Archives pour la catégorie La vie à New York

les infos sur new york

Rouler dans Manhattan pourrait devenir payant à partir de 2020

NEW YORK – Comment désengorger Manhattan? La capitale financière américaine étouffe dans les bouchons et l’idée longtemps taboue d’un péage pour rouler au cœur de Manhattan gagne du terrain.

Des défaillances croissantes du métro à l’explosion des services de voitures avec chauffeurs type Uber, en passant par les records de fréquentation touristique et le boom du vélo, tout contribue à gripper la circulation, selon un rapport publié ce vendredi 19 janvier par un panel d’élus et spécialistes formé par le gouverneur Andrew Cuomo.

Témoin du problème: un taxi roulait en 2010 à une vitesse moyenne de 10,5 km/h à « Midtown », centre de Manhattan. En 2016, la vitesse moyenne était tombée à 7,5 km/h, à peine plus vite qu’un piéton.

Ces chiffres font de New York « la deuxième ville la plus encombrée des Etats-Unis », derrière Los Angeles, et « la troisième au monde », derrière la métropole californienne et Moscou. Et les bouchons pourraient coûter à la première ville américaine « 100 milliards d’ici cinq ans », selon ce rapport.

La proposition phare de la commission -la plus controversée- est d’instaurer un péage qui pourrait atteindre 11,52 dollars pour les voitures et 25,34 dollars pour les camions qui voudraient rouler dans la zone allant de la pointe sud de Manhattan jusqu’à la 60e rue, peut-être dès 2020.

Il s’ajouterait aux péages déjà prélevés sur certains ponts et tunnels new-yorkais et contribuerait au financement du métro.

Améliorer la fiabilité du métro

La commission souligne que l’idée d’un tel péage, émise en 2007 puis écartée, a fait ses preuves à Stockholm ou Singapour.

Pour prévenir la grogne, elle préconise cependant d’améliorer d’abord la fiabilité du métro, pour lequel un plan d’urgence a été décrété l’an dernier, avant d’introduire progressivement ce péage.

Gouverneur et élus veulent aussi éviter à tout prix qu’une telle solution pénalise les habitants des districts de Brooklyn et Queens, de plus en plus nombreux en raison de la flambée de l’immobilier à Manhattan.

Avec 5 millions de personnes, ils représentent près de 60% des New-Yorkais et n’ont souvent d’autre option que la voiture pour aller travailler.

Ces propositions devraient fait l’objet de vifs débat au Parlement de l’Etat de New York, et rien ne dit qu’elles seront adoptées.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Immobilier: les super-riches préfèrent New York et Paris

Pour lire l’article

Ha si j’étais riche….
Selon une étude internationale, New York est la première ville où veulent vivre les millionnaires. Mais elle est désormais talonnée par Paris qui n’était qu’à la cinquième place de ce classement l’an dernier.

Décidément, tout le monde s’arrache l’immobilier parisien. Alors que le marché local a connu des niveaux de vente record et de fortes hausses des prix dopés par la demande intérieure, les étrangers s’intéressent eux aussi de plus en plus à la capitale française. Récemment, une étude montrait que c’est à Paris que les prix de l’immobilier de luxe devraient grimper le plus dans le monde cette année (avec une hausse attendue de 9%). Cet appétit international pour Paris se confirme dans l’étude annelle «Global Property Handbook» menée par les réseaux immobiliers Barnes et Warburg.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Oculus, la gare signée Calatrava qui redonne vie au World Trade Center

Pour voir l’article

Oculus, la gare signée Calatrava qui redonne vie au World Trade Center
Par Rémi Pernet
le 16 janvier 2018

L’architecte et ingénieur espagnol a imaginé la gare par laquelle transitent chaque jour des milliers de personnes venant travailler à Manhattan comme un symbole : celui de la renaissance du World Trade Center quinze ans après le 11 septembre. Un ouvrage aux éditions Assouline revient sur ce projet emblématique.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

À New-York, des rames de métro vétustes et dangereuses

Pour voir le reportage

août 22:02
TRANSPORTS – À New-York le métro est en surchauffe. Les équipements sont vétustes et le trafic ne cesse d’augmenter. Une situation préoccupante, d’autant que plusieurs rames ont déraillé ces derniers mois. Un plan d’urgence a été décrété.

Ce reportage est issu du journal télévisé de 20h du 24 août 2017 présenté par Julien Arnaud sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 20h du 24/08/2017 des sujets sur l’actualité, des reportages en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

MEDIAS – C’est une publication historique qui disparaît des kiosques américains. Après plus de 60 ans d’existence, The Village Voice ferme son édition hebdomadaire imprimée, mais continuera d’exister quotidiennement sur Internet, indique ce mardi 22 août plusieurs médias américains dont le New York Times.

Fondé à New York en 1955 et devenu un hebdomadaire gratuit en 1996, ce journal couvrait l’actualité culturelle et artistique par le biais d’enquêtes, reportages et critiques. A son lancement, il a été reconnu comme le premier hebdomadaire d’actualité alternatif, s’inscrivant dans le courant de la Beat Generation.

Parmi les co-fondateurs du titre, figurait Norman Mailer, l’un des plus grands écrivains américains du XXe siècle et mort en 2007.

The Village Voice a remporté trois prix Pulitzer et a lancé les carrières de plusieurs grands journalistes et critiques américains.

C’était un pilier de la vie new-yorkaise depuis plus de 60 ans. L’hebdomadaire @villagevoice s’arrêtehttps://t.co/hWYKbeq06S pic.twitter.com/gAfN7NNI3k
— Denis Cosnard (@DenisCosnard) 22 août 2017

Loved Amy Arbus pixs in the Village Voice. Esp 2/8/83 when she shot my fab friend Robert Lewis. Oh and Madonna @jeremoss @evgrieve pic.twitter.com/Smdt2NMYqX

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Prendre sa retraite à New York

New York se lance dans les résidences seniors à 20.000 dollars par mois

À New York, les promoteurs tentent de répondre aux besoins d’une population vieillissante et à fort pouvoir d’achat. La prochaine résidence pour seniors de la ville aura ainsi des allures d’hôtels de luxe. Et des loyers à la hauteur des prestations.

La ville qui ne dort jamais veut mieux loger ses seniors. La mégalopole a en effet un déficit très important en termes d’infrastructures adaptées aux personnes âgées dépendantes. Le quartier de Manhattan, qui compte près de 1,5 million d’habitants, n’abrite par exemple que 70 lits adaptés aux malades d’Alzheimer. Une pénurie d’infrastructures préoccupante pour la plus grande ville des États-Unis, qui devrait voir sa population âgée de 80 ans ou plus doubler dans les vingt prochaines années, comme dans le reste du pays.

» Lire aussi – Visitez l’appartement qui change la vie des seniors

Le nombre de places étant limité, la demande pour les résidences seniors atteint des sommets depuis quelques années. Cette situation commence donc à aiguiser l’appétit des promoteurs immobiliers, qui perçoivent les enjeux économiques liés au vieillissement de la population. La ville compte ainsi de plus en plus de chantiers de résidences adaptées aux besoins des seniors, y compris les plus exigeants d’entre eux.

» Lire aussi – Découvrez les départements les plus en manque de maisons de retraite

En plein cœur de Manhattan, le groupe Maplewood-Omega a investi 246 millions de dollars pour créer une résidence dédiée aux seniors très fortunés. Le bâtiment de vingt étages et de 18.000 mètres carrés abritera en effet 214 appartements à la décoration luxueuse, avec vue dégagée sur les gratte-ciels avoisinants. Les futurs habitants bénéficieront d’une assistance médicale au quotidien. L’édifice, dont les travaux devraient démarrer courant septembre 2017, sera la première résidence senior construite à New York depuis 2005.
Un loyer minimum de 10.000 euros par mois

En prime, les riches occupants pourront profiter d’un spa, d’un cinéma, une piscine intérieure chauffée, ainsi que d’un grand jardin situé sur le toit-terrasse de l’immeuble. Ils auront à disposition des parties communes, comme des salons, ou une bibliothèque, qui seront elles aussi décorées dans un style contemporain, avec des matériaux nobles. Une attention particulière sera également donnée à la qualité des services. Le restaurant de la résidence servira ainsi des plats gastronomiques, élaborés à base de produits frais et locaux.

Pour Gregory D. Smith, le PDG de Maplewood Senior Living, le groupe à l’origine du projet, l’ambition est de «concevoir une communauté unique, qui n’offre pas seulement un accès à la ville, mais également des parties privatives soigneusement décorées, ainsi que des appartements bien aménagés, le tout situé dans une oasis de luxe».

Passer sa retraite dans cette résidence dorée aura cependant un coût. Les loyers seront en effet au minimum de 12.000 dollars par mois, un peu plus de 10.000 euros. Les appartements les plus luxueux seront quant à eux proposés au prix de 20.000 dollars par mois, soit la bagatelle de 17.000 euros. M. Smith est néanmoins confiant quant au succès rencontré par cette résidence: «le projet présente un design et un niveau de sophistication qui correspondront parfaitement aux attentes du marché immobilier de Manhattan» confiait-il.

Copyright © 2017

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Des milliers de poissons morts ont mystérieusement recouvert un canal de New-York

Les habitants de Hampton Bays, un quartier de New-York, ont assisté à un spectacle effroyable en ce début de semaine. Des milliers de poissons morts recouvraient en effet le Canal Shinnecock, laissant apparaître des carcasses sans vie sur plusieurs centaines de mètres. Une vision d’apocalypse qui a terrorisé petits et grands qui se demandaient bien quelle pouvait être la raison de cette soudaine vague de poissons nommés Menhaden de l’Atlantique.

Fin du monde ou véritable explication ?

Si les plus religieux y ont vu un signe de fin du monde, les scientifiques chargés de l’affaire ont trouvé une raison un peu plus terre à terre. Non, ces vertébrés aquatiques n’ont pas été victimes d’une volonté divine ou même de déchets industriels. Au contraire, ils ont été privées trop longtemps d’oxygène et comme les mammifères, les poissons ont besoin d’oxygène pour survivre. Selon le New York State Department of Environmental, ces bancs de Menhaden devaient fuir un prédateur et ont échoué dans le canal. Malheureusement, celui-ci a été fermé pour lui nuit ce qui a créé une impasse et les a, au fil du temps, asphyxiés.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

La NSA à New York

D’après les révélations de The Intercept, The Long Lines Building à New York n’est pas l’antenne anodine d’AT&T que tout le monde croyait.

Si vous avez déjà visité New York, le bâtiment vous est peut-être familier. Planté en plein cœur du quartier de Manhattan, il s’agit d’un imposant immeuble de béton brut, dépourvu de la moindre fenêtre, digne des plus grandes heures du brutalisme. Jusqu’à peu, on pensait encore que le bâtiment, baptisé The Long Lines Building, n’était qu’une antenne d’AT&T, l’un des plus grands opérateurs téléphoniques et fournisseur d’accès internet américains. Une enquête de The Intercept, qui s’appuie notamment sur des informations fournies par Edward Snowden, vient aujourd’hui contredire cette information –ou, tout au moins, révéler une autre fonction de ce bâtiment.

Car, selon le site d’investigation piloté par Glenn Greenwald, ce grand immeuble de béton abrite, en réalité, une antenne majeure et centre d’écoute de la NSA, l’Agence nationale de la sécurité américaine. Son rôle? Filtrer les communications vers l’international et participer à des opérations de surveillance visant, par exemple, des pays alliés comme la France ou l’Allemagne, mais aussi des organisations internationales comme le Fonds monétaire international ou les Nations unies, ajoute The Intercept.

Résiste aux charges atomiques

Toujours selon les informations du site, le bâtiment, volontairement pensé pour qu’on l’ignore dans le temps malgré sa taille imposante et construit entre 1969 et 1974, serait capable de résister à une charge atomique. Vingt-neuf étages, trois sous-sols, si l’on ignore combien de personnes travaillent effectivement dans cette enceinte, on sait que l’architecte, John Carl Warnecke, prévoyait –outre une autoalimentation en électricité– des espaces de stockage d’eau et de nourriture pour 1.500 personnes. Quant aux appels interceptés, d’après les mémos d’Edward Snowden, pourraient même être écoutés depuis l’intérieur du bâtiment.
Mais alors, que reste-t-il d’AT&T qui était censé occuper ces locaux? D’après les documents publiés par The Intercept, le nom de code «Titanpointe», qui désigne l’immeuble Long Lines, est mentionné à de nombreuses reprises dans des rapports internes de la NSA liés à des opérations de surveillance. Des mentions qui l’associent souvent à «Lithium», un autre nom de code connu pour désigner… AT&T. Une association qui, si l’on regarde quelques années en arrière, n’a rien de bien nouveau.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather