Archives mensuelles : janvier 2018

Une critique de Manhattan MArilyn

MANHATTAN MARILYN – Philippe LAGUERRE
Kristin Arroyo est une femme déterminée, prête à tout pour aller au bout de ses convictions.
Après une jeunesse difficile dans les rues de Brooklyn, et dix années passées dans l’armée sur divers théâtres d’opérations, elle se retrouve dans un pays, une Amérique qu’elle ne reconnaît plus.
Aussi s’engage-t-elle à fond dans un mouvement spontané Occupons Wall Street, dont le slogan est Nous sommes les 99 %,un mouvement qui pointe du doigt un monde aux mains d’une poignée de privilégiés, alors que l’immense majorité souffre de la crise ou meurt de faim.

C’est au cours d’une manifestation d’OWS que Kristin se fait repérer par un photographe professionnel, Nathan Stewart. Subjugué, celui-ci lui promet d’être le sujet de sa prochaine exposition. Conquise par l’intérêt que lui porte Nathan, Kristin lui montre des clichés hérités de son grand-père, lui-même photographe professionnel renommé. Ce sont des photos exclusives, méconnues, voire intrigantes de Marilyn Monroe. Nathan a alors l’idée de monter une double exposition : OWS avec Kristin ,et Marilyn Monroe. Deux femmes, deux personnalités totalement différentes mais qui se rejoignent, deux rebelles qui se battent contre le système.
Kristin souhaite que le battage médiatique autour de l’exposition rejaillisse sur le mouvement. Tous les moyens sont bons pour donner de la visibilité à leur action.

Le soir même de l’inauguration, deux tueurs font irruption dans la galerie déserte, tuant Nathan et dérobant toutes les photos. Kristin est loin de s’imaginer que les photos divulguées de Marilyn la mettent en grand danger, pourchassée par les sbires d’une organisation criminelle et les membres d’une organisation secrète surnommée le Triangle de Fer.

Philippe Laguerre parvient à rendre cette histoire captivante par des révélations certes imaginaires et un scénario bien ficelé autour du mythe de la mort inexpliquée de Marilyn Monroe, de l’assassinat des frères Kennedy, et d’une organisation secrète politico-industrielle plus puissante que le FBI.
Les personnages principaux que sont Kristin, Nathan, et par la suite Michael, sont attachants et suscitent énormément d’empathie. Quant à Marilyn même, son histoire est aussi passionnante que celle de Robert Langdon dans sa recherche du Graal (Da Vinci Code) et suscite de l’émoi quand l’impensable se réalise.
Pour ma part, je me suis laissé entraîner sans difficulté dans ce thriller qui tient en haleine jusqu’au bout, aidé par des chapitres courts qui donnent du rythme au récit et en font un véritable page-turner.

Un thriller distrayant qui ne manque ni d’action, ni de suspense, et ce côté émouvant qui fait qu’on s’y attache.

MANHATTAN MARILYN – Philippe LAGUERRE
Editions CRITIC – 19/05/2016
Publié par Olivier Gérard à 11:49

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Oculus, la gare signée Calatrava qui redonne vie au World Trade Center

Pour voir l’article

Oculus, la gare signée Calatrava qui redonne vie au World Trade Center
Par Rémi Pernet
le 16 janvier 2018

L’architecte et ingénieur espagnol a imaginé la gare par laquelle transitent chaque jour des milliers de personnes venant travailler à Manhattan comme un symbole : celui de la renaissance du World Trade Center quinze ans après le 11 septembre. Un ouvrage aux éditions Assouline revient sur ce projet emblématique.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Un avis sur le roman Manhattan Marilyn

♠ Titre : Manhattan Marilyn

♠ Auteur : Philippe Laguerre

♠ Editeur : Critic

♠ Année de parution : 2016

♠ Nombre de pages : 335

♠ Prix : 19€ physique et 12.99€ numérique (Amazon)

Bonjour ! Aujourd’hui on va encore traiter un service presse, et un sacrément bon. C’est Philippe Laguerre, l’auteur, qui me l’a proposé, et j’ai de suite accepté, curieuse de plonger dans un thriller sur Marilyn Monroe… Ce fut un véritable délice !

La 4ème

Ancienne Marine en Irak, Kristin Arroyo découvre dans les affaires de son grand-père décédé – un célèbre portraitiste – des clichés inédits de Marilyn Monroe. Aidée par un photographe, elle décide de monter une exposition.

Malheureusement, rien ne se passe comme prévu : une mystérieuse organisation s’en prend à eux. Pourchassée, traquée, la jeune femme va rapidement comprendre que son destin est lié à celui de Marilyn Monroe et s’efforcer de reconstituer les derniers jours de l’égérie hollywoodienne afin de percer le mystère qui entoure sa disparition.

Appréciation

Depuis L’Homme qui mit fin à l’histoire, tout mon temps libre (ou presque) a été tourné vers ce roman que je n’ai pas su lâcher. Manhattan Marilyn est un excellent thriller, dont l’écriture est fluide, addictive.

Kristin Arroyo est un personnage fort et fragile à la fois ; ancienne militaire, elle cherche à retrouver un New York tel qu’elle l’aime, un New York qui ne rejette pas ses anciens combattants. Nous découvrons donc, dès les premières pages, une jeune femme engagée dans une lutte militante ; un personnage avec des convictions. C’est vrai que c’est comme ça que je les aime, avec des combats importants et la tête remplie d’idéaux, et Philippe Laguerre m’a comblée sur ce point.

Chaque autre personnage est très poussé aussi. Le photographe, le milliardaire, et même Marilyn qui nous gratifie d’un beau prologue : ni trop forcée ni trop dérisoire, elle apparaît aussi réelle que les autres. Je me suis tout de suite prise d’affection pour chacun, même pour les « méchants » qui sont eux aussi décrits de manière experte par l’auteur…

Le cadre est également très intéressant puisque les 335 pages se passent entièrement dans Manhattan ! Alors je ne sais pas si vous connaissez la ville (moi pas du tout), mais si vous avez vu des séries (comme moi), on s’y retrouve, on s’y voit, on s’y promène. Le parc où se trouvent les militants, les grandes rues et leurs taxis, les magasins… D’ailleurs, la scène sur le Pont de Brooklyn est digne d’un véritable film d’action (en mieux écrite) !

À mon sens, Philippe Laguerre a trouvé le parfait équilibre entre les temps calmes et les scènes plus musclées. Le rythme est très important, surtout dans un thriller, et là, c’est gagné. Le découragement face à de trop longues descriptions n’existe pas, et l’essoufflement causé par trop d’action non plus.

Oui, j’ai adoré ce roman. Il se lit vite, facilement, on n’a pas envie de le lâcher. A mon sens, c’est excellent !

Note : ★★★★★ ♥

Si vous êtes attiré(e) par les théories du complot, en voici de belles (et pas si invraisemblable, avec tous ces bons arguments. Je suis déjà triste de l’avoir terminé.

Vous pouvez acheter ce livre chez votre libraire ou sur amazonPour acheter ce livre sur amazon

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

New York Double Exposure – Survolez la ville avec cette vidéo surréaliste et contemplative

New York Double Exposure – Survolez la ville avec cette vidéo surréaliste et contemplative

New York Double Exposure est une promenade aérienne contemplative, qui vous propose de survoler la ville de New York avec un simple effet de miroir. Une vidéo douce et surréaliste réalisée avec un drone par le photographe Humza Deas. Dans la même veine, je vous recommande également les vidéos Vortex, NYC Layer-Lapse et Korean MirrorWorld.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Pour visiter le Met à New York, les touristes paieront le prix fort

pour lire l’article

Vingt-cinq dollars ou rien. Au Metropolitan Museum of Art, le prix de l’entrée était depuis 50 ans laissé au libre choix des visiteurs. Une politique tarifaire avantageuse qui vient de prendre fin en raison de la situation financière difficile de l’établissement.

Le Metropolitan Museum of Art (Met) de New York est un haut lieu de l’art en plein Manhattan. Fondé en avril 1870, le musée propose à ses visiteurs un panel d’œuvres traversant les siècles puisque cinq millénaires y sont représentés.

Depuis 50 ans, le «Met» (comme on le surnomme) pratiquait une politique tarifaire pour le moins incongrue: le «Pay-as-you-wish» («payez comme vous le souhaitez»). Si le prix d’entrée indiqué était de 25 dollars (soit un peu plus de 20 euros), il revenait au bon vouloir du visiteur de convenir lui-même, selon ses moyens et ses envies, de l’argent qu’il voulait bien dépenser pour s’acquitter du droit d’entrée. Il était même possible de visiter gratuitement l’endroit. Mais les temps ont changé. La direction du musée a en effet annoncé le 4 janvier que cette politique du prix variable ne serait plus applicable que pour les seuls résidents de New York ou encore les étudiants du New Jersey et du Connecticut (les États limitrophes). La décision entrera en application au 1er mars de cette année.

La nouvelle est loin d’être passée inaperçue. Sur le réseau social Twitter, nombre d’internautes interrogent le musée sur les détails de la nouvelle organisation. «Le ticket plein tarif est maintenant valable pour trois jours, c’est bien ça?», écrit par exemple Karin C Garfin. Et le compte officiel du Met de répondre par l’affirmative. Selon les statistiques prévisionnelles du musée, le nouveau tarif obligatoire pour les touristes concernera 31% des visiteurs. C’est Daniel Weiss, nouveau directeur du célèbre établissement depuis le mois de février 2017, qui a choisi de rompre avec la tradition économique du Metropolitan. Selon lui et ses adjoints, le nombre de ceux qui, malgré le «Pay-as-you-wish», s’acquittaient tout de même de la somme de 25 dollars était passé de 63% en 2004 à seulement 14% en 2017. Le prix moyen, ces dernières années, était de 9 dollars, selon les confidences de M.Weiss aux journalistes du Monde .

En raison de cette diminution, les finances du Met étaient entrées dans un stade critique, malgré son budget annuel de 305 millions de dollars et les nombreux donateurs mobilisés régulièrement. Grâce à la suppression du «Pay-as-you-wish» pour les touristes, la ville de New York, qui consacrait chaque année 3 millions de dollars au musée, va pouvoir revoir à la baisse sa participation. La fin de la gratuité pour les touristes au Metropolitan Museum of Art présente, semble-t-il, quelques avantages aux yeux des comptables de la municipalité américaine.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather