Archives pour la catégorie Livres sur New York

New York est un lieu de création idéal quand on est écrivain”

Pour lire l’article

Par Anaïs Digonnet | Publié le 07/06/2018 à 23:00 | Mis à jour le 08/06/2018 à 09:08

Le 22 mai dernier en France est sorti « Une fille comme elle », le dernier livre de Marc Lévy. Expatrié depuis 11 ans à New York, l’auteur français le plus lu au monde (50 millions d’exemplaires vendus et traduits dans 49 langues) revient sur la genèse de l’histoire qui se déroule au cœur de Manhattan.

Lepetitjournal.com/New York : Avec Une fille comme elle, le public vous retrouve de nouveau dans la comédie romantique. Pourquoi avoir décidé de revenir à ce style d’écriture après l’enquête de votre dernier roman La dernière des Standfield ?

Marc Lévy : Les comédies romantiques sont devenues si rares. Je trouve qu’il y a une telle hégémonie des romans où le jeu consiste à trouver l’assassin avant la fin du livre. Au lieu de chercher qui va tuer qui et pourquoi, j’ai préféré me demander qui allait aimer qui et pourquoi. Je sais que cela peut paraître naïf d’avoir envie d’une bouffée de joie de vivre, de s’extraire le temps d’une lecture de la noirceur du monde. Ce livre est aussi une comédie urbaine : la relation entre Sanji et Chloé n’étant pas exclusive à toute l’histoire.

« Je ne pouvais pas trouver meilleur théâtre que New York pour raconter cette histoire »

Les États-Unis sont présents dans presque l’intégralité de votre œuvre. Pourquoi avoir choisi New York pour dérouler cette nouvelle histoire ?

Les États-Unis est un pays qui m’a passionné très jeune mais je n’ai jamais écrit une histoire en préméditant qu’elle s’y déroule. Depuis mon premier roman, le décor est un personnage à part entière de l’histoire. Il n‘y pas de calcul préalable. Le voleur d’ombre (sorti en 2010) est un roman qui n’a pas de lieu, car j’y évoque le rapport que nous entretenons à l’enfance, la résonance qu’elle peut avoir dans nos vies d’adultes. Que le roman se passe en France, en Italie ou en Espagne n’a pas d’importance. Quand j’ai écrit, L’étrange voyage de Monsieur Daldry (sorti en 2011) qui raconte le périple entrepris par une Anglaise dans les années 1950 sur la route des parfums, l’histoire se passe forcément par Istanbul, car l’héröine part sur les traces de son passé qui se révèlent dans la mémoire des odeurs. Une fille comme elle (2018) évoque la façon dont vibre en nous notre différence et la façon dont la société va l’accepter ou la rejeter. Si bien que je ne pouvais pas trouver meilleur théâtre que New York pour raconter cette histoire.

Vous vivez à Manhattan depuis 11 ans. Est-ce qu’Une fille comme elle fait écho à votre quotidien ?

Oui, certains éléments du roman y font écho, l’histoire se passe pour partie dans mon quartier. Ecrire c’est être en observation permanente et il y a beaucoup de choses dans ce livre qui sont le fruit d’une écoute et d’une attention portées aux autres. Et puis, New York est un lieu de création idéal quand on est écrivain car elle offre une incroyable diversité humaine, culturelle et ethnique.

« C’était un peu comme si j’écoutais à la porte du truculent voisinage de cet immeuble de la Cinquième Avenue »

En 2017, vous avez donné une conférence au siège de Google à Paris où vous racontiez qu’avant de vous lancer dans un livre, vous partagiez une anecdote fictive avec votre entourage, anecdote qui serait arrivée à l’un de vos amis. Si, au fil de votre narration, votre audience demandait des détails, vous saviez alors que vous teniez le fil conducteur de votre histoire. Avez-vous procédé de la même manière pour la réalisation de ce nouveau roman ?

Pas cette fois, car ce livre s’est construit pendant que je l’écrivais. Je n’avais pas de plan : je suis entré dans l’histoire avec les personnages qui m’ont guidé de page en page. C’était un peu comme si j’écoutais à la porte du truculent voisinage de cet immeuble de la Cinquième Avenue. J’ai aussi réalisé un vieux rêve d’enfant, lorsque vous marchez dans les rues et vous vous interrogez sur les vies qui se déroulent de l’autre côté des façades, derrières le fenêtres. Avec mon stylo, j’ai poussé la porte cochère et j’ai épié…

Quels sont vos endroits préférés à New York ?

Cela varie selon les saisons mais je dirais Washington Square Park et Greenwich. Ces deux endroits forment une bande latérale que j’adore avec le prolongement sur NoLiTa. C’est un quartier très jeune et assez joyeux où il y a plein de petites galeries, de bistrots et où les rues sont étroites, sans grandes avenues. C’est un îlot que j’aime énormément.

Deviendrez-vous Américain ?

Je le suis, sans avoir renoncé à ma nationalité française, ce que je ne ferai jamais. Le fait de voyager vous éloigne mais ne change rien à vos racines.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Le mot du jour. “Manhattanhenge”, le solstice de Manhattan

Pour lire une nouvele et voir des photos

Les New-Yorkais désignent par ce vocable un phénomène qui se produit autour du solstice d’été : le soleil couchant s’aligne alors parfaitement avec les rues orientées est-ouest à Manhattan, baignant la ville d’une lumière fascinante. On pourra admirer le premier Manhattanhenge de l’année ce mardi 29 mai.
Nos services

Il s’agit du “phénomène le plus mystique et le plus magique que l’on puisse observer l’été à New York”, s’enthousiasme le site Travel + Leisure. Chaque année, habitants et touristes se pressent en différents points de la ville de New York pour admirer dans les meilleures conditions le phénomène dit du “Manhattanhenge” (aussi appelé “solstice de Manhattan”). Contraction de “Manhattan” (l’un des cinq principaux quartiers de New York) et de “Stonehenge” (le nom d’un célèbre monument mégalithique situé dans le sud de l’Angleterre), le mot désigne un événement astronomique qui se produit deux fois par an, avant et après le solstice d’été.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Avis sur Manhattan Marilyn un thriller sur New York

Pour lire la chronique

Avant de commencer ma critique, je vous avouerai qu’au départ, le titre ne m’avait pas séduit. Mais comme le résumé semblait intéressant, je me suis laissé tenter. Et ce fut une bonne décision! Comme quoi il ne faut pas toujours se fier à la couverture ou au titre.

Commençons d’abord par le résumé. Dans Manhattan Marilyn, on suit l’histoire d’une ancienne Marine du nom de Kristin Arroyo. Jeune retraité de l’armée, elle consacre ses énergies à militer contre les inégalités entre les riches, qui représente le 1% de la population et… les 99% autres qui représente les minorités.

Elle découvre dans les affaires de son grand-père d’anciens clichés inédits de Marilyn Monroe. Aidée par un photographe, elle décide de monter une exposition. Mais tout ne se déroule pas comme prévu. Pourchassée, traquée, la jeune femme va rapidement comprendre que son destin est lié à celui de Marilyn Monroe et s’efforcer de reconstituer les derniers jours de l’égérie hollywoodienne afin de percer le mystère qui entoure sa disparition.

Ce thriller est tout simplement fantastique. L’histoire est fluide et très bien ficelée. Divisé en 7 parties, le livre, qui se lit très rapidement ne comporte quasiment aucun temps mort. L’action y est omniprésente. L’idée de l’auteur, Philippe Laguerre, d’avoir mélangé la fiction avec des faits historiques rajoute un plus indéniable. Ce qui m’inquiétait à un moment donné, c’était qu’en ayant une histoire mêlant passé et présent, l’univers dans lequel l’auteur nous transporte soit un peu confus à certains moments. Mais tout est écrit pour éviter ce piège et au final, on se retrouve dans une histoire extrêmement captivante qui se lit d’un trait.

Les évènements dans le livre, que ce soit les combats, les poursuites ou autres sont bien décrites, mais sans déborder. On a l’impression que tout est bien dosé et ceci rend la lecture encore une fois très agréable.

J’ai aimé le fait qu’on aborde le thème de la théorie du complot. Rares sont les romans qui l’abordent et celui-ci le fait bien. Qui plus est, cette approche, très actuelle, rend l’histoire encore plus intéressante.

Malheureusement, j’ai trouvé la fin un peu moins intéressante. Mais en même temps, toute bonne chose à une fin! Alors, je n’ai pas à me plaindre.

Au final, il en ressort un thriller très bien ficelé, fluide et agréable à lire que je ne peux que recommander à tout ceux qui aiment l’histoire, le suspens et les intrigues.

Je remercie l’auteur pour ce Service de Presse. Si vous désirez vous procurer son livre, vous n’avez qu’à cliquer sur ce lien: Manhattan Marilyn

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

un avis sur Manhattan Marilyn : un roman se déroulant à New York

Manhattan Marilyn

Auteur: Laguerre Philippe51EKTaVUeSL._SX330_BO1,204,203,200_

Nombre de pages: 334

Format: Papier

Maison d’édition: Édition Critic

Date de parution: 19 mai 2016

Prix: 19€

Résumé

Ancienne Marine en Irak, Kristin Arroyo découvre dans les affaires de son grand père décédé – un célèbre portraitiste- des clichés inédits de Marilyn Monroe. Aidée par un photographe, elle décide de monter une exposition.
Malheureusement, rien ne se passe comme prévu: une mystérieuse organisation s’en prend la eux. Pourchassée, traquée, la jeune femme va rapidement comprendre que son destin est lié à celui de Marilyn Monroe et s’efforce de reconstituer les derniers jours de l’égérie hollywoodienne afin de percer le mystère qui entoure sa disparition.

Extrait

[…]

kristin se pencha, l’attrapa par le col et le releva brutalement. Elle le plaqua contre la porte et le fixa droit dans les yeux.

Pourquoi voulez-vous me tuer? demande-t-elle d’une voix dure, la même qu’elle prenait pour interroger les terroristes.

L’homme eut un hoquet; un filet de sang coula de son nez.

Pourquoi ? répéta-t-elle d’un ton encore plus agressif

Alors que l’homme ouvrait la bouche, une voiture se gara devant l’entrée. A l’intérieur du véhicule, elle aperçut rapidement deux visages, dont un qu’elle connaissait. Pourtant, ce n’était pas un des tueurs du parc, non, elle l’avait vu avant tout cela, avant toute cette folie…

Mais elle n’eut pas le temps d’y réfléchir plus en détail.

[…]

Avis

Je vais commencer ma chronique en remerciant infiniment l’auteur pour m’avoir fait découvrir son livre. J’ai été agréablement surprise par ce thriller.

La théorie de complot est bien présente et très bien mise en place. On a l’impression de vivre ce complot à travers les personnages. L’intrigue est présente à souhait. Entre celle-ci et la plume de l’auteur il est impossible de refermer le livre avant le point final. Et encore même la fin nous fait espérer que l’histoire se continue pour Kristin et Michael. Allons-nous les retrouver dans un autre livre ? Sincèrement, je l’espère!

Je ne suis pas une grand fan de Marilyn Monroe, mais ce livre m’a donné envie d’en savoir plus sur elle et lire d’autre ouvrage. J’ai bien aimé découvrir la femme et le symbole qu’elle représente.

L’auteur m’a vraiment transporté dans son univers. J’ai eu l’impression de vivre les événements avec Kristin. D’être au coeur de l’action avec elle. Le livre est écrit de manière à ce que le lecteur est l’impression d’être un des personnages. Ce qui donne encore plus de force à l’histoire.

J’ai été agréablement surprise par tout les rebondissements que nous offre l’auteur. On pense savoir comment va se dérouler les événements et en faite non pas du tout. Quelque chose va se passer de manière à tout chambouler. Ce que j’ai beaucoup aimé, c’est que ces chamboulement ne sont pas que avantageux pour Kristin. L’auteur ballade vraiment son lecteur d’action en action, de bon événement à des traquenards.

J’ai eu peur qu’avec autant d’action l’histoire s’essouffle un peu mais nan pas du tout, bien au contraire. C’est une histoire active du début à la fin.

L’auteur arrive également à faire passer les diverses émotions de ses personnages. J’ai pu ressentir la colère, la peur, la fascination, l’amour et le chagrin de Kristin. Mais aussi la désinvolture de Marilyn Monroe, la sérénité qui l’habitait se ressent et apaise également le lecteur .

Deux femmes différentes mais tellement semblables. Kristin et Marilyn se ressemble en tout point, pas tant sur le physique mais plutôt dans leur façon d’être. Deux femmes rebelles qui croient en leur conviction et qui sont prêtent à tout pour ce qu’elle pense juste. Deux femmes fortes et fragiles à la fois. Derrière leur carapace de dureté se cache une femme au grand coeur qui veut simplement profiter de la vie.

Ce livre fut pour moi un grand coup de coeur. J’ai vraiment hâte de découvrir un nouvel ouvrage de cet auteur. Sa plume est addictive .

Note

5/5

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Un avis sur Manhattan Marilyn

MANHATTAN MARILYN
____________________

De Philippe Laguerre
éditions CRITIC
Thriller, 334 pages
____________________

4ème de couverture
—————————-

« L’idée lui était venue soudain : elle devait mourir pur ne pas mourir. Comme une mort de cinéma. »

Ancienne Marine en Irak, Kristin Arroyo découvre dans les affaires de son grand-père décédé – un célèbre portraitiste – des clichés inédits de Marilyn Monroe. Aidée par un photographe, elle décide de monter une exposition.
Malheureusement, rien ne se passe comme prévu : une mystérieuse organisation s’en prend à eux. Pourchassée, traquée, la jeune femme va rapidement comprendre que son destin est lié à celui de Marilyn Monroe et s’efforcer de reconstituer les derniers jours de l’égérie hollywoodienne afin de percer le mystère qui entoure sa disparition.

—————————–

Qui ne connaît pas la fameuse histoire de Marilyn et JKF, elle a, si souvent, été relatée, décortiquée dans de nombreux livres et documentaires. Ce mystère qui entoure la mort de la célèbre actrice puis de l’assassinat du président des USA à Dallas a fait naître de nombreuses théories de complots plus ou moins crédibles.

Je me suis donc penchée avec curiosité sur ce roman car la 4ème de couverture m’a accrochée, allier un thriller autour de personnages historiques est un plaisir supplémentaire que je ne pouvais bouder.

La trame du récit, entre partie historique et fiction, est solidement construite. L’énigme reste en vigueur et addictive durant la majeure partie du livre.

Le cadre se situe de nos jours dans New York sous la présidence d’Obama et nous dévoile les difficultés qu’endurent certaines catégories de la population qui ne sont bien entendu pas les plus aisées. Le lecteur aura affaire à la Mafia, au FBI et à d’autres organisations gouvernementales ou non, il trouvera de l’action, des fusillades… et tout ce que l’on peut imaginer venant des USA. Un voyage outre-Atlantique le temps d’une lecture et une visite rapide et explicite de la grande pomme.

L’ancien lieutenant des marines Kristin est le personnage central, c’est une jeune femme forte, courageuse, elle a des opinions politiques bien définis et n’hésite pas à les scander haut et fort. Kristin est loyale et emphatique envers ses amis, c’est une combattante aguerrie n’ayant peur de rien avec une analyse de fin stratège des situations difficiles.
Pour l’accompagner dans cette aventure elle est accompagnée de Mickael un jeune millionnaire de la finance de Wall Street, intègre et honnête ! Il est tout ce qu’elle combat dans sa vie de tous les jours, mais le destin aura décidé de les réunir et il n’aura de cesse de l’aider dans cette folle aventure.
Le reste des protagonistes se situeront dans deux camps, les bons et les méchants.

Maintenant il reste à savoir ce qui peut bien lier Kristin et toute cette traque à Marilyn Monroe. C’est là que le thriller devient intéressant car le lecteur aura envie de découvrir ce que l’auteur aura imaginé pour cette icône du cinéma.

La narration est arrivée à m’accrocher, je voulais connaître le fin mot de l’histoire, je me suis prise au jeu de me dire que oui cela pourrait être vrai en fin de compte, et pourquoi pas ?

Pour cette raison j’ai vraiment aimé ce livre, par contre j’ai eu une petite déception sur la révélation car je trouve que la cause est un peu loufoque et pas vraiment crédible, je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus sensationnel, c’est dommage pour les cinquante dernières pages.

En résumé un bon thriller qui m’a permis de m’évader, de faire revivre l’histoire mythique de Marilyn et John et de renouer avec la théorie du complot si chère aux Américains.

Je remercie l’auteur de m’avoir fait parvenir son livre en service presse, et je tiens à préciser que le visuel de la couverture est vraiment très beau.
_______________________
Isabelle

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Destination New York, le guide à conseiller pour visiter la Grosse Pomme

Au programme : plans des transports en commun, photos et bonnes adresses.

La littérature sur New York est déjà dense… Mais un petit nouveau est arrivé tout droit du web en 2013, mêlant expériences de voyages de l’auteur Didier Forray et de commentaires de voyageurs, laissés sur son blog devenu une référence, cnewyork.net.

Pour sa troisième édition, ce guide papier s’offre une nouvelle identité et s’appelle désormais Destination New York. Tout un programme ! 250 pages en couleurs font la part belle aux photos de monuments emblématiques de la Grosse Pomme, aux bonnes adresses (250 bars, boutiques, restaurants…) et toujours aux avis d’internautes sur toutes sortes d’activités à faire dans la destination américaine.

Le guide intègre également un plan des transports en commun actualisé. Surtout, le plan du métro est à retrouver en 4e de couverture. Plus d’informations sur cnewyork.net.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

un avis sur Manhattan Marilyn : un roman sur New York et Marilyn Monroe

Un grand merci à Philippe Laguerre pour ce second sp !
Qui a frôlé le coup de cœur…
Clouée à mon livre !
Manhattan Marilyn, ou quand l’histoire d’une étoile Hollywoodienne rencontre les folles idées d’un auteur au style émoustillant… Si l’on ressent une nouvelle fois sa délicieuse langueur, son style se fera de plus en plus discret au fil des chapitres pour revêtir une figure beaucoup plus vive, à l’image de notre narratrice : Kristin !

Le fait qu’une grande partie de l’histoire se déroule via son regard, ses pensées.. est très agréable mais surtout emballant ! Engagée et déterminée… Elle a la tête sur les épaules. Et son personnage ne souffrira d’aucune incohérence – tout comme le fond de l’histoire – contrairement à ce que je craignais au tout début de ma lecture, et plus encore lors de l’apparition de Mikael, personnage masculin – milliardaire et bien bâti – à l’idéologie, et au train de vie, totalement opposée à la sienne,…

Se rendre compte qu’aucun ne prend le pas sur l’autre au fil du récit
est un petit bonheur ! Leur relation étant parfaitement équilibrée.

Cette narration a un autre point positif – lorsque l’on apprécie le personnage de Kristin, elle est immersive. Nous ne restons pas un simple et vulgaire spectateur, à suivre bêtement le décor des yeux, non ; on se demande et on recherche tout comme elle une issue, se creusant les méninges, essayant de comprendre comment une simple exposition – comment de simples photographies ont pu provoquer un tel baroud… ? On parcourt et on se cache dans cette immense et impressionnante ville, grouillante d’activités et de secrets nauséabonds… Une lecture active !

Des secrets, et des retournements de situations inattendus,
Que nous allons découvrir à un rythme mené tambour battant…

J’ai été surprise, c’est indéniable… ! Comment ne pas l’être… ? Tout ce qui est envisageable… l’est également par notre protagoniste – elle nous coupe l’herbe sous le pied !, ne nous laisse aucun train d’avance. Et pour ça, l’auteur est un petit sadique… On pense avoir acquis un indice avant elle, ou du moins en même temps qu’elle, on pense avoir un bout du fin mot de l’histoire ! Quelle naïveté… On rame, on rame droit dans un épais brouillard, ou tout prend une dimension incertaine : rien n’est prévisible, même pas la survie de nos protagonistes…

Et même si j’ai été surprise – jamais, mais alors jamais je n’aurais pu être capable de deviner la fin ! – La révélation finale m’a fait autant d’effet qu’un pétard mouillé ! Je m’attendais à quelque chose de beaucoup moins tendre. C’est bien le seul point négatif de ce thriller, qui se révèle être un excellent petit page-turner…

Travaillé et critique politique, il a piqué ma curiosité et m’a poussé à accomplir quelques recherches pour compléter les informations données : ce fut une très très bonne lecture ! Malgré le flop du secret dévoilé.

Je le compte dans mon petit top-thriller !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Le bonjour littéraire d’un Niortais à New York

pour voir l’article

Dans un train qui le conduisait dans le quartier de Harlem, au nord de Manhattan à New York, Jean-Michel Cohen-Solal a pris son téléphone il y a quelques jours… pour appeler la NR : « J’aimerais bien revenir à Niort pour la sortie de mon livre, retrouver mes amis et faire les librairies… »
De Fontanes à la Venise-Verte Professeur de français à New York depuis six ans, ce Niortais d’origine se rappelle au bon souvenir de ses compatriotes, au moment où il publie, en France, son second roman, « La Passion du nègre », aux Chemins du hasard. Parti à New York en juillet 2012 pour y assouvir sa passion de la musique, et plus particulièrement du jazz, Jean-Michel Cohen-Solal a vécu dix-sept années à Niort, rue de Souché, où ses enfants ont grandi.
Professeur de français, il a enseigné dans plusieurs établissements des Deux-Sèvres – Coulonges, Melle, Brioux-sur- Boutonne – et surtout à Niort, de Fontanes à Jean-Zay, en passant par le lycée de la Venise-Verte.
Il a également été formateur en didactique du français à l’Espe (Ecole supérieure du professorat) quand on parlait encore d’IUFM.
Avant son départ en 2012, il était aussi président de l’école de musique Euterpe.
Jazz et littérature A New York, il s’est empressé de former un groupe, de jouer dans des clubs et même de faire un disque. Avec Alex Layne, musicien du Cotton-club, et le photographe Michael Baumann, il co-écrit actuellement un livre sur le jazz à Harlem. Et dans son second roman, il décline les thèmes qui lui tiennent à cœur : l’exil, la fin de l’humanisme, le désenchantement.
Ces thèmes prennent les traits d’une rencontre entre un narrateur (l’auteur lui-même ?) et un écrivain américain mondialement connu atteint progressivement de la maladie d’Alzheimer. Cette pointure littéraire va demander au narrateur de devenir son nègre et de lui écrire la plus belle et ultime histoire…
S’il n’anticipe pas pour le moment un éventuel retour définitif en France, à Niort en particulier, une séance de dédicaces de « La Passion du nègre » un de ces jours dans une librairie niortaise ne serait pas pour lui déplaire : « Je serai très heureux de dédicacer mon prochain opus dans les librairies du département dès que j’en aurai la possibilité. Nous pourrions inviter mes anciens élèves, collègues et amis à venir me rencontrer… » assure le Niortais de New York.
« La Passion du nègre » de Jean-Michel Cohen-Solal, aux éditions des Chemins du hasard. Sorti le 18 mai. 15,50 €. Contact de l’auteur : jeanvi79@gmail.com, ou jeanmichelcohensolal.com

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Chronique – Manhattan Marylin – Philippe Laguerre

POUR ACHETER LE ROMAN

 » Ancienne Marine en Irak, Kristin Arroyo découvre dans les affaires de son grand-père décédé – un célèbre portraitiste – des clichés inédits de Marilyn Monroe. Aidée par un photographe, elle décide de monter une exposition.

Malheureusement, rien ne se passe comme prévu : une mystérieuse organisation s’en prend à eux. Pourchassée, traquée, la jeune femme va rapidement comprendre que son destin est lié à celui de Marilyn Monroe et s’efforcer de reconstituer les derniers jours de l’égérie hollywoodienne afin de percer le mystère qui entoure sa disparition.  »

Premièrement, c’est un livre qui est coupé en six parties, qui font en général un cinquantaine de pages chacun. Les chapitres ne sont pas énormes, ce qui fait que la lecture n’est pas lassante, la lecture est du coup très rapide. Pour ma part, j’essaie de me faire un peu plus de soixante page par jour, comme ça, je prends bien le temps de réfléchir, parce que le but d’un thriller, c’est de nous faire réfléchir.

Ensuite, si vous êtes fan de New-York, de la vie la l’américaine, du mouvement militant contre les riches face aux minorités et de Marylin ainsi que des Kennedy…C’est fait pour vous, car le livre est appuyé sur la vie et la mort de Marylin, et de Bobby et John Kennedy.

C’est un thriller qui se passe après 2014 à New-York, avec Kristin qui rentre d’Irak, ancienne militaire de la Marine. Elle rentre au pays car elle ne supporte plus son métier et elle a besoin de retourner chez elle.

Elle fait partie d’un mouvement militant contre les inégalités surtout entre les riches et les moins rien, notamment les minorités. C’est le « 99% », les 1% étend les riches. Elle se fait repérer par Nathan, qui est un photographe en recherche de photo pour la galerie qu’il tient. Nathan est très intrigué et veut montrer le fond de ce mouvement, la nature, la vie du mouvement, méfiante, Kristin accepte tout de même. Elle en profite pour montrer quelques clichés qu’elle a retrouver, prisent par son grand père, Edward Pyle, célébre photographe de l’époque. Sur les clichés y prônent une Marylin Monroe, juste avant sa mort, c’est clichés qui valent de l’or. De ce fait Nathan fait appel à un expert de la fondation de Marylin Monroe. Cet expert, Michael, fait parti des 1% de la population des Etats Unis, ironie du sort, elle accepte de lui revendre. Nathan voulant étudié un peu les clichés, Michael les le lui laissent. Le soir même Nathan se fait assassiner, plus aucune photo de Marylin dans son labo. Kristin est accusé de son meurtre et Mickael est traqué par des mafieux et par le FBI. Quel est donc ce secret?

Comme je vous l’ai dis en ce moment j’ai vraiment besoin de changer mon genre littéraire, j’en ai plus que marre de lire des romances… Dit celle qui lit en parallèle la Famille d’Arsac! Fin bref. Je ne suis pas non plus quelqu’un fan de base de Marylin, cependant l’histoire en elle même, pourrait nous faire penser à n’importe quelle autre personnalité importante. On a un petit débriefing en début d’histoire qui pour ma part je pense spoile un petit peu la suite. On se doute bien de ce que Kristin va découvrir.

La lecture est tellement facile est fluide. Au début en voyant le livre, je me suis dit, « oula, c’est un bon bouquin, c’est pas écrit tellement gros, je vais le sentir passer ». Et bien non, comme quoi, les apriori. J’aime beaucoup la plume de l’auteur, c’est écrit ce qu’il faut, il n’en rajoute pas de trop, il n’y a pas de superflux. C’est un livre qui est tellement agréable à lire, tellement facile de compréhension, on est dans le mystère mais pas non plus à nous arracher les cheveux.

Si vous êtes friand de thriller qui se lit simplement, mais avec un maximum d’effet, je vous le conseil vivement, il vaut le détour!

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

un avis sur Manhattan Marilyn : un thriller se déroulant à New York

pour acheter le roman

Ancienne Marine en Irak, Kristin Arroyo découvre dans les affaires de son grand-père décédé – un célèbre portraitiste- des clichés inédits de Marilyn Monroe. Aidée par un photographe, elle décide de monter une exposition.

Malheureusement, rien ne se passe comme prévu : une mystérieuse organisation s’en prend à eux. Pourchassée, traquée, la jeune femme va rapidement comprendre que son destine est lié à celui de Marilyn Monroe et s’efforcer de reconstituer les derniers jours de l’égérie hollywoodienne afin de percer le mystère qui entoure sa disparition.

Je suis un peu mitigée vis à vis de ce roman… D’un coté, il possède de très bons points, et m’a permis de passer un très bon moment de lecture, mais d’un autre coté, quelques petites choses m’ont un peu posé problème..

Je vais commencer par les points négatifs, et aborderait les points positifs ensuite.

Tout d’abord, j’ai trouvé les personnages un peu trop stéréotypé à mon goût. L’héroïne est une ancienne militaire et du coup elle se retrouve à savoir tout faire, elle ne se laisse jamais prendre en défaut. D’ailleurs, des défauts, elle n’en a aucun.. Et même si j’étais heureuse de voir en personnage central une femme forte et capable de se débrouiller seule (loin des habituelles potiches quoi), j’ai regretté qu’elle ne soit pas un peu plus réaliste. Oui, je sais, tu vas me dire que je ne sais pas ce que je veux, et tu auras sans doute raison…

Le deuxième personnages un peu trop stéréotypé à mon goût c’est le personnage de Michael Pear. Le gars, il est beau gosse, milliardaire, gentil, attentionné, courageux, etc… Bref, aucun défaut.. A quel moment ça existe dans la vrai vie un mec pareil ?

C’est vrai que ce n’est pas grand chose. Avoir des personnages qui ne sont pas hyper réaliste ça se retrouve très souvent. Mais j’ai du mal à me mettre à la place des personnages, car ils sont beaucoup trop parfait. Et du coup, je ne me suis pas autant plongé dans l’histoire que je l’aurais voulue…

Le deuxième bémol que je souhaiterais soulevé c’est l’écriture en elle-même. Ce n’est pas aussi fluide que ce dont j’ai l’habitude. Ce qui m’a donné quelques difficultés de lecture.. Et j’ai mis un peu de temps à m’immerger totalement dans l’histoire.

Par contre, une l’immersion faite, difficile pour moi de remonter à la surface. Et c’est là que je te parle des points positifs.

Le plus gros point positif de ce roman, selon moi, c’est son intrigue ! Alors oui, des intrigues en mode théorie du complot sur la mort de Marilyn Monroe ce n’est sans doute pas la seule. Mais pour le coup je l’ai trouvée très bien ficelée. Et comme je suis une fan des théories du complot, il ne m’en fallait pas plus ^^

Une fois le récit lancé et que l’on se retrouve dans l’action à proprement parler, tout s’enchaîne très vite ! Et l’auteur à une manière très intéressante de nous montrer différents points de vue à quelques minutes d’intervalles. Il lui arrive même de nous montrer une même scène d’action, vu par différents protagonistes. Et il fait ça, sans que ce soit brouillon, ou qu’on soit perdu ! J’ai adoré !

Quant aux personnages, même s’ils sont trop parfait pour être réaliste, ils n’en restent pas moins attachant. Et je dois bien avouer que j’ai versé une petite larme à 1 ou 2 reprise au cours de ma lecture.

Dernier petit point, les chapitres sont très court, ce qui permet d’ouvrir le livre même si l’on a que 5 minutes devant soi. Personnellement j’aime beaucoup quand les chapitres sont courts, ça me permet vraiment de lire n’importe quand, sans avoir besoin de me caler un moment de lecture.

Donc voilà, comme je te l’ai dis au début, malgré quelques bémols, ce roman a été une bonne découverte, et un très bon moment de lecture.

L’as-tu déjà lu ? Qu’en as-tu pensé ?

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather