Bientôt un vol Toulouse-New York ?

C’est ce matin à l’aéroport de Toulouse-Blagnac très tôt vers 6 heures qu’était attendu un vol spécial en provenance de New York. Pas de passagers à bord de cet Airbus un peu particulier mais de mannequins simulant la présence de voyageurs à bord. Il s’agit en effet d’un vol d’essai du tout nouveau A321 NEO Long range (LR pour longue distance). Actuellement en cours de certification, ce nouveau né de la gamme A320 d’Airbus est un dérivé du bien connu A321 que les passagers de La Navette d’Air France empruntent entre Toulouse et Paris. Sauf que la version «LR» présente la particularité d’embarquer des réservoirs de carburant supplémentaires. Trois au total peuvent être rajoutés sous le ventre de l’avion à la place d’une partie de la soute à bagages. Le résultat est immédiat : l’avion connu pour assurer des vols moyen-courriers est désormais capable de traverser l’Atlantique ! Pour le démontrer, mardi Airbus a fait décoller son A321 NEO LR de l’aéroport du Bourget près de Paris pour rallier l’aéroport JFK de New York. Après 8 h 45 de vol et 6 850 km plus loin, l’avion made in Toulouse s’est posé sans encombre avec ses 162 mannequins et ses sept pilotes et ingénieurs d’essais en vol.
Des billets d’avion moins chers

Rentré cette nuit de Big Apple, l’A321 NEO LR ouvre de nouvelles perspectives pour l’aéroport de Toulouse-Blagnac qui cherche depuis 2013 à ouvrir un vol direct vers New York. Alors que XL Airways réfléchit toujours au sujet, ce nouvel appareil pourrait bien permettre à des compagnies aériennes de s’intéresser à cette ligne. «Avec un coût d’exploitation 30 % inférieur, cet avion peut rendre rentable des lignes qui ne l’étaient pas jusqu’à présent» assure un porte-parole d’Airbus. Capable d’embarquer entre 200 et 240 passagers selon les versions sur 7 500 km de distance, l’A321 NEO LR offre une nouvelle flexibilité aux compagnies aériennes. Les réservoirs supplémentaires sont amovibles. On peut donc imaginer une compagnie opérant l’Airbus entre Toulouse et New York l’été (de mai à octobre) puis, l’hiver, quand la fréquentation diminue basculer l’A321 NEO LR sur des liaisons domestiques entre Toulouse et Paris en retirant «très facilement» les réservoirs. Les compagnies low cost qui cherchent à se développer sur les vols longs courrier sont très intéressées car la baisse du coût permettrait d’afficher des billets aller-retour entre 200 et 300 € ! Airbus a déjà enregistré une centaine de commandes de la part d’une dizaine de compagnies. «L’avantage de cet avion c’est qu’il sera disponible dès la fin 2018 juste après sa certification alors que notre concurrent Boeing n’a pas d’avion sur ce créneau» confie-t-on au siège d’Airbus. Un prochain vol déjà programmé entre Toulouse et une ville indienne.
Gil Bousquet
pour lire l’article de la depêche

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *