Archives mensuelles : juin 2016

Pour lire l’article

Le « Skyscraper Competition » est un concours annuel d’architecture organisé par le magazine eVolo. Le but ? Élire le projet le plus novateur, créatif et ambitieux. Cette année, c’est une vision futuriste de Central Park qui a remporté les lauriers.

Yitan Sun et Jianshi Wu, deux architectes américains, se sont distingués des 488 autres participants par leur regard neuf sur la relation entre les building new-yorkais et l’espace vert de Central Park. Une réflexion sur l’intégration architecturale et sur la verticalité.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

New York Tomorrow un émission de télé sur ARTE

New York Tomorrow

mercredi 13 juillet à 1h20 (26 min)

Rediffusion lundi 08.08 à 5h05

Designers, créateurs, activistes : ils inventent le New York du futur. Rencontres avec Ryan Rzepecki, créateur d’un ingénieux système de type Vélib’, Elena Brower, qui donne des cours de yoga sur les rives de l’Hudson, Lee Mandell, qui fait pousser des légumes sur les toits de New York, Andy Bichlbaum, membre des Yes Men, JD Samson, chanteuse queer, et Emily Weiss, blogueuse.

Ce documentaire capte le meilleur du New York de demain. Jeunes architectes, designers et créateurs de tous horizons exposent leurs projets et livrent leur vision du futur. Parmi eux : Ryan Rzepecki, créateur d’un ingénieux système de type Vélib’, Elena Brower, qui donne des cours de yoga sur les rives de l’Hudson, Lee Mandell, qui fait pousser des légumes sur les toits de New York, Andy Bichlbaum, membre des Yes Men, JD Samson, chanteuse queer, et Emily Weiss, blogueuse

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

New-York : Trois policiers arrêtés pour corruption

La police new-yorkaise connait une vaste affaire de corruption. Trois policiers et un homme d’affaires ont été arrêtés.

Le New York Police Department (NYPD) est impliqué dans une affaire de corruption. Le chef adjoint de la police Michael Harrington, l’inspecteur adjoint James Grant et le sergent David Villanueva ont été arrêtés lundi 20 juin au petit matin, accusés d’avoir reçu depuis 2012 des pots-de-vin en échange de «services» dans le cadre de leurs fonctions.

Un homme d’affaires, Jeremy Reichberg, par lequel transitaient les demandes et les cadeaux, a également été arrêté. La générosité de M.Reichberg à l’égard des trois responsables de la police était censée acheter leur coopération pour détourner les forces de l’ordre à son profit personnel.

Un quatrième policier, Richard Ochetal, qui travaillait dans le service des permis d’armes à feu, a plaidé coupable d’avoir accepté des pots de vin, et coopère avec les enquêteurs, tout comme un autre homme d’affaires proche de M. Reichberg, identifié seulement comme CW-1, qui a également plaidé coupable de corruption.

Parmi les demandes les plus extravagantes passées par le riche homme d’affaires figurent dans l’acte d’accusation des escortes policières avec sirènes pour ses déplacements ou encore la fermeture d’une voie du Lincoln Tunnel, l’une des principales liaisons entre le New Jersey et Manhattan, afin de faciliter les déplacements d’une relation d’affaires en visite à New-York.

Encore plus folklorique, messieurs Reichberg et CW-1 sollicitaient les services des policiers afin de disperser des manifestations devant le magasin d’un associé, d’obtenir des passe-droits pour accéder à des parades ou encore de mettre en place des patrouilles de police près de sites religieux, a précisé l’AFP. Il s’agissait d’un véritable service de police à la demande.

En échange de ses services, James Grant avait notamment pu en février 2013 voyager en jet privé avec CW-1 et Reichberg à Las Vegas pour le Super Bowl (la finale du championnat de football américain), pour un coût estimé à 59.000 dollars, avec une prostituée à bord, hôtel et repas payés, selon l’acte de mise en accusation.

Il avait également reçu des bijoux, fait faire gratuitement des travaux estimés à 12.000 dollars dans sa maison, et avait passé deux nuits dans un hôtel de luxe à Rome, toujours selon les autorités.

Le sergent David Villanueva accordait, lui, des permis d’armes à feu, en échange de cash, d’alcool, ou de déplacements en limousine, à la demande d’un autre homme d’affaires, Alex Lichtenstein, qui faisait payer des milliers de dollars à ses clients pour accélérer leur demande de permis.

MM. Grant, Harrington et Villanueva ont été suspendus. MM. Grant et Harrington, qui ont demandé à prendre leur retraite, risquent jusqu’à 20 ans de prison, Villanueva et Ochetal jusqu’à 15 ans. Reichberg risque également 20 ans de prison et Lichtenstein est passible de 25 ans de réclusion.

Le procureur deManhattanPreet Bharara a précisé dans une conférence de presse que l’enquête «continuait».

Le chef de la police Bill Bratton a souligné pour sa part la «coopération» entre ses services, le FBI et le procureur, insistant sur le fait qu’il s’agissait d’un petit nombre de policiers corrompus, pas de la «corruption systématique des années 70».

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Le top 3 des monuments historiques de la ville de New York par Mathilde Bouvier

Empire State - New York Citystatue-of-liberty-1433761_1280

Pour voir le site 38000 KM

Le top 3 des monuments historiques de la ville de New York

New York, ou plus communément connue sous l’appellation de New York City (NYC) ou The Big Apple, est une des villes les plus importantes des États-Unis. Elle est souvent considérée comme la capitale du monde et accueille chaque année jusqu’à 50 millions de visiteurs. Cette ville est en effet une destination très appréciée de par le monde, grâce notamment à ses innombrables monuments à grandes valeurs historiques. Ces derniers attirent aussi bien les touristes que les Américains lors d’un voyage à New York. Parmi les plus célèbres, il y a entre autres la fameuse Statue de la Liberté, l’Empire State Building, le Pont de Brooklyn et bien d’autres encore.

À la découverte de la Statue de la Liberté à New York

The Big Apple possède plusieurs monuments historiques incontournables à découvrir lors d’un séjour à New York. La grande majorité d’entre eux sont mondialement connus et font partie des attractions touristiques de la ville. Le plus célèbre est sans doute la Statue de la Liberté, un présent historique de la France. Historiquement, elle a été offerte en 1876 pour marquer le 100e anniversaire de l’indépendance américaine.

La statue se trouve sur une petite île nommée Liberty Island à l’entrée du port de New York. Une fois sur l’île, il est possible d’entrer dans le piédestal supportant la statue. À l’intérieur de ce dernier se trouve un musée relatant l’histoire de la statue. Depuis peu, il est maintenant possible de monter jusqu’à la couronne de la statue, mais seulement par petit nombre de personnes. Il est à noter que la réservation des billets pour cette occasion peut être effectuée un an à l’avance.

Visiter l’Empire State building

L’un des plus célèbres gratte-ciel de New York, aussi bien historiquement, mais aussi en termes d’architecture est celui de l’Empire State building. Bien qu’actuellement il ne soit plus le plus haut building de la ville, c’est surtout pour ses valeurs culturelles et historiques que les touristes viennent le visiter. Il a en effet été inauguré par le président Hoover en personne le premier mai 1931. De plus, il figure dans de nombreux films hollywoodiens, dont le célèbre King Kong sorti en 1933 par exemple.
Par ailleurs, la vue qu’offre le building depuis sa plateforme au 86e étage sur la ville de New York est toujours à couper le souffle. C’est une expérience à ne pas manquer pendant une visite dans cet emblématique monument new-yorkais.

Arpenter le fameux Pont de Brooklyn ou Brooklyn Bridge

Le fameux Pont de Brooklyn fait partie des plus importants monuments historiques de la ville de New York. Il relie deux des cinq arrondissements de la ville, à savoir celui de Manhattan et bien sûr celui de Brooklyn. Inauguré en 1883, le pont était à l’époque le plus grand pont suspendu au monde. Une voie de circulation a été spécialement réservée pour les cyclistes et les piétons sur le pont. Il est possible de le traverser à pied librement, sur une distance de près de deux kilomètres.
Ainsi, on peut profiter de la traversée pour les nombreux points de vue que le pont offre sur Manhattan, mais aussi sur le port de New York. En arpentant le Brooklyn Bridge, il est possible de trouver quelques panneaux expliquant la construction du pont.

Mathilde Bouvier
38000km.com

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

ce soir sur FR5 : sur les toits de New York

20:50 Mardi 14 juin sur FRANCE 5

Documentaire

Durée : 1:05 min

Distribution : –

RESUME

Ville «verticale» avec ses tours de verre, de fer et de béton, New York est l’une des plus grandes concentrations de «rooftop», ces toits vertigineux qui offrent une vue imprenable sur Manhattan. Du Rockefeller à l’Empire State Building, en passant par la nouvelle Freedom Tower, la presqu’île de Manhattan réunit les plus beaux gratte-ciel de la planète. Dans le quartier de Bushwick, des éleveurs de pigeons y exercent leur passion où l’on pratique encore la colombophilie. Evan Joseph, photographe, qui capte depuis les airs le fourmillement urbain à bord de son petit hélicoptère, survole les toits les plus insolites de Big Apple et fait découvrir des lieux insolites

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

New York rebaptise Manattan Street « Muhammad Ali Way»

Le maire de New York, Bill de Blasio, a annoncé mardi qu’une partie de la 33e rue de Manhattan, adjacente à la célèbre salle du Madison Square Garden, était rebaptisée « Muhammad Ali Way», en hommage au boxeur décédé vendredi dernier.

L’édile, cité dans un communiqué, a justifié cette décision, à ce stade temporaire, en rappelant les huit combats disputés par Mohamed Ali au Madison Square Garden, mais en rendant également hommage au «militant», dont les obsèques hors norme sont prévues vendredi à Louisville (Kentucky, centre).

« La salle la plus célèbre du monde », comme la surnomme ses propriétaires, a notamment accueilli le « combat du siècle », surnom du duel organisé le 8 mars 1971 entre l’ex-Cassius Clay et Joe Frazier, qui a vu Mohamed Ali enregistrer la première défaite de sa carrière professionnelle, après 31 victoires consécutives. Près de trois ans plus tard, «The Greatest» a pris sa revanche, le 28 janvier 1974, et s’est imposé aux points face au même Joe Frazier, toujours au Madison Square Garden.

« Mohamed Ali (…) était admiré dans le monde entier pour la manière dont il respectait ses principes, sa foi et son engagement pour la paix et la tolérance », a expliqué Richard Gottfried, élu à l’assemblée de l’Etat de New York pour la zone englobant le Madison Square Garden. « Il est normal que New York, la capitale du monde, rende hommage à Mohamed Ali, un vrai champion du monde », a-t-il ajouté.

AFP/CNP NEWS

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Laurent Greusard parle de Manhattan Marilyn

Clisquez ici

Certains l’aimeraient froide

Régulièrement, l’actualité nécrophilique revient sur les disparitions de certaines vedettes en évoquant l’idée qu’elles ne sont peut-être pas mortes et qu’elles continuent à vivre tranquillement, éloignées de la célébrité qui a failli les détruire. Elvis Presley, Jim Morrison ou Mickael Jackson ont fait et continuent de faire vivre cette rumeur. Pour d’autres, en revanche, la question ne s’est pas posée et leur décès a été accepté, même si des rumeurs courent sur les raisons exactes et les circonstances précises de leur mort. Combien de fois a-t-on spéculé sur la mort de Marilyn Monroe, sur ses liens avec la mafia et la famille Kennedy, sur les secrets d’alcove qu’elle aurait pu connaître ?
Dans ce roman de Philippe Laguerre, Marilyn Monroe va revenir dans l’actualité par l’entremise de Kristin Arroyo, une femme vétéran des guerres d’Irak. Dans les affaires laissées par grand-père, elle découvre des photos inédite sur lesquelles apparait justement Marilyn Monroe. C’est alors qu’un ami photographe la convainc d’exposer ces photos. Mal lui en a pris car à peine quelques heures plus tard, des hommes tentent de la tuer. Elle découvre son ami photographe abattu et de mystérieux personnages tournent autour d’elle. Pourquoi ? Que se passe-t-il ? Qu’y a-t-il sur ces photos qui excitent à ce point (à part la plastique irréprochable de la vedette de cinéma) ? Le roman ramène sur le devant de l’actualité Marilyn et le charme de celle-ci, la vénération que lui vouent ses fans encore aujourd’hui transparaît dans les réactions des personnages. En choisissant cette vedette, Philippe Laguerre réalise un focus prenant sur un mythe tellement brillant qu’il irradie sur son intrigue. Du coup l’histoire est menée tambour battant autour d’une jeune femme, soldat aguerrie, et ses alliés improbables : un milliardaire qui s’ennuie, un groupe de vétérans déclassés sociaux qui hantent les rues de New York, une famille mafieuse et des groupes qui s’agitent dans la pénombre propice à tous les comploteurs. Les personnages dessinés en quelques traits acquièrent une vitalité sympathique, et l’intrigue avance, de manière logique, jusqu’à une conclusion ô combien raisonnable, mais ô combien amère.
Le romancier Philippe Laguerre qui avoue une fascination pour la ville de New York sait ici l’inscrire dans son histoire, la décrire comme le ferait un « local ». Entre les descriptions, l’intrigue et la thématique, on pourrait chercher le titre original et la mention du traducteur. Si la raison qui pousse les personnages à s’entretuer est un peu légère, ce n’est pas réellement important tant elle permet de raconter une histoire intéressante, et surtout de redonner vie à une légende, de bien belle manière. Les vieux lecteurs que nous sommes se prennent même à rêver que cette histoire est vraie, et que nous avons pu participer, même comme vétéran handicapé, à cette course-poursuite dans New York juste pour le frisson de croiser ce qui est le retour de l’un des plus beaux fantômes du XXe siècle. Avec Manhattan Marylin, Philippe Laguerre a su nous captiver…

Citation

« L’idée lui vint soudainement : elle devait mourir pour ne pas mourir. Comme une mort de cinéma. »

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

une nouvelle critique de Manhattan Marilyn

Manhattan Marilyn, Philippe Laguerre, Éditions Critic

Regardez attentivement la couverture et dites-moi si pour vous c’est bien Marilyn Monroe que l’on y voit. Je pense pour ma part qu’il s’agit d’une forte ressemblance. Et je me fie au fait qu’il existe une association qui gère l’image de la star et qui veille sérieusement à ce que cette image ne soit pas dévalorisée.
L’idée de base est simple et double. Les stars ne meurent jamais et quelques industriels – un trio- dirigent les États Unis par présidents interposés. Si vous admettez qu’un président peu raconter sur l’oreiller des secrets d’état et que le même président peut coucher avec une Star vous comprenez qu’il ne reste plus à la star qu’à mourir. Au moins jusqu’à ce qu’une ancienne GI décide de montrer les photos prises par son grand-père… Et il s’ensuit une course poursuite. Vous en savez assez, si j’en dévoilais plus vous n’auriez plus envie ou besoin de lire.
Pour vous inciter à entrer dans ce roman j’ajouterai deux remarques. La première peut passer pour une évidence. Ce sont souvent les idées les plus simples qui donnent les romans les plus passionnants. Pourquoi ? Mais parce qu’on peut greffer à loisir sur elles toutes les complications, les fausses pistes que l’on désire. La deuxième tient directement à l’auteur qui maîtrise à merveille les scènes de violence, de poursuite, d’action… Comme il a l’intelligence de ne pas faire tirer en longueur les passages explicatifs, les commentaires, une fois que l’on est entré dans son roman, il devient difficile d’échapper à la succession d’actions. On notera qu’en romancier prévoyant il est proposé à l’héroïne de quoi faire une suite, c’est-à-dire de partir à l’aventure.
Bonne lecture de vacances.

Noé Gaillard

Note : 4/5

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather