Archives pour la catégorie La vie à New York

les infos sur new york

Douglas Kennedy : son voyage le long de la ligne A du métro new-yorkais

Pour lire l’article

New York – Douglas Kennedy (texte), Ben Lowy (PHOTOS) / GEO – Jeudi 24 mai 2018

On nous avait promis une journée dans une forêt enchantée ; un Elysée de verdure, de hautes ramures et de feuillages dorés. On nous avait fait miroiter des trésors enfouis – et, peut-être bien, la mise au jour de pointes de flèches façonnées par les anciens résidents indigènes, depuis longtemps disparus. On nous avait prévenus que nous allions bientôt pénétrer dans ce royaume perdu que l’on appelle l’ancien temps.

Mais pour atteindre ce pays magique, il nous faudrait prendre la ligne A.

Nous étions des petits citadins de downtown, inscrits dans une école élémentaire progressiste de l’East Village, à Manhattan. L’année : 1962. Le mois : octobre, pendant ces semaines cruciales où notre président (John Fitzgerald Kennedy) jouait au poker nucléaire avec les Soviets à cause de missiles braqués sur nous depuis l’île socialiste de Cuba, à soixante-dix kilomètres à peine des côtes américaines. Bien sûr, personne dans ma petite classe n’avait conscience de ce qui se passait – tout juste percevions-nous d’anxieuses conversations chuchotées entre nos parents, ou les murmures de nos maîtres d’école soupesant les risques de destruction mutuelle.

Voyage au bout du monde

Mais la vie devait bien continuer, et on nous promettait depuis des semaines une expédition vers l’extrémité septentrionale de notre île. Nous devions aller visiter un parc appelé Inwood, où les Américains natifs vivaient autrefois dans des tipis, et où ils chassaient leur gibier – et se protégeaient contre l’ennemi – avec des arcs et des flèches.

Vous vous rappelez, lorsque vous aviez 7 ans, combien une année paraissait interminable ? Et comme une sortie familiale en voiture déclenchait toujours une attaque d’ennui suffocant ponctué de «On arrive bientôt» ? Pour les enfants que nous étions, partir vers le nord depuis l’angle de la 11e Rue et de la 2e Avenue (où était située notre école) pour rallier la 207e Rue, tout en haut de l’Upper West Side, s’apparentait à endurer l’intégralité du Crépuscule des dieux de Wagner. Il fallait se rendre à pied de l’école à Astor Place, prendre la ligne 6 jusqu’à Grand Central Station, puis la navette vers l’ouest jusqu’au métro de la 8e Avenue, puis enfin, une fois à bord d’une rame de la ligne A, patienter encore trois quarts d’heure jusqu’au terminus.

«Mais on va au bout du monde !» s’était lamentée une de mes camarades de classe.

Elle n’avait pas tort : la ligne A est longue, très longue. Elle démarre à l’extrême limite nord de la ville et s’incurve dans la longueur de Manhattan telle une gigantesque colonne vertébrale souterraine avant de plonger sous l’East River. Ensuite, elle traverse le ventre mou de Brooklyn et fait surface quelque part dans le Queens, d’où elle file tout droit vers l’Océan. C’est donc un voyage qui vous emmène littéralement de la forêt à la mer – mais qui le fait dans le cadre hyperurbanisé d’un des plus importants foyers d’activité humaine de la planète.

Pour parler de manière plus évocatrice, cette ligne du métro de New York fut rendue mythique par un prodigieux standard de jazz – Take the «A» Train – enregistré pour la première fois en 1941 par le grand Duke Ellington et composé par son fidèle génie musical à demeure, Billy Strayhorn. Cet immense héros méconnu de la musique américaine fut arrangeur pour le big band du Duke et l’auteur de nombreux classiques d’Ellington. Son Take the «A» Train est non seulement un indémodable standard de jazz, mais aussi un hymne indissociable de New York, tant il exprime de manière emblématique le rythme swing et syncopé de la ville. En tant que piliers d’Harlem – le principal quartier afro-américain, à une époque où sévissait encore la ségrégation raciale –, Strayhorn et Ellington connaissaient tous deux le «A» Train, qui les ramenait chez eux depuis le monde blanc situé en deçà de la 110e Rue.

Pour un New-Yorkais de troisième génération comme moi, né et élevé sur l’île de Manhattan, la ligne A fait depuis toujours partie de la géographie intime. Depuis ce premier voyage interminable vers Inwood Park en 1962, elle demeure une constante dans mon quotidien new-yorkais.

Mais le New York de notre époque inquiète est une construction mentale entièrement différente de la ville de mon enfance. Et il m’apparaît clairement que, comme toute grande ligne de transports publics, la A est bien davantage qu’une immense canalisation urbaine divisant par le milieu une longue portion de ma ville ; c’est aussi un reflet souterrain de ses contradictions et complexités actuelles. Ainsi m’est venue cette idée : prendre une journée pour descendre sous terre et effectuer un relevé barométrique de la psyché du New York moderne. Je prendrais la ligne A d’un bout à l’autre, et j’en descendrais de loin en loin pour prendre le pouls de l’époque dans ma cité natale.

Au terminus de la 207e Rue, j’avise tout de suite un restaurant appelé The Capitol, qui semble tout droit sorti des années 1950 : un vrai vieux rade, décrépit, dont le nom s’étale au-dessus de la porte dans cette grasse calligraphie d’après-guerre qui rappelle les meubles Eames et la splendeur des néons de Broadway – avant que cette avenue ne se transforme en centre commercial. Là, les immeubles sont bas, résidentiels, et la langue prédominante est l’espagnol. Commerces locaux : un salon de manucure, une quincaillerie, deux ou trois bodegas. Pas un Starbucks à l’horizon, ni une de ces chaînes de pharmacies (Duane Read, CVS, Walgreens) qui se propagent pourtant comme des métastases dans le panorama new-yorkais… au point que l’on n’est jamais à plus d’une minute à pied de leurs maudites officines (un vrai saccage visuel).

New-York, une ville qui « arnaque tout le monde, sauf les riches »

Inwood – comme s’appelle ce quartier – a conservé son caractère. Hormis une échoppe de bagels, peu de signes de gentrification sont arrivés jusqu’ici. Le parc est aussi vaste et verdoyant que dans mes souvenirs de la fameuse sortie scolaire. Mais à présent, des décennies plus tard, habiter ce coin du nord de Manhattan autrefois ultra-isolé est devenu coûteux. Devant une agence immobilière, j’ouvre des yeux ronds en apprenant qu’un appartement de 120 mètres carrés avec vue sur le parc se vend désormais 730 000 dollars. Il fut un temps où Inwood coûtait une bouchée de pain – parce que c’était crasseux et qu’il fallait traverser des quartiers chauds pour y arriver. A l’époque, le métro était un lieu où l’on risquait des dommages corporels graves une fois la nuit tombée. Cela jusqu’au mandat municipal de Rudolph Giuliani : un homme politique doté d’un penchant certain pour le manichéisme et de certitudes jésuitiques, qui fit de New York la ville que nous connaissons actuellement, plus sûre, plus inoffensive, plus ouverte aux ultrariches, moins agressive. Ce qui eut pour effet de transformer des coins comme Inwood – autrefois considérés comme à peu près aussi accessibles que le Groenland – en lieux «intéressants», avec des prix à l’avenant.

«Ho, vieux, tu files un dollar ?»

Celui qui me parle est un Afro-Américain d’une soixantaine d’années, émacié, aux dents pourries, dont les vêtements ne semblent pas avoir été lavés depuis l’été (et nous sommes à la mi-octobre). A voir le matelas en mousse crasseux qu’il porte sur son dos, il doit dormir dehors.

Il est posté juste à l’entrée de la station. De mon côté, je m’escrime avec ma carte de métro, mais le tourniquet, bloqué pour je ne sais quelle raison, me refuse le passage. Le SDF, voyant cela, tire par la manche un agent d’entretien, un jeune Hispanique, environ 25 ans, en uniforme bleu réglementaire mais avec le regard azimuté d’un gros fumeur de joints.

«Hep, toi ! Ce type est en train de se faire entuber par la ville», dit le SDF en me montrant du doigt.

Le balayeur m’ouvre aussitôt le portillon de secours et me fait signe d’approcher. «Je voudrais pas que vous vous fassiez avoir par cette foutue ville. Même si elle arnaque tout le monde – sauf ces salauds de riches. Alors vous voyez, je me fous de savoir si vous payez le voyage ou non. Allez, passez. Par contre, faudrait donner quelques dollars à notre ami, là.»

Je glisse un billet de cinq au SDF.

«Ça va me payer le déjeuner ! lance-t-il en me donnant une tape dans le dos. Ça me botte, moi, vos conneries de Bon Samaritain.»

Tout le monde parle, à un volume considérable

Les reparties de ce genre n’ont rien de surprenant pour les natifs de New York tels que moi. Prenez le métro à Londres (comme je l’ai fait pendant vingt-trois ans) et vous remarquerez que le silence règne en maître. Les conversations sont chuchotées, les regards ne se croisent pas, et cette variété très anglaise de misanthropie qui consiste à fuir toute interaction avec autrui dans un lieu public est poussée à son maximum. Le métro de New York, en revanche, est un théâtre permanent – hautement vocal et interactif, parfois un peu extrême et avant-gardiste, voire à la limite de l’absurde. Et tout le monde parle. A un volume considérable.

Une fois en sous-sol, alors que je saute dans une rame, j’entends une voix tonner à l’autre bout de la voiture : «J’lui ai dit : la prochaine fois qu’il essaie ses trucs de pervers au pieu, je grave mes initiales dans sa queue.»

C’est une femme très blonde en pantalon moulant de cuir blanc et veste en cuir blanc assortie, juchée sur d’impressionnants talons aiguille. Elle mâche du chewing-gum avec une régularité de métronome et parle dans un iPhone blanc.

«Pourquoi je suis fumasse ? C’est toi qui me poses la question ? Tu vois pas pourquoi je te casse les couilles avec ça ? Mais parce que c’est toi qui m’as foutu ce gros naze dans les pattes. Je vais te dire, c’était comme me faire niquer par un doughnut à la crème.»

Le plus merveilleux, dans cette tirade, est que personne dans la voiture n’est le moins du monde incommodé par ces confessions intimes à forts décibels. La rame se met à rouler vers le sud… et je me retrouve assis face à un couple d’une trentaine d’années au look résolument non-branché : grosses lunettes, vêtements en fibres naturelles qui fleurent bon la communauté dans le Vermont, chaussettes dans sandales. La femme sort un vieux bocal de sa besace en toile. Il est empli d’un liquide violet foncé. Elle en dévisse le couvercle et le tend à son homme. «Crois-moi, la betterave et le sureau, ça te fait passer une IVU en moins de deux.» IVU, autrement dit une infection des voies urinaires. Est-elle elle-même en pleine crise de cystite, ou administre-t-elle ce breuvage de science-fiction violet vénéneux à son compagnon parce qu’il souffre le martyre chaque fois qu’il doit soulager sa vessie ? Ah, les grandes questions sans réponses de la ligne A…

Nous roulons toujours vers le sud. Je descends à la 168e Rue. Washington Heights. Un quartier toujours hautement latino. Résistant encore à l’influx de café latte et à la barbiche de hipster – même s’il est lui aussi devenu désirable en raison de son époustouflant capital architectural. Des blocs et des blocs de vénérables immeubles d’habitation, des rues où l’oeil n’est jamais arrêté par la laideur de tours modernes en verre et acier, une ambiance très village, communautaire, soudée. Un vrai barrio de Manhattan.

Repartons vers le sud. Un jeune monte à la 148e Rue. Mince comme un fil. La petite vingtaine. Peau cappuccino, étroit pantalon gris, chemise grise, pompes pointues en alligator gris, petit feutre gris sur la tête, énormes lunettes noires carrées de l’époque glam rock, imper en plastique transparent. De gros écouteurs plaqués sur les oreilles, il chante à tue-tête ; d’une voix fausse et sans pitié pour nos tympans. A côté de lui, deux ouvriers du bâtiment, apparemment : 28 ou 29 ans, en sweat-shirt, casquette de base-ball, petite bedaine de bière, chaussures de chantier à coque métallique.

«Elle arrête pas de me dire : fais-moi encore un gosse. Moi, je lui réponds : comment tu veux qu’on se paie une cinquième bouche à nourrir ? Purée, je fais déjà vingt heures sup par semaine, et on arrive à peine à joindre les deux bouts. Et elle, elle veut un gosse de plus ?»

Bienvenue à Trumpland – où la classe moyenne américaine, encore stable naguère, se voit forcée de se battre au quotidien pour rester à flot dans une société qui a peu à offrir en matière de filet de sécurité, et où le darwinisme social est l’éthique dominante.

Je descends à la 125e Rue. Il y a trente ans, montrer mon visage très blanc dans les rues de Harlem serait revenu à réclamer les ennuis. De fait, à peu près tout ce qui se trouvait au nord de la 110e Rue (excepté les alentours de l’université Columbia) était considéré comme une zone où l’on ne mettait pas les pieds, un terrain à haut risque. Mais aujourd’hui…

Aujourd’hui, voilà que je déambule sur l’artère principale de Harlem, consterné de voir cette voie de circulation légendaire envahie par les forces de l’uniformisation. Oui, l’Apollo Theatre, ce sanctuaire de la musique soul, conserve intacte sa magnificence. C’est toujours l’un des derniers grands music-halls à l’ancienne de la ville, un rappel de l’extravagance visuelle des années 1920. Et, oui, c’est aussi un des saints des saints de la musique populaire aux Etats-Unis. Mais juste à côté, un promoteur a installé une enseigne de la marque Banana Republic. En face, c’est un magasin Gap. Et une salle de sport. Et le Starbucks de rigueur, et les enseignes de pharmacies. Certes, on s’y sent en sécurité. Certes, ce n’est plus un ghetto, bien que l’horizon soit hérissé de hideuses cités HLM construites dans les années 1960 et 1970. Et certes, Harlem est en bonne voie de gentrification. Mais constater que les fades emblèmes du consumérisme moderne ont dépouillé la 125e rue de sa fantastique personnalité fait mal au coeur. L’une des grandes malédictions de l’uniformisation est que partout où elle passe, tout se ressemble.

La ligne A fonce ensuite vers le sud, sans arrêt de la 125e à la 59e Rue. Deux musiciens montent à bord juste au moment où nous démarrions, tous deux chargés de gros tambours africains. Ils s’installent dans un espace libre du wagon et annoncent qu’ils vont jouer un morceau venu du Sénégal. La vélocité du métro semble les aiguillonner, à voir le rythme effréné que prennent leurs rafales de percussions à l’approche de la station suivante. Puis, en faisant passer le chapeau, l’un d’eux déclare : «Quelques dollars chacun, et on pourra dîner ce soir. Si vous êtes fauchés, on aime bien les sourires aussi.»

Presque tout le monde leur tend un dollar ou deux, à part un vieux bonhomme qui se tourne vers le quêteur pour lui dire : «Vous voulez me rendre sourd ? Je déteste les tam-tams, bon sang.»

Le métro : un voyage à travers la ville… et les classes sociales

A la 59e Rue, deux costard-cravate montent dans le wagon. Propres sur eux, trapus, plus très jeunes, en tenues Brooks Brothers similaires : veste sans inspiration et pantalons assortis, chemise, cravate à rayure. L’uniforme de l’Amérique au bureau. «Je viens d’acheter à Brad ses premiers clubs de golf, dit l’un.

— Il a quoi, douze ans ?

— Onze ! Mais il faut le voir se servir d’un fer 5 !»

Des clubs de golf à onze ans. Ça sent la belle banlieue résidentielle, ça. Bien rangée, bien bourgeoise.

Arrêt suivant : 42e Rue. Du temps de mon adolescence, l’intersection 8e Avenue-42e Rue était l’épicentre du New York sordide. Des cinémas pornos pour les deux sexes. Des prostituées à tous les coins de rue. Des junkies. Les perdus et les égarés. Des types qui n’auraient pas hésité à piquer son sac à un naïf tout juste descendu du bus à la gare routière de Port Authority – encore un endroit labellisé à l’époque «vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir».

Ah oui, 42e Rue et 8e Avenue, dans ma jeunesse, c’était assez picaresque. Et l’endroit fut la cible d’un sérieux nettoyage à la Giuliani dans les années 1990. La 42e Rue, c’était Sin City, la Ville du Péché – avec des cinémas ouverts toute la nuit où la pipe ne coûtait pas cher au balcon (on voit ça dans le film Macadam Cowboy). A présent, la ville est ce qu’on appelle dans le jargon du marketing une «destination familiale», avec comédies musicales de Disney, antenne du musée de cire Madame Tussaud, boutiques où l’on vend des Nike et des casquettes de base-ball, chaînes de restaurants, que sais-je encore.

Si cela me manque, les putes, les sex-shops, le fait de marcher sur des seringues hypodermiques abandonnées par un toxico se shootant à l’héro au coin de la rue ? Pas du tout. Mais l’insipidité de la 42e Rue aujourd’hui symbolise à elle seule une ville qui fut un jour abordable, crasseuse, dangereuse mais aussi interlope et pleine de vie. La ville sale et malfamée de Lou Reed, de Patti Smith, du Taxi Driver de Scorsese… ces mean streets ont été largement châtrées par l’asepsie du capitalisme moderne. Et New York y a perdu son âme ténébreuse.

Poursuivons vers la 4e Rue Ouest. Le coeur de Greenwich Village. Un lieu où les clubs de folk ont en grande partie créé ce quartier jadis bohème – ainsi que ses célèbres petits cafés où, au début des années 1970, un jeune moi adolescent allait siroter un expresso (denrée difficile à dénicher à l’époque) dans un café italien de MacDougal Street en s’imaginant à Rome (ma vraie rencontre avec cette ville serait pour plus tard). Bob Dylan écrivit une chanson intitulée Positively 4th Street alors qu’il faisait ses débuts dans des clubs des environs. Du passé, il reste un vestige – le Blue Note – et un autre bar de jazz non loin, The Zinc. Le Village n’est plus bohème. Il est devenu élégant, recherché, absurdement hors de prix –, mais c’est toujours une des entités architecturales les mieux préservées de la ville. A condition de pouvoir acquitter le prix d’entrée.

Mon escale suivante sur la ligne A est Fulton Street. Manhattan devient très étroite à son extrémité basse. En se tournant vers la droite au sortir de la station, on voit se dresser de toute sa hauteur la Freedom Tower sur l’ancien site du World Trade Center – et l’on repense forcément au 11-Septembre, qui demeure un événement pivot dans l’histoire moderne et dont les ramifications continuent de redessiner la géopolitique mondiale. Alors qu’en prenant vers l’est, on se perd vite dans un dédale de petites rues pleines de boutiques de confection pour hommes où se fournissent les cadres moyens, de petites échoppes d’électronique coréennes, et de tailleurs. Ces commerces résolument ringards me charment – parce qu’ils me rappellent l’époque où tous les quartiers de New York abritaient des petits magasins comme ceux-là… dont la plupart ont été chassés par l’inflation des loyers.

Retour au métro : la ligne passe ensuite sous le fleuve. Nous quittons Manhattan. Et ressortons dans Brooklyn. Un borough cher à mon coeur – mes deux parents y étant nés, dans des quartiers populaires – où je me rendais un week-end sur deux pour aller voir mon grand-oncle et ma grand-tante maternels allemands. Ils étaient juifs, comme ma mère, et avaient fui l’Allemagne en 1938, juste après la Nuit de cristal. Ils furent mon premier lien avec ce que nous, les Américains, appelons «le Vieux Monde», d’autant plus qu’ils parlaient allemand entre eux et que leur appartement de Flatbush nous ramenait directement au XIXe siècle.

Brooklyn aujourd’hui, sur la ligne A :

High Street : la sortie pour Brooklyn Heights. Vastes maisons de ville, un parfum du vieux New York d’Edith Wharton, toujours vaillant et préservé avec amour (même si, évidemment, la haute société de ses romans n’aurait jamais envisagé de s’établir à Brooklyn), des perspectives splendides sur Manhattan. Brooklyn Heights fut à une époque un haut lieu de la vie de bohème. Les écrivains qui y élurent domicile avaient pour nom Henry Miller, Hart Crane, Truman Capote, Paul Bowles, Norman Mailer, W. H. Auden. A présent, l’endroit appartient aux banquiers de Wall Street qui ont les moyens de débourser des millions pour une vue sur le fleuve.

Quelques minutes de plus sur la ligne, et nous voilà à l’intersection des avenues Kingston et Throop, en bordure d’un quartier appelé Bedford-Stuyvesant. Ou, dans l’idiome local : Bed-Stuy. Dans les premières années de notre nouveau siècle, c’était encore le plus dur des ghettos. Violence des gangs, violence du trafic de drogue : le risque de finir violemment amoché était élevé. Désormais, alors que le reste de Brooklyn est financièrement hors de portée des jeunes artistes qui y affluaient encore il y a vingt ans à cause des loyers bas et de l’ambiance BoHo, Bed-Stuy est soudain à la mode. Un ami écrivain qui vit par là-bas depuis cinq ans me disait récemment : «Le jour où Bed-Stuy sera trop cher pour les artistes, on saura que la ville aura changé au point de ne plus être reconnaissable.»

Jésus est partout, même sur la ligne A

Après Grant Avenue, la ligne A commence à monter. Et tout à coup, on se retrouve en plein air. Dans le borough du Queens. Face à Ozone Park : une banlieue intérieure peuplée d’immigrants, appréciée après guerre par les familles de la classe ouvrière italienne. Maintenant, ce sont de vastes communautés latino-américaines, asiatiques et antillaises qui y sont installées. C’est encore un monde de rangées de maisons mitoyennes proprettes, d’entrepôts et d’églises catholiques sérieuses, imprégné d’une solide identité col-bleu. Un peu plus loin sur la ligne, c’est Aqueduct. Mon grand-père maternel, un joaillier du Diamond District à Manhattan, y allait «à la piste» – c’est-à-dire, en jargon new-yorkais, qu’il allait jouer aux courses. Aqueduct a toujours été l’endroit où parier sur les chevaux et voir son champion arriver bon dernier. L’hippodrome est toujours là. Mais à côté se dresse un gigantesque «casino multiplex» aux couleurs criardes – qui vante ses 4 000 machines à sous.

Un homme monte à Howard Beach, coiffé d’une casquette «Jésus est votre ami» et porteur d’une grosse boîte en plastique remplie de chocolats. «Je voudrais juste 25 cents de chacun de vous pour pouvoir manger aujourd’hui. Achetez-moi des chocolats… s’il vous plaît.»

C’est la cinquième fois du voyage que quelqu’un mendie parce qu’il a faim. Ainsi va le monde, pas seulement à New York, mais dans toutes les grandes villes d’aujourd’hui. Nous sommes presque revenus au XIXe siècle en ce qui concerne le fossé entre les nantis et les indigents.

Je lui tends un dollar.

«Soyez béni, monsieur, me dit-il. Et n’oubliez pas : Jésus est toujours là pour vous.

— Même sur la ligne A ?»

Il sourit. «Toujours, sur la ligne A.»

Avant la fermeture des portes à Howard Beach, je flaire des effluves salins dans l’air urbain. Quelques minutes plus tard, nous traversons un viaduc, au-dessus de remous bouillonnants : l’eau de l’Atlantique, houleuse et agitée à l’approche de l’aéroport Kennedy. Très vite, on se sent quasiment en mer. Nous passons devant des maisons sur pilotis, battues par les éléments, et de petits voiliers caracolant sur les vagues. L’espace d’un instant, je pourrais jurer me trouver dans un port de pêche du Maine et non dans un recoin de la ville de New York. Plus on avance vers l’est, plus la mer affirme son emprise sur le paysage. Nous voici à Rockaway – une zone toujours largement ouvrière, où les habituelles erreurs architecturales brutalistes des années 1970 se mêlent à des villas que l’on s’attendrait plutôt à voir sur les plages proches de Boston. Pourtant, là aussi il y a la plage. D’ailleurs, tous les derniers arrêts de la ligne A ont le mot beach dans leur nom.

Je saute du wagon à Beach 44. En sortant de la gare, je descends quelques marches et un petit chemin me mène directement sur une longue étendue de sable. Le ciel est maussade, indécis. La mer moutonne. J’ai la plage pour moi seul. Le décor idéal pour une promenade à pied. Bien sûr, New York est réputé pour ses plages urbaines : Riis Park, Jones Beach, Coney Island. Mais là, à Rockaway, j’ai vraiment l’impression de me trouver tout au bord du Nouveau Monde, les yeux plongés dans le grand au-delà de l’Atlantique. Et je me rends compte que cette balade sur la ligne A m’a fatalement poussé à de longues interrogations sur les identités toujours changeantes de New York ; qu’une grande ville est une construction flexible, en réinvention perpétuelle, pour le meilleur et pour le pire.

Une pluie légère se met à tomber. Je repars vers le métro. J’attends la rame pendant dix minutes. Elle est pratiquement vide. Encore deux arrêts en bord de plage, et nous atteignons Far Rockaway. Le métro s’arrête dans un ultime hoquet. Les portes s’ouvrent. Je descends. Je gagne la rue. Far Rockaway est gris, morne, dur, authentique. Et c’est le bout de la ligne.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Destination New York, le guide à conseiller pour visiter la Grosse Pomme

Au programme : plans des transports en commun, photos et bonnes adresses.

La littérature sur New York est déjà dense… Mais un petit nouveau est arrivé tout droit du web en 2013, mêlant expériences de voyages de l’auteur Didier Forray et de commentaires de voyageurs, laissés sur son blog devenu une référence, cnewyork.net.

Pour sa troisième édition, ce guide papier s’offre une nouvelle identité et s’appelle désormais Destination New York. Tout un programme ! 250 pages en couleurs font la part belle aux photos de monuments emblématiques de la Grosse Pomme, aux bonnes adresses (250 bars, boutiques, restaurants…) et toujours aux avis d’internautes sur toutes sortes d’activités à faire dans la destination américaine.

Le guide intègre également un plan des transports en commun actualisé. Surtout, le plan du métro est à retrouver en 4e de couverture. Plus d’informations sur cnewyork.net.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

New York: Dans la ville qui ne dort jamais, la sieste gagne du terrain

New York: Dans la ville qui ne dort jamais, la sieste gagne du terrain

Pour recharger leurs batteries dans la « ville qui ne dort jamais », il y a longtemps que les New-Yorkais font grosse consommation d’expressos ou de savants cocktails de légumes pressés. Aujourd’hui, ils découvrent aussi les vertus de la sieste.

Ils avaient déjà à leur disposition de nombreux studios de yoga ou de méditation. Pour surmonter la fatigue générée par un environnement professionnel ultra-concurrentiel et des trajets domicile/travail à rallonge, un certain nombre d’entre eux ont également succombé à la mode du thé matcha et à celle du kava, un breuvage anti-stress très en vogue concocté à partir d’une racine.

Désormais, ce sont les cabines à sieste qui fleurissent à New York, comme dans d’autres métropoles américaines.

Parmi les plus grandes installations, celles de Nap York ont ouvert en février, dans un bâtiment de trois étages près de Times Square. Moyennant 12 dollars, on peut y louer pour une demi-heure une petite cabine individuelle en bois, à toute heure du jour ou de la nuit.

Le succès n’a pas tardé: de sept cabines, Nap York est vite passé à 22. Et une section de six hamacs, louables pour 15 dollars la demi-heure, ouvrira bientôt sur le toit du bâtiment.

« C’est très difficile de trouver la paix et la tranquillité à New-York », souligne Stacy Veloric, directrice marketing de Nap York. « Nous voulions pouvoir accueillir les New Yorkais épuisés. »

Un dollar la minute
Selon le Centre de prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention), un tiers des Américains ne dorment pas suffisamment. Avec pour conséquences des problèmes d’humeur et de concentration, une productivité réduite, des absences… et un coût pour l’économie américaine allant jusqu’à 411 milliards dollars par an, selon une étude de 2016 de la Rand Corporation.

Laura Li est de ceux qui préfèrent 35 minutes de sieste à une tasse de café.

Correctrice dans un magazine de voyages, cette femme de 28 ans fait la sieste chaque semaine chez YeloSpa, un luxueux centre de soins qui, depuis 11 ans, offre des cabines dédiées à ce temps de repos.

Mme Li pénètre dans une cabine hexagonale baignée d’une lumière violette: telle une astronaute, elle s’étend sur un matelas incliné, pieds en l’air, pour réduire le rythme cardiaque et faciliter l’endormissement.

Dans 35 minutes, elle se réveillera grâce à « un lever du jour simulé », explique Maya Daskalova, gérante du YeloSpa de la 5e Avenue, tout proche de la célèbre Trump Tower.

Prix de ce sommeil réparateur: un dollar la minute, avec un minimum de 20 minutes et un maximum de 40.

« Je viens les jours où j’ai beaucoup de travail, juste pour avoir plus d’énergie le reste de l’après-midi. Car je ne bois pas de café et, quand je suis fatiguée, je ne peux pas faire autrement que de dormir un peu », dit Mme Li.

Elle ne dit pas à ses collègues qu’elle part faire la sieste à l’heure du déjeuner. Mais elle en a parlé à des amis, qui ont souvent trouvé étrange qu’elle veuille payer pour dormir.

Beaucoup y voient « une perte de temps et d’argent », dit-elle. « Mais pour moi, tant que je peux me le permettre, ça vaut le coup. Je me sens simplement mieux après, et c’est suffisant. »

Changement d’attitude
Mme Daskalova, la gérante du YeloSpa, estime que la société est en train de changer. « Se remettre en forme pour le reste de la journée est bien meilleur que de s’effondrer à son bureau », dit-elle.

Qui sont ces nouveaux adeptes de la sieste ? Il y a ceux qui travaillent de longues journées; ceux qui vivent loin de Manhattan et font une pause avant d’enchaîner avec un dîner; les femmes enceintes; les parents avec bébés qui ont fait une nuit blanche; les fêtards qui n’ont pas fermé l’oeil de la nuit…

Avec en tête lui aussi le manque chronique de sommeil, Christopher Lindholst a créé dès 2004 la société MetroNaps, qui fabrique des « capsules d’énergie » dans lesquelles on peut s’isoler pour dormir.

Les premières ont été installées dans l’Empire State Building, mais ont ensuite été retirées à cause du renforcement des mesures de sécurité du célèbre gratte-ciel.

Depuis, la société vend ses capsules à des entreprises, des universités, des hôpitaux, des aéroports… « En 15 ans, l’attitude des gens a complètement changé », dit M. Lindholst, « il y a une plus grande prise de conscience de l’importance du sommeil et de ses bénéfices. »

Mais pour surmonter les préjugés sur la sieste, souvent associée à la paresse, « cela prendra toute une génération », estime-t-il, « alors même que la sieste ne dure que 10 à 20 minutes, pas plus qu’une pause-cigarette ou une pause-café. »

Une de ses capsules trône désormais dans les bureaux new-yorkais de la nouvelle société de bien-être « Thrive Global » d’Arianna Huffington.

Dans son livre à succès La révolution du sommeil (2016), la célèbre co-fondatrice du Huffington Post soulignait la nécessité d’en finir avec « l’illusion qu’il faut s’épuiser pour réussir ».

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Our/Vodka ouvre Our/New York, la premiere distillerie a Manhattan depuis pres de 100 ans

La compagnie suédoise Our/Vodka ouvre sa première distillerie à Manhattan. Our/New York est la dernière filiale d’Our/Vodka, une famille mondiale de micro-distilleries au coeur de villes du monde entier. Il aura fallu cinq années à l’équipe d’Our/Vodka pour s’adapter à l’environnement et aux régulations complexes de la ville de New-York, et enfin ouvrir la première distillerie à Manhattan depuis près de 100 ans.

(Photo: https://mma.prnewswire.com/media/694142/our_NYC_vodka_bottle.jpg ) Our/New York ouvre au public le 25 Mai et constitue le sixième membre de la famille Our/Vodka qui a déjà ouvert avec succès des distilleries dans les villes de Berlin, Amsterdam, Londres, Detroit et Los Angeles. Après New-York, Our/Vodka a prévu d’ouvrir à Miami. Our/Vodka a été lancée par un groupe d’entrepreneurs suédois avec l’idée innovante de créer une marque mondialisée de vodka, intégrée localement. La marque et le projet ont ensuite été financés par Pernod Ricard. Our/Vodka a créé un business model innovant qui combine global et local en installant des micro-distilleries au centre de grandes villes. Chacune donne à Our/Vodka son nom, une personnalité et un caractère unique. Ensemble, toutes ces distilleries forment la première famille mondiale de Vodka. Une fois ouverte, chaque distillerie est gérée indépendamment par une équipe locale qui dirige et construit la marque de façon à répondre au mieux aux besoins spécifiques de sa ville. Our/New York sera ainsi gérée par l’entrepreneur et artiste Dave Ortiz – cofondateur de DQM (Dave’s Quality Meats). Située au 151 West 26th Street à Chelsea, au coeur de Manhattan, entre la Sixième et la Septième Avenue, la distillerie Our/New York disposera également d’une salle de dégustation, d’un bar et d’un magasin. L’espace servira également à la communauté en tant que galerie et espace dédié aux événements. Les visiteurs pourront s’arrêter à la distillerie pour partager un verre, visiter et déguster. Le fondateur et PDG d’Our/Vodka , Åsa Caap, explique: « Our/New York est un chapitre important et passionnant de l’histoire d’Our/Vodka, et fait aussi l’histoire de la ville de New York. Cela fait 5 ans que j’ai signé le bail de nos locaux et depuis, nous avons travaillé jours et nuits. Nous avons notamment changé le zonage à Manhattan et reçu une dérogation des pompiers de New York. Au total, nous avons eu plus de 220 rendez-vous avec différentes autorités. Comme vous pouvez l’imaginer, l’équipe et moi-même attendons avec impatience l’ouverture finale. » Chaque bouteille d’Our/Vodka est similaire, et chaque distillerie suit la même recette mais s’approvisionne, le plus possible, en ingrédients locaux, et ce sans jamais faire de compromis sur la qualité, donnant à chaque vodka son profil et sa saveur unique. La vodka est distillée, mélangée en petits lots, puis embouteillée à la main dans chaque micro-distillerie. Our/New York est une vodka super-premium à base de maïs. Son goût est doux et frais avec un grain léger et une note fruitée. Vendu en bouteilles de 375 ml, Our/New York sera disponible à la fois sur place et hors site. A Propos de Our/Vodka Our/Vodka a été fondée à Stockholm en 2010 par une équipe d’entrepreneurs. Our/Vodka est une idée du PDG et fondateur, Åsa Caap, et a été traitée comme un projet secret sous l’égide de Pernod Ricard avant l’ouverture de la première distillerie en 2013 à Berlin. A Propos de Our/New York Our/New York est une nouvelle distillerie de vodka située au coeur de Manhattan et fait partie de Our/Vodka – une famille mondiale de micro distilleries locales dans les villes du monde entier. Our/New York sera la première distillerie légale à ouvrir à Manhattan depuis la prohibition. A Propos d’Our/New York PDSF $22.99 Taille 375ML Crown Top Bottle With Resealable Cap ABV 40.0% / 80 Proof Suggestion de Service: Our/New York Martini (Our/New York Vodka, Vermouth, Fino Sherry, Bitters) Our/New York Distillerie – Ouverture le 25th May 2018 151 West 26th Street (btw 6th and 7th Ave) New York, NY 10001 Horaires (Lundi – Jeudi 17-00, Vendredi 17- 01, Samedi 15- 01, Dimanche 15- 00) Outside hours and tours by appointment Website: http://www.ourvodka.com/ournewyork Facebook: http://www.facebook.com/ournewyork Instagram: @ournewyorkvodka Pour les demandes des medias et pour des images, merci de contacter per@junopr.se. Contacts Pernod Ricard Emmanuel Vouin / Responsable Relations Presse: +33-(0)1-41-00-44-04 CONTACTS: Per Frykebrant +46-70-813-63-22 per@junopr.se

En lire plus: http://www.lelezard.com/communique-17026382.html

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Les libraires indépendants new-yorkais célébrés à travers une série de portraits

Les libraires indépendants new-yorkais célébrés à travers une série de portraits

par Lisa Miquet

Le photographe Franck Bohbot est allé tirer le portrait aux libraires indépendants de Brooklyn et de Manhattan.

Avec l’arrivée des mégastores, des grands groupes, de la vente en ligne, de l’ascension des e-books et de l’explosion des loyers mensuels, il est de plus en plus difficile d’être un libraire indépendant. Et pourtant, ces commerces de proximité donnent vie à un quartier, permettent de nous faire découvrir de nouveaux auteurs, et possèdent une atmosphère singulière, bien plus chaleureuse qu’un centre commercial.

C’est donc pour célébrer ces commerçants indépendants que Franck Bohbot, photographe français basé à New York, a décidé de leur tirer le portrait. Il s’est donc rendu dans les quartiers de Manhattan et de Brooklyn, afin de recenser en images le plus de libraires possible. Sur son compte Behance, le photographe explique avoir été surpris de découvrir tant de diversité autour du commerce de livres. Il raconte :

« Leur diversité est extraordinaire, certain·e·s sont spécialisé·e·s dans la biographie, les voyages, la fiction mystère, les histoires pour enfants, le genre, la poésie, les pièces de collection, les ouvrages universitaires, la littérature afro-américaine, la culture hispanique, la cuisine et d’autres sujets encore. Et leurs espaces sont aussi très différents, d’un conteneur à Bushwick à un immeuble prestigieux dans le centre de Manhattan. Les libraires cherchent tous la même chose : partager leur passion pour les livres neufs, usagés, d’occasion ou rares. »

Pour le photographe, chaque librairie a une personnalité et une individualité propres. Cela ne dépend pas seulement des livres ou des auteurs, mais aussi de l’atmosphère du lieu en lui-même. Tirer le portrait de libraires, c’est une manière pour lui de faire celui de certains quartiers de New York par la même occasion Cette série donnera lieu à la parution d’un livre, complété d’interviews sur la profession. Un joli projet, qui met en lumière un métier peu représenté.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Un musée du Bonbon va ouvrir ses portes cet été à New York

http://clubsandwich.konbini.com/author/clenaour/

Si vous avez prévu de voyager à New York cet été et que l’univers de Willy Wonka vous fascine, vous allez pouvoir toucher votre rêve du bout des doigts.

Un musée du Bonbon va ouvrir ses portes cet été à New York

Un nouveau musée totalement dédié à l’art du bonbon débarque cet été à New York. La chaîne de restaurants Sugar Factory a en effet annoncé l’inauguration prochaine d’un musée du Bonbon, aménagé sur près de 3 000 m2 et installé dans le quartier de Chelsea.

Selon le site Eater, ce nouveau musée offrira plus de 15 experiential rooms (« salles expérimentales ») sur le thème des bonbons, desserts et autres sucreries. Comme dans tout musée qui se respecte, des pièces recherchées seront aussi exposées. Petits et grands pourront ainsi s’extasier devant une licorne entièrement faite de bonbons, ou encore devant « le plus grand ours en gélatine du monde ». De nombreuses décorations murales et objets d’art inspirés du monde de la confiserie seront également à l’honneur au sein des vastes espaces. L’endroit abritera en outre un restaurant Sugar Factory, ainsi qu’un café extérieur.

Après ce premier musée new-yorkais, Sugar Factory envisage d’ouvrir un lieu similaire dans deux autres villes, dont Los Angeles. Affaire à suivre !

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Un bichon frisé lauréat du célèbre concours canin de New York

pour voir le bichon

Le 142e concours canin de New York, le Westminster Dog Show, a sacré mardi un bichon frisé parmi quelque 2.800 chiens de pure race venus de tous les Etats-Unis et de plusieurs autres pays.

«Flynn», au pelage blanc comme une peluche, faisait partie des sept finalistes parmi lesquels figuraient aussi un border collie, un barzoi royal, un Schnauzer géant et un sussex spaniel.

«Cela est un peu irréel. C’est juste magique», a déclaré le propriétaire de «Flynn» Bill McFadden, en précisant avoir appelé son chien d’après l’avocat Billy Flynn de la comédie musisale «Chicago».

Pour mettre en valeur leurs animaux, les propriétaires n’hésitent pas à faire appel à des professionnels qui facturent jusqu’à 500 dollars pour un seul chien.

Ce concours est l’un des plus vieux concours d’animaux aux Etats-Unis avec le concours hippique du Kentucky Derby.
AFP

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Dans la riche Manhattan, de plus en plus de commerces vides

AFP

Publié le 13/02/2018 à 08:59 | AFP

Manhattan est plus riche et plus peuplée que jamais, mais un nombre croissant de commerces ferment leurs portes sous la pression de loyers exorbitants et du commerce en ligne, simple ajustement pour certains, véritable crise pour d’autres.

Mercredi, jour de la Saint-Valentin, Steven Telvi fermera définitivement sa droguerie de l’Upper East Side, « The Source », après presque 37 ans de service, victime d’un ralentissement de l’activité et d’un loyer trop élevé, selon lui.

« C’est toute l’île qui part en sucette », dit-il au sujet du petit commerce dans Manhattan.

De Soho à l’Upper West Side, en passant par la Cinquième avenue ou le Meatpacking District, il n’est plus rare de voir deux ou trois vitrines désertées sur un même pâté de maisons, en plein milieu de cette capitale du shopping qu’est New York.

Tous les indicateurs économiques de la métropole américaine, ou presque, sont pourtant au vert: chômage historiquement bas, un revenu par tête supérieur de 34 % à la moyenne nationale, plus de 61 millions de touristes en 2017.

Commerçants et agents immobiliers interrogés par l’AFP citent tous, comme première cause, la hausse vertigineuse des loyers: +68 % entre 2009 et 2016 à Soho, +70 % dans certaines parties de l’Upper West Side, ou +175 % sur des portions de la Cinquième avenue, selon le syndicat des agents immobiliers de New York (REBNY).

« C’est un exemple classique de prix qui vont plus vite que la demande et les fondamentaux d’un marché », analyse Brian Klimas, vice-président du REBNY, en charge de l’étude.

Les prix ont pourtant commencé à baisser depuis plusieurs mois dans de nombreux quartiers de Manhattan. Mais la proportion de commerces vacants continue à augmenter, avoisinant le quart des espaces à Soho fin 2017, selon le groupe immobilier Cushman & Wakefield.

« Les bailleurs ont été lents à changer leurs tarifs », observe Kenneth Hochhauser, vice-président exécutif du Winick Realty Group.

‘Moins grave qu’en 2009’

Pour les commerçants qui restent, dans des situations financières parfois déjà tendues, la disparition de certains de leurs voisins « n’aide pas », explique Clara, vendeuse chez Variazoni, un magasin de prêt-à-porter de l’Upper West Side.

« Il n’y a plus de passage », faute d’un nombre suffisant de commerces, observe Jennifer Sun, qui a ouvert son enseigne de vêtements pour enfants, « Magical Kids », en mai 2016, dans l’Upper East Side.

Après une bonne première année, elle a vu beaucoup de magasins environnants fermer ces « cinq ou six derniers mois », et l’activité ralentir. « Je ne me verse même pas de salaire », dit-elle.

« Cela va prendre du temps », avant que le marché ne s’ajuste, prévoit Steven Soutendijk, directeur exécutif en charge du commerce de détail pour Cushman & Wakefield.

Il parle de « deux ou trois ans avant que cela ne reparte », mais ne s’inquiète pas.

« Il y avait plus d’emplacements vacants durant la crise financière », dit-il. « Le contexte actuel n’est pas aussi négatif qu’en 2009 (au plus fort de la crise), loin de là. »

Mais le commerce en ligne ne représentait alors que 3,6 % des ventes de détail, contre 9,1 % actuellement, selon les derniers chiffres gouvernementaux.

Steven Telvi se souvient parfaitement du moment où il a changé d’emplacement, en 2008 justement, passant d’un côté à l’autre de la Troisième avenue. « C’est là (que le commerce sur) internet a vraiment démarré », dit-il.

Depuis, son activité décroît de 5 % par an, inexorablement. Et l’ouverture de nouvelles stations de métro sur la Deuxième avenue, fin 2016, a encore un peu plus réduit le passage devant son magasin, amputant d’un quart son chiffre d’affaires et le poussant vers la sortie.

Pour plusieurs élus du conseil municipal de New York, les pouvoirs publics doivent agir, sous peine de « fragiliser l’âme de ces quartiers et l’offre de biens et de services essentiels pour les rendre vivables », selon un rapport publié mi-décembre.

Fin novembre, le maire de New York, Bill de Blasio, a fait un premier geste, en doublant le seuil en-deçà duquel les commerces de détail sont exonérés d’impôts municipaux.

Les commerçants, eux, se battent avec leurs armes.

« Je fais des choses que personne n’a », glisse Jennifer Sun, en montrant des oreillers personnalisés.

« Nous essayons d’avoir des livres que vous ne trouverez nulle part ailleurs », explique Matt Sartwell, responsable de la librairie Kitchen Arts & Letters, spécialisée dans les livres autour de la gastronomie dans l’Upper East Side.

Autre atout: son espace appartient à la copropriété de l’immeuble, contente de « nous avoir là plutôt qu’une énième agence bancaire ou un salon de coiffure », dit-il.

Steven Telvi, lui, n’exclut pas de reprendre un commerce, une fois « The Source » fermé. Mais pour l’instant, dit-il, « j’ai besoin de mettre les pieds dans le sable pendant quelques semaines. »

13/02/2018 08:58:43 – New York (AFP) – © 2018 AFP

Partager sur

Newsletter L’Essentiel

Chaque jour à 13 heures, découvrez le meilleur du Point et recevez en avant-première nos exclusivités.

RECOMMANDÉS POUR VOUS

Michel Onfray victime d’un AVC
Michel Onfray victime d’un AVC

Quels faits derrière les démentis de Nicolas Hulot ?
Quels faits derrière les démentis de Nicolas Hulot ?

Au fil de l’eau, le tourisme fluvial se met au vert
Au fil de l’eau, le tourisme fluvial se met au vert

Contenus sponsorisés

Enquête : les pièces d’or en France
Enquête : les pièces d’or en France

Le vaillant petit economiste

Nouvelle Nissan LEAF, l’électrique a trouvé son nouveau design !
Nouvelle Nissan LEAF, l’électrique a trouvé son nouveau design !

Nissan

Grand Paris : « Journée sans département » pour dissuader Macron
Grand Paris : « Journée sans département » pour dissuader Macron

La Tribune

La Fibre à 15€/mois, sans engagement et jusqu’à 100Mb/s en débit descendant
La Fibre à 15€/mois, sans engagement et jusqu’à 100Mb/s en débit descendant

RED by SFR

Les kinés la détestent. La solution que tous les pros ont adoptée.
Les kinés la détestent. La solution que tous les pros ont adoptée.

Volkswagen

Inédit : Alfa Romeo lance son premier SUV
Inédit : Alfa Romeo lance son premier SUV

Alfa Romeo

En continu

10H04

La Bourse de Paris évolue sans réelle tendance

09H05

Nouvelle année record pour Kering, porté par un Gucci florissant

08H59

Dans la riche Manhattan, de plus en plus de commerces vides

08H41

Cuba face au défi d’unifier sa monnaie, coûte que coûte

08H31

Trump menace les partenaires commerciaux des Etats-Unis de…

07H59

Carambar and Co retire le dioxyde de titane (nanoparticule) de son…

07H55

Négociations sur rachat du studio Weinstein toujours en cours

07H47

MGM China ouvre un complexe géant à Macao

07H39

USA/infrastructures: Trump promet de l’argent mais les détails…

07H22

Comment le gouvernement veut soigner le système de santé

06H47

Affaire « Challenges »/Conforama : sale temps pour la liberté de la…

06H23

Muriel Pénicaud table sur une baisse du chômage « vers la fin de…

06H13

Attac fustige la « procédure bâillon » d’Apple

22H45

Wall Street, moins fébrile, termine en nette hausse

21H04

Michelin affiche un bénéfice net « historique » pour 2017

20H28

Zones défavorisées : mobilisation des agriculteurs du Loiret, du…

19H40

Ventes de champagne: chiffre d’affaires « record » de 4,9 milliards…

19H36

Ex-magasins Dia: Carrefour veut aller vite sur le plan social

18H39

Bénin – José Pliya : « Ne plus se limiter au tourisme mémoriel »

17H25

Burkina – Oumar Yugo sur Africallia : « L’objectif est clairement…

17H12

Brexit: les entreprises optimistes malgré des négociations difficiles

16H56

Engie: Jean-Pierre Clamadieu pressenti à la présidence

16H49

Carlos Ghosn : l’incontournable homme de la situation

16H24

Renault: vers un nouveau mandat de Carlos Ghosn, avec Thierry…

15H53

Algérie – Abdelkrim Boudra : « Nous allons devoir payer l’addition »

14H53

Travail détaché : 16 mesures pour lutter contre la fraude

14H34

La Cour des comptes épingle la politique salariale des autorités…

14H34

Chine: envolée des prêts bancaires à un niveau record en janvier

13H46

Opep: la hausse de la production aux Etats-Unis « demeure préoccupante »

Voir toute l’actualité en continu

PUBLICATION JUDICIAIRE

Insciption NL

 En vente actuellement

Couverture du Point N° 2371 du 08 février 2018
Abonnez-vous

Le Point | Économie

Consultez les articles de la rubrique Économie,
suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses de l’actualité.

Bitcoin : l’affaire ou l’arnaque du siècle ?
La délicate équation du budget 2018
Thatcher, le meilleur programme pour 2017 ?

Magazine

La boutique
Abonnements
Applications mobiles
Nos partenaires
Nous sommes OJD

Liens utiles

Publicité
Nous contacter
Mentions légales
Plan du site
FAQ
CGU
Archives

Lire

Abonnez-vous

A la une

En continu

Mes favoris

Tous les univers du point 

Le point

Le point montres

Le point automobile

Le point vin

Le point pop

Le point afrique

Phébé

Dossiers du Point

Crue de la Seine

Quel patron pour le PS ?

ND-des-Landes abandonné

Nos bonnes tables

Tous les dossiers

Toutes les rubriques

Édition abonnés

En vidéo

Politique

Philippe Tesson

Michèle Cotta

International

Europe

Afrique

Economie

Médias

Immobilier

Immobilier neuf

Emploi

Grandes écoles

Débats

Editos et chroniques

Les invités du Point

Société

Faits divers

Justice

Carnets de justice

Insolite

Sciences et technos

Tech & Net

Astronomie

Environnement

Santé

Palmarès des hôpitaux

Kinésithérapie

Phytothérapie

Culture

Le Point Pop

Livres

Cinéma

Séries TV

Musique

People

Arts

Histoire

Lifestyle

Gastronomie

Vin

Montres

Automobile

Tourisme

Mode & Design

Sport

Football

Sport Auto

Golf

Le Point Afrique

Événements

EcoRevolutions

Vino Bravo

Neuroplanète

Futurapolis

Conférences

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Ce «loft» new-yorkais de 6m² est à louer pour 800 euros par mois

pour le voir en photos

Dans la série micro-logement et maxi-prix: voici l’un des plus petits «appartements» new-yorkais disponible à la location. Et il y a de la demande, car c’est presque une affaire pour le marché local.
Publicité

Vous pensiez que les loyers stratosphériques pour de sombres cagibis étaient réservés à Londres ou à Paris? Certes, la capitale ne manque pas de tristes exemples, comme ceux que vous présente régulièrement le Figaro immobilier (ici, ou encore ici, voire là) mais New York ne se débrouille pas mal non plus comme le montre cette annonce repérée par le site britannique The Independent. Affichée à 950 dollars mensuels (soit un peu moins de 800 euros), l’offre pourrait sembler alléchante pour se loger à Manhattan. Il faut dire qu’à la vente le mètre carré y a dépassé en 2017 les 15.500 euros selon le cabinet NeighborhoodX… Mais à ce prix-là, il faudra se contenter de 6 m².

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather