Archives pour la catégorie Sport

Tous les sports à New York

Les NY Knicks battent Détroit

New York a battu Detroit (105-102), mercredi soir, au Madison Square Garden. Les Knicks ont pu compter sur un excellent Kristaps Porzingis, qui a pour la première fois dépassé la barre des 30 points, avec un match à 35 unités (13/22 au tir), 7 rebonds et 3 passes.
En savoir plus sur http://portail.free.fr/sport/basket/6686296_20161117_porzingis-et-noah-flambent-avec-new-york.html#0xBTxzkhLUR1BULp.99

Si Carmelo Anthony (22 points) et Derrick Rose (15 points) ont également été bons, Joakim Noah, relégué sur le banc lors du dernier match contre Dallas, a bien réagi avec 7 points, 15 rebonds, 3 passes et 3 contres en 25 minutes, tout en limitant Andre Drummond à 15 points et 9 rebonds en 29 minutes.

Les Knicks reviennent ainsi à une victoire d’un bilan équilibré (5-6).

En savoir plus sur http://portail.free.fr/sport/basket/6686296_20161117_porzingis-et-noah-flambent-avec-new-york.html#0xBTxzkhLUR1BULp.99

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Soccer : New York City FC

Pour lire l’article cliquez iciLe Toronto FC a éliminé le New York City FC

NEW YORK – Sebastian Giovinco a enregistré le quatrième tour du chapeau dans l’histoire des éliminatoires de la MLS et le Toronto FC a écrasé le New York City FC 5-0, dimanche, pour atteindre la finale de l’Est.

Avec un gain de 7-0 au total des buts, le TFC a établi un record de la MLS pour la victoire par la plus importante marge dans une série de deux matchs depuis l’instauration de ce format en 2003.

Toronto affrontera l’Impact dans la série qui s’amorcera le 22 novembre à Montréal. Ce sont les premières équipes canadiennes à atteindre la finale d’association dans l’histoire de la Ligue.

Giovinco a marqué deux fois dans les 20 premières minutes et Jozy Altidore a ajouté un autre but avant la mi-temps. Jonathan Osorio a touché la cible à la 50e minute et Giovinco a complété la marque à la 91e minute avec son septième but en six matchs.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Football américain : GIANTS battent les EAGLES

pour lire l’article

New York Giants (5-3) – Philadelphia Eagles (4-4) : 28-23

Par Nicolas Meichel

Cela faisait trois ans que New York n’avait plus battu Philadelphia. Sur une série de quatre défaites consécutives face aux Eagles, les Giants ont brisé le signe indien ce dimanche en profitant des nombreuses erreurs de leur adversaire en première période.

Globalement dominateurs (443 YDS à 302), les hommes de Doug Pederson peuvent nourrir des regrets, eux qui ont offert des points aux Giants tout en en laissant filer par excès d’agressivité dans le play calling. Avec cette défaite, Philadelphia tombe à la dernière place de la NFC Est, tandis que New York s’installe derrière le leader Dallas.

Début de match catastrophique pour Carson Wentz

Auteur de seulement trois interceptions sur les sept premiers matchs de la saison, Carson Wentz (27/47, 364 YDS, 2 INT) commence la rencontre de la pire des manières en envoyant sa seconde passe dans les mains du safety des Giants Landon Collins. Derrière, la sanction est immédiate puisque Eli Manning (22/36, 257 YDS, 4 TD, 2 INT) trouve Odell Beckham Jr. (4 REC, 46 YDS, 2 TD) sur un slant qui se transforme en un touchdown de 26 yards (7-0).

Sur le drive suivant, rebelote. En effet, lors d’un troisième down, Wentz tente de se connecter avec Dorial Green-Beckham, mais il se fait une nouvelle fois intercepter par la défense des Giants. Ces derniers n’ont ensuite besoin que de trois jeux pour accroître leur avance, par l’intermédiaire du rookie Roger Lewis qui réceptionne une passe de 30 yards dans la end zone (14-0).

Philadelphia réagit, mais New York répond

Après ce début de match catastrophique, Wentz parvient à se reprendre en faisant bien avancer son équipe, grâce notamment à un lancer de 32 yards vers son tight end Trey Burton (3 REC, 55 YDS). Cependant, une fois arrivés dans la zone rouge adverse, les Eagles sont incapables de prendre à défaut la défense new-yorkaise et ils se contentent donc logiquement de trois points (14-3).

Au début du second quart-temps, Philadelphia a l’occasion de revenir à une possession d’écart après un nouveau drive solide, mais le coach Doug Pederson prend le risque de jouer un quatrième down avec deux yards à parcourir au lieu de tenter un field goal. Résultat, c’est un flop total et New York récupère le ballon sans avoir encaissé le moindre point. Heureusement pour les Eagles, ce n’est que partie remise puisqu’ils parviennent à marquer un touchdown sur la série suivante. En effet, suite à une bombe de 58 yards de Wentz pour le rookie Bryce Treggs (2 REC, 69 YDS), Ryan Matthews trouve la end zone à travers une course de huit yards (14-10).

Au point mort depuis les deux premiers touchdowns, l’attaque des Giants retrouve de l’allant lors du prochain drive avec d’abord une passe de 15 yards de Manning pour Sterling Shepard (3 REC, 50 YDS, 1 TD), puis une autre de 46 yards en direction de Victor Cruz. Ensuite, c’est Odell Beckham Jr. qui se met encore une fois en évidence en captant le ballon dans la end zone pour un troisième touchdown (21-10). Le score en reste là jusqu’à la pause, et ce malgré une fin de première mi-temps un peu folle où l’on assiste à un field goal bloqué des Eagles, et à un nouveau choix contestable de Pederson qui coûte trois autres points à son équipe.
Un touchdown partout dans le troisième quart-temps

Au retour des vestiaires, les Eagles s’appuient sur l’éternel Darren Sproles (13 courses, 57 YDS) pour avancer au sol. Ce dernier réalise notamment une course de 17 yards, avant que Wentz ne trouve Nelson Agholor (4 REC, 41 YDS) pour un gain de 23 yards. Sur le jeu suivant, le running back Kenjon Barner réduit la marque en inscrivant son second touchdown de la saison (21-17).
Sous pression face à la remontée de Philadelphia, New York ne laisse pas le doute s’installer. En effet, dès la série suivante, l’attaque des Giants est performante en alternant bien le jeu de course et le jeu aérien, puis en inscrivant un nouveau touchdown par l’intermédiaire de Sterling Shepard qui profite du laxisme de la défense adverse pour capter une passe de 32 yards dans la end zone (28-17
Une fin de match à rebondissements

Dans les premières minutes du quatrième quart-temps, les visiteurs parviennent à recoller un peu au score grâce à leur kicker, suite à un drive de 14 jeux et 80 yards dans lequel Darren Sproles et l’intenable tight end Zach Ertz (8 REC, 97 YDS) se sont montrés très actifs (28-20). Mais mieux encore, les Eagles récupèrent le ballon à travers une interception de Nolan Carroll II, qui arrache le ballon des mains de Beckham Jr. Malheureusement pour eux, ils ne sont pas capables de convertir ce big play en points.

En face, l’attaque de New York n’est pas beaucoup plus inspirée et rend le ballon à Philadelphia sur un punt. Carson Wentz et les siens arrivent alors à avancer et à se retrouver tout près de la zone rouge adverse, grâce notamment à une passe de 25 yards en direction de Jordan Matthews (6 REC, 88 YDS) sur un quatrième down. Cependant, ils sont encore une fois limités à un field goal (28-23).

Il reste alors un peu moins de quatre minutes à jouer dans cette rencontre. Forcément, les Giants utilisent beaucoup leur jeu de course pour faire tourner le chronomètre, avec un Paul Perkins (11 courses, 32 YDS) qui fait un bon boulot. A ce moment-là, New York a le match en main et n’a besoin que d’un first down pour sécuriser la victoire. Sauf que là, Eli Manning se fait intercepter par Jordan Hicks sur la ligne des 37 yards des Giants. Suite à ce cadeau, on pense que les Eagles vont réussir le hold-up parfait mais ces derniers butent sur la défense new-yorkaise et perdent le ballon sur un quatrième down. Game over !
Par Nicolas Meichel

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Basket : Knicks

Lourde défaite pour les Knicks face à Cleveland

Les Cleveland Cavaliers, champions NBA en titre, ont écrasé les New York Knicks 117 à 88 lors du coup d’envoi de la saison 2016-17, mardi devant leur public.

Quatre mois après avoir offert à Cleveland le premier titre de son histoire, LeBron James et ses coéquipiers n’ont pas fait de détails lors de leur premier match en tant que champion.

Ils ont mis deux périodes avant de trouver les bons réglages (48-45), mais ils ont ensuite été irrésistibles, en particulier dans le 3e quart-temps où ils ont relégué les Knicks à plus de vingt points.
Triple double pour LeBron James

« King James », sacré meilleur joueur de la finale 2016 remportée quatre victoires à trois au terme d’un incroyable retournement de situation contre Golden State, s’est offert d’entrée un « triple double » (19 points, 14 passes et 11 rebonds). Kyrie Irving a fini meilleur marqueur de la rencontre avec ses 29 points.

Avant le coup d’envoi du match, comme le veut la tradition, les « Cavs » avaient reçu sur fonds d’images retraçant leur sacre leur chevalière sertie d’imposants diamants marquant leur appartenance à l’équipe championne 2016.

« C’était un grand moment, une émotion incroyable de revivre ce qu’on a accompli, c’est quelque chose qui restera à jamais en nous », a expliqué « King James ».

« On veut continuer sur la lancée de la saison dernière et faire en sorte que nos supporteurs restent au septième ciel », a-t-il espéré.

Lire aussi : La NBA joue en défense des minorités
Les Knicks en petite forme

Les Knicks, pourtant renforcés à l’intersaison par Derrick Rose et Joakim Noah en provenance de Chicago, n’ont pas convaincu.

Leur star Carmelo Anthony a marqué 19 points et, Rose, dont la préparation a été perturbée par sa comparution à Los Angeles dans une procédure civile où il était accusé de viol, avant d’être blanchi, a inscrit de son côté 17 points.

Noah, dont la saison 2015-16 avait pris fin dès janvier sur blessure, n’a tenté qu’un seul tir, qu’il a raté, en 20 minutes de jeu, mais il a capté six rebonds.
Abonnez vous à partir de 1 €
Réagir
Ajouter

Parta

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/basket/article/2016/10/26/nba-les-cavaliers-de-cleveland-ecrasent-les-knicks-de-new-york_5020379_1616663.html#XyyTUVwC0doJXgIG.99

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Hockey : Les Islanders

5 Questions: Islanders de New York
La production d’Andrew Ladd et l’éclosion Mathew Barzal pourraient faire la différence
par Brian Compton @BComptonNHL / Directeur adjoint de la rédaction NHL.com

Chacune des 30 équipes de la LNH vit des hauts et des bas au cours d’une saison. Voici cinq questions cruciales qui décideront du sort des Islanders de New York en 2016-17 :

Allez lire les réponses en cliquant sur le lien

Cliquez ici pour lire l’article

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Basket : Boston trop fort pour New York

Les Knicks ont tenu jusqu’à la pause, et ils sont même passer en tête ce qui était un petit exploit(47-45), Mais ensuite les Celtics ont fait parler la poudre et les Knicks ont explosé pdans le troisième quart pour finalement s’incliner 89-97.

Si Isaiah Thomas a fait honneur à son statut d’All-Star avec 20 points à 7 sur 18 aux tirs, Avery Bradley a pourtant connu une soirée sans comme en atteste son 3 sur 13 aux tirs. Mais le banc des Celtics a pris le relais, Tyler Zeller compilant 16 points et 10 rebonds, Evan Turner l’imitant avec 14 points et 10 rebonds et Kelly Olynyk ajoutant 13 points.

Côté Knicks, si Carmelo Anthony a signé 16 points et 14 rebonds, c’est au prix d’un 4 sur 16 aux tirs. Arron Affllalo et Robin Lopez ont bien rendu 18 points pour l’un et 17 points et 13 rebonds – dont 11 offensifs – pour l’autre, mais leurs efforts sont restés vains.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Hockey : New York Rangers

Les NY Rangers ramènent les Chicago Blackhawks sur terre

Le 08/10/2015 à 07:06:00 | Mis à jour le 08/10/2015 à 07:34:17

Chicago, champion en titre, est tombé à domicile d’entrée face aux New York Rangers (3-2). Montréal s’est imposé face à Toronto (3-1) avec un doublé de Max Pacioretty.

Le match : Chicago Blackhawks – New York Rangers, 2-3

A peine la bannière de champions de la saison dernière était-elle dévoilée sous le toit du United Center au cours d’une longue cérémonie que les Chicago Blackhawks ont eu une confirmation. Détenir la Coupe Stanley n’apporte aucune garantie quand la saison suivante débute. Les New York Rangers l’ont prouvé en s’imposant 3 buts à 2 après avoir eu l’avantage au score pendant plus de 56 minutes sur les 60 du match. Oscar Lindberg, un rookie, avait ouvert le score après 1’43 de jeu. Et puis Kevin Klein a redonné l’avantage aux Rangers (2-1, 17e), deux minutes après l’égalisation d’Artemi Panarin. Derek Stepan (20e) a donné deux buts d’avance aux Rangers qui ont résisté jusqu’au bout au retour des Blackhawks revenu à 3-2 dès la 27e minute mais incapables d’égaliser à nouveau face à Henrik Lundqvist (32 arrêts).

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather