destin est lié à celui de Marilyn Monroe et s’efforcer de reconstituer les derniers jours de l’égérie hollywoodienne afin de percer le mystère qui entoure sa disparition.  »

Premièrement, c’est un livre qui est coupé en six parties, qui font en général un cinquantaine de pages chacun. Les chapitres ne sont pas énormes, ce qui fait que la lecture n’est pas lassante, la lecture est du coup très rapide. Pour ma part, j’essaie de me faire un peu plus de soixante page par jour, comme ça, je prends bien le temps de réfléchir, parce que le but d’un thriller, c’est de nous faire réfléchir.

Ensuite, si vous êtes fan de New-York, de la vie la l’américaine, du mouvement militant contre les riches face aux minorités et de Marylin ainsi que des Kennedy…C’est fait pour vous, car le livre est appuyé sur la vie et la mort de Marylin, et de Bobby et John Kennedy.

C’est un thriller qui se passe après 2014 à New-York, avec Kristin qui rentre d’Irak, ancienne militaire de la Marine. Elle rentre au pays car elle ne supporte plus son métier et elle a besoin de retourner chez elle.

Elle fait partie d’un mouvement militant contre les inégalités surtout entre les riches et les moins rien, notamment les minorités. C’est le « 99% », les 1% étend les riches. Elle se fait repérer par Nathan, qui est un photographe en recherche de photo pour la galerie qu’il tient. Nathan est très intrigué et veut montrer le fond de ce mouvement, la nature, la vie du mouvement, méfiante, Kristin accepte tout de même. Elle en profite pour montrer quelques clichés qu’elle a retrouver, prisent par son grand père, Edward Pyle, célébre photographe de l’époque. Sur les clichés y prônent une Marylin Monroe, juste avant sa mort, c’est clichés qui valent de l’or. De ce fait Nathan fait appel à un expert de la fondation de Marylin Monroe. Cet expert, Michael, fait parti des 1% de la population des Etats Unis, ironie du sort, elle accepte de lui revendre. Nathan voulant étudié un peu les clichés, Michael les le lui laissent. Le soir même Nathan se fait assassiner, plus aucune photo de Marylin dans son labo. Kristin est accusé de son meurtre et Mickael est traqué par des mafieux et par le FBI. Quel est donc ce secret?

Comme je vous l’ai dis en ce moment j’ai vraiment besoin de changer mon genre littéraire, j’en ai plus que marre de lire des romances… Dit celle qui lit en parallèle la Famille d’Arsac! Fin bref. Je ne suis pas non plus quelqu’un fan de base de Marylin, cependant l’histoire en elle même, pourrait nous faire penser à n’importe quelle autre personnalité importante. On a un petit débriefing en début d’histoire qui pour ma part je pense spoile un petit peu la suite. On se doute bien de ce que Kristin va découvrir.

La lecture est tellement facile est fluide. Au début en voyant le livre, je me suis dit, « oula, c’est un bon bouquin, c’est pas écrit tellement gros, je vais le sentir passer ». Et bien non, comme quoi, les apriori. J’aime beaucoup la plume de l’auteur, c’est écrit ce qu’il faut, il n’en rajoute pas de trop, il n’y a pas de superflux. C’est un livre qui est tellement agréable à lire, tellement facile de compréhension, on est dans le mystère mais pas non plus à nous arracher les cheveux.

Si vous êtes friand de thriller qui se lit simplement, mais avec un maximum d’effet, je vous le conseil vivement, il vaut le détour!

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.