Archives pour la catégorie Arts

New York en photographies

Cliquez ici

Les personnes qui pousseront durant le mois de mai la porte du Cambridge center, 24 avenue Georges Brassens pourront y voir exposés des clichés en noir et blanc de New York de Gérard Soubiran. «Je leur avais proposé des photos réalisées dans l’Ouest américain, plaisante-t-il, mais l’exposition était trop volumineuse alors je me suis rabattu sur New York que j’avais photographié il y a 13 ans.»

Gérard est un des 10 photographes de l’association Ibo qui expose à Blagnac durant tout le mois de mai dans des lieux insolites : pharmacie, restaurant, salon de coiffure…

«J’ai commencé la photo comme beaucoup de personnes avec un instamatic en faisant des photos de famille. Puis j’ai suivi des formations dans des associations, j’ai participé à des stages avec des photographes et je monte des expositions depuis une trentaine d’années, mais toujours en amateur. La photo est un loisir, une passion, un luxe ! Depuis quelques années je suis passé au numérique avec plusieurs boîtiers de différentes marques. Sans être du petit noyau qui a fondé Ibo, je fais de la photo avec eux depuis une dizaine d’années. J’expose cette année, outre Blagnac, à Muret, à Toulouse St Cyprien.»

Certains Blagnacais connaissent bien Gérard car il a enseigné au Ferradou pendant quelques années.

En savoir plus sur http://www.ladepeche.fr/article/2017/05/24/2580707-new-york-en-photographies.html#LmB3dkgHOcBbe5Oh.99

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

une expo photo sur New York à Paris

New York City – The Wall, 16 novembre 2016 12:00, Galerie RASTOLL

New York City – The Wall la suite
Exposition solo du photographe James Vil
Exposition du 2 au 26 novembre 2016
New York City The Wall, par James Vil, ce sont 261 images en noir et blanc, une invitation à vous balader dans les rues de la Grosse Pomme.

Galerie RASTOLL @Galerie RASTOLL Paris

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Le photographe gapençais expose à New York

Pour voir l’article

Mathieu Bernard-Reymond vit un rêve américain. Le photographe d’origine gapençaise, fils de l’ancien maire de Gap, expose son travail à New York. Déjà récompensé par de nombreux prix, Mathieu Bernard-Reymond présente son dernier travail, « Transform », dans le cadre du festival « Crossing the line » au Fiaf (French institute Alliance française).

Le parcours de ce Gapençais qui s’exporte outre-Atlantique est à découvrir dans notre édition Hautes-Alpes & Alpes-de-Haute-Provence d’aujourd’hui.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Le MoMA de New York met en ligne l’ensemble des archives de ses expositions depuis 1929

Le Museum of Modern Art de New York a annoncé la mise en ligne de son fonds d’archives relatif aux expositions organisées par l’institution de 1929 à aujourd’hui. Regroupant les photographies d’accrochage, communiqués de presse et catalogues de quelque 3 500 expositions, l’initiative permet de dresser une histoire transversale du musée et d’analyser l’évolution dans l’appréhension et la présentation des œuvres d’art moderne et contemporain au cours du XXe et du début du XXIe siècle. Ce nouveau portail numérique, destiné à être enrichi chaque année, est gratuit et accessible à tous.

Pour lire l’article

http://www.lequotidiendelart.com/quotidiens/2016-09-28-Quotidien-du-mercredi-28-septembre-2016.html

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

A New-York, hommage à Alfred Hitchcock sur le toit du MET

Pour voir la photo

En direct du monde par Alexis Morel, Charlotte Alix mardi 26 avril 2016

Une artiste britannique a conçu une réplique de la maison du film « Psychose ». L’oeuvre surplombe Central Park, à Manhattan. Visite guidée.

Cornelia Parker a installé sur le toit du célèbre Metropolitan Museum of art (MET) une réplique du manoir en bois rouge du glaçant Norman Bates, le héros du film Psychose. Comme pour le film il y a 56 ans, l’artiste n’a recréé que deux façades de la maison de style victorienne, qui s’appuie, pour le reste, sur des échafaudages. Et pour que l’installation soit la plus authentique possible, les ouvriers que Cornelia Parker a supervisé ont construit la maison à partir des planches d’une grange tout ce qu’il y a de plus réelle, située dans le nord de l’Etat de New York.

Cette oeuvre n’est pas seulement un hommage à Hitchcock, mais aussi à la culture américaine, dont Cornelia Parker se dit fascinée. Car, en contraste saisissant avec les gratte-ciels de Manhattan au loin, le manoir rappelle l’Amérique rurale, ses granges et ses maisons de bois rouge. Baptisée “Objet Transitionnel – PsychoBarn”, l’installation oppose le réconfort d’une maison à l’architecture familière à l’horreur que cette maison représente dans le film d’Hichcock. Elle oppose aussi l’authenticité, au décor de cinéma. C’est une oeuvre à multiples lectures, comme l’artiste britannique en a le secret.

Alexis Morel
.

Charlotte Alix

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Samia Ben Sliman la Tunisienne qui émerveille New York avec ses peintures de Manhattan

Pour voir les peintures

Le mois de mars est-il le mois des artistes tunisiens qui cartonnent à New York. L’année dernière, c’était Faten Gaddes. Cette année, c’est Samia Ben Sliman. Suivez-là !

Manhattan sous un regard tunisien et à nos couleurs ! L’exercice n’a pas été facile pour Samia Ben Sliman (née Ben Youssef). Ses toiles constituent l’une des principales attractions de l’exposition de groupe qui se poursuit tout au long de ce mars à la prestigieuse galerie new yorkaise Ashok Jain Gallery. Intitulée Symphosium: Feast of Art, cette exposition dans l’une des galeries les plus prisée de Downtown Manhathan, haut lieu de la culture, de l’art et de la création réunit six artistes-peintres prisés à savoir : Blair Berger, Liliana Jachudurian, Susan Marx, Josefina Temin, Richard Vaux et Samia Ben Youssef.

Juriste de formation, épouse de diplomate tunisien, Samia Ben Sliman s’est lancée dans la peinture à l’huile et a développé son talent à New Delhi, Inde de 1995 à 2000, où elle a été inspirée par la culture indienne, en réalisant plusieurs tableaux qu’elle garde jalousement. A New York elle a continué à peindre à l’huile et la Grande Pomme est devenue sa muse. Elle travaille depuis, sur le thème de Manhattan et ses gigantesques grattes ciels.

Le 20 mai 2015, Samia Ben Sliman avait exposé une collection de ses toiles dans le cadre des activités de l’Islamic Heritage Society Inc New York. L’une des toiles de Samia a fait l’objet d’une vente aux enchères dont les revenus ont été versés pour venir en aide aux victimes du séisme survenu l’an dernier au Népal.

Samia a également participé à l’exposition « Creative Mischief 2015 » organisée par la National Academy Museum & School, du 16 mai au 24 mai 2015.

Depuis le 2 mars 2016, Samia expose à la Galerie Ashok Jain dans le cadre d’un « group show » avec quelques-uns de ses tableaux sur le thème de Manhattan. Le jour du vernissage qui a eu lieu le 6 mars 2016, la galerie a connu un grand afflux d’artistes et de personnes passionnées d’Art dont le Chorégraphe italien du New York Theater Ballet Marco Pelle. Notons aussi la présence à cette occasion, de l’Ambassadeur Représentant Permanent de Tunisie auprès des Nations Unies à New York, Mohamed Khaled Khiari et de son épouse, tous deux férus d’arts modernes. Ils avaient apporté tout leur soutien l’année dernière à Faten Gaddes, lors de sa mémorable expo-photos, en mars 2015 à galerie Jadite.

Samia Ben Sliman est l’épouse de M. Riadh Ben Sliman, Représentant Permanent Adjoint de Tunisie auprès des Nations Unies à New York.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather